LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des opposants au gouvernement célèbrent la démission du Premier ministre libanais, à Beyrouth, le 29 octobre 2019.

"Ça ne veut pas dire la fin de nos problèmes" : les manifestants libanais restent mobilisés après la démission du Premier ministre

12 min
À retrouver dans l'émission

Le Premier ministre du Liban a annoncé sa démission et celle de son gouvernement mardi. Les manifestants libanais ont célébré ce qu'ils considèrent être une première victoire mais restent mobilisés.

Des opposants au gouvernement célèbrent la démission du Premier ministre libanais, à Beyrouth, le 29 octobre 2019.
Des opposants au gouvernement célèbrent la démission du Premier ministre libanais, à Beyrouth, le 29 octobre 2019. Crédits : Patrick BAZ - AFP

Une courte allocution télévisée a provoqué des scènes de liesse au Liban. Le Premier ministre du pays, Saad Hariri, a annoncé mardi sa démission et celle de son gouvernement au 13e jour d'une révolte populaire, les habitants réclamant le départ de la classe politique qu'ils jugent corrompue. Ils subissent régulièrement des pénuries d'eau et d'électricité. Plus d'un quart des Libanais vit sous le seuil de pauvreté. C'est pourquoi malgré cette première victoire, les manifestants restent mobilisés. À Beyrouth, le reportage de Chloé Domat.

La démission du gouvernement, ça ne veut pas dire la fin de nos problèmes. Qu'est-ce qui nous garantit que les mêmes ne vont pas revenir ? - un manifestant libanais

Écouter
1 min
Le reportage à Beyrouth de Chloé Domat

Le Liban est désormais plongé dans l'inconnu, au grand dam du Hezbollah. Ce puissant parti chiite est devenu, ces dernières années, la force politique la plus influente du pays. Les précisions d'Omar Ouahmane.

Les autres titres du journal

Les magistrats algériens poursuivent une grève illimitée et inédite depuis dimanche, suivie par plus de 95% d'entre eux selon le Syndicat national de la magistrature. Cette grève a été lancée dans le but de dénoncer la "mainmise du pouvoir exécutif sur le pouvoir judiciaire". Les magistrats demandent l'annulation d'un mouvement de mutations qui concerne la moitié du corps de la magistrature. Explications de notre correspondante Leïla Beratto.

Écouter
1 min
La correspondance en Algérie de Leïla Beratto

Le monde des affaires a-t-il déjà oublié Jamal Khashoggi ? Un an après l'assassinat du journaliste saoudien, les entreprises étrangères - dont des françaises - sont de retour au "Davos du désert". Il s'est ouvert mardi en Arabie Saoudite.  

La CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) s'est opposée mardi à l'installation d'un système de reconnaissance faciale dans deux lycées de Nice et Marseille. Il devait s'agir d'une expérimentation. Le point avec Fiona Moghaddam, de la rédaction de France Culture.

L'équipe
Journaliste
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......