LE DIRECT
2019, à gauche. 30 ans plus tôt, à droite : Jamila, sur les traces de sa naissance un jour exceptionnel, le 9 novembre 1989, jour de la chute du Mur de Berlin.

"Elle a attendu l'événement spécial" : Jamila, née le 9 novembre 1989, près du Mur de Berlin

12 min
À retrouver dans l'émission

Son père est Palestinien, sa mère Allemande de l'Est. Portrait d'une famille à l'histoire liée à la chute du Mur de Berlin, qui fêtera samedi ses 30 ans.

2019, à gauche. 30 ans plus tôt, à droite : Jamila, sur les traces de sa naissance un jour exceptionnel, le 9 novembre 1989, jour de la chute du Mur de Berlin.
2019, à gauche. 30 ans plus tôt, à droite : Jamila, sur les traces de sa naissance un jour exceptionnel, le 9 novembre 1989, jour de la chute du Mur de Berlin. Crédits : Xavier Demagny / Omar Ouahmane / Photo : Famille Al Youssef - Radio France

Elle fait partie de ce qu'on appelle les "Mauerkinder" - "enfants du mur" en allemand. La jeune Jamila Al Yousef partage, par hasard, une histoire commune avec la chute du Mur de Berlin. Elle est née dans la capitale allemande le 9 novembre 1989, jour de la chute du Mur, d'une mère est-allemande et d'un père palestinien, et fêtera samedi ces 30 ans. Un reportage de notre envoyé spécial en Allemagne, Omar Ouahmane.

Écouter
2 min
Le reportage d'Omar Ouahmane

Les autres titres du journal

Europacity, jugé "daté" et "dépassé" : Emmanuel Macron a enterré jeudi le projet de mégacomplexe qui devait voir le jour dans le Val-d'Oise. Il a demandé à l'ancien directeur de l'Atelier parisien d'urbanisme Francis Rol-Tanguy d'élaborer un projet alternatif. Que va-t-il y avoir à la place ? Le point avec Diane Berger.  

Le président français a aussi critiqué l'Otan dans la presse britannique. L'Alliance politico-militaire atlantique est en état de "mort cérébrale", selon lui. L'ancien chef de la diplomatie Hubert Védrine salue ses propos. Il répond à Stéphane Robert.

Un Tchétchène naturalisé français est soupçonné d'avoir été l'émir d'un groupe djihadiste en Syrie. Il est jugé depuis jeudi par la cour d'assises spéciale de Paris. Un profil atypique, explique Florence Sturm.

Au Venezuela, un peu plus de la moitié des transactions se font en ce moment en dollars, et non pas en bolivars. Ce n'est pas autorisé, mais l'hyperinflation complique le paiement avec la monnaie nationale comme l'a constaté, dans un marché de Caracas, le correspondant de RFI pour France Culture Benjamin Delille.

L'équipe
Journaliste
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......