LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des assiettes vides, pour dénoncer la suspension des repas gratuits pour les enfants pauvres pendant les vacances scolaires sous pandémie. Sous la pression, Boris Johnson a reculé (photo du 29/10)

La pandémie plonge un million d'enfants dans l'insécurité alimentaire au Royaume-Uni : l'UNICEF est appelée à la rescousse, du jamais vu

13 min

L'UNICEF nourrit pour la première fois des enfants au Royaume-Uni, 5e pays le plus riche au monde. Avec la pandémie, les inégalités se creusent et 3 enfants sur 10 se retrouvent en insécurité alimentaire. L'opposition travailliste critique la gestion de la pauvreté par le conservateur Boris Johnson

Des assiettes vides, pour dénoncer la suspension des repas gratuits pour les enfants pauvres pendant les vacances scolaires sous pandémie. Sous la pression, Boris Johnson a reculé (photo du 29/10)
Des assiettes vides, pour dénoncer la suspension des repas gratuits pour les enfants pauvres pendant les vacances scolaires sous pandémie. Sous la pression, Boris Johnson a reculé (photo du 29/10) Crédits : Tayfun Salci / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP - AFP

La pandémie a plongé près d'un million d'enfants dans l'insécurité alimentaire rien qu'au Royaume-Uni : l'UNICEF vole à leur secours, du jamais vu dans l'histoire de l'agence de l'ONU. Ce n'est pas dans un pays en guerre que l'UNICEF vient d'être appelée à la rescousse mais bien dans le 5e pays le plus riche au monde, le Royaume-Uni. Dans ce pays, où le PIB a chuté de plus de 10%, à cause de la pandémie, les inégalités se creusent et trois enfants sur 10 se trouvent aujourd'hui en insécurité alimentaire soit 2,4 millions de jeunes. Derrière ces chiffres, se cachent des choix cornéliens, au quotidien : se nourrir ou se chauffer, se soigner ou s'habiller. Le gouvernement conservateur de Boris Johnson a beau assurer que des "mesures considérables" ont été prises "pour les enfants n'aient pas faim durant la pandémie", l'opposition travailliste en doute et rappelle qu'il a fallu batailler pour que des repas gratuits soient donnés aux enfants les plus pauvres durant les vacances scolaires. Reportage de Maxence Peigné, au sud de Londres, à l’école primaire Charles Dickens, bâtie sur les ruines de la maison d'enfance du célèbre écrivain britannique. Si la misère décrite dans les pages d’Oliver Twist est celle de l'époque victorienne, la pauvreté est loin d'avoir quitté le quartier de Southwark, à deux pas des gratte-ciels de la City.

Écouter
1 min
"C’est très triste et un petit peu gênant que l'on arrive à un point où l’UNICEF doive intervenir", confie Cassie Buchanan, directrice de l'école Charles Dickens dans le sud de Londres

Les autres titres du journal

Visage pâle, col roulé noir et masque FFP2 sur le nez, Emmanuel Macron, positif au Covid-19, a participé, hier soir à une visioconférence humanitaire, organisée par le Quai d'Orsay : Le président souffre de fièvre, de toux et d'une fatigue importante,  selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, mais il tient à montrer qu'il continue à travailler, même s'il s'isole pour une semaine. Il a probablement été contaminé lors du Conseil européen de la semaine dernière, estime le ministre de la Santé Oliver Véran. Une kyrielle de dirigeants européens et des chefs de partis politiques français se mettent aussi en quarantaine. Le chef de l'Etat a fait sa première apparition publique en visioconférence, hier, sur des questions humanitaires : il est apparu les traits tirés. Soumis à l'isolement et au télétravail pour les sept prochains jours à l'Elysée, Emmanuel Macron, qui, depuis 2017, n'a publié aucun bulletin contrairement à son prédécesseur, n'a d'autre choix, face à l'opinion publique de communiquer sur son état de santé. Analyse de Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'IFOP, interrogé par Solène Cressant.

Des poèmes et de la musique en signe de résistance contre la fermeture des lieux culturels : Le théâtre d'Albi, dans le Tarn, a brièvement ouvert ses portes, hier, pour exprimer sa colère face aux décisions du gouvernement. Reportage de Stéphane Iglésis.

Gérald Darmanin peut-il rassurer les forces de l'ordre quant au soutien de l'exécutif ? C'est un défi de taille et l'enjeu d'une réunion, ce matin, au ministère de l'Intérieur, en amont du "Beauvau de la sécurité" prévu en janvier, dans un contexte plus que tendu. Les déclarations d'Emmanuel Macron au média Brut, sur les contrôles au faciès et les violences commises par certains policiers, ont électrisé les relations exécutif/police. Les syndicats Alliance et UNSA ont déjà prévu de boycotter la concertation du "Beauvau de la sécurité" prévue en janvier. A Bordeaux, des policiers ont déjà fait entendre leur colère, hier soir. Reportage d'Yvan Plantey.

La cour d'assises spéciale de Paris a condamné à la réclusion à perpétuité Ayoub El Khazzani, le tireur de l'attentat déjoué du Thalys en août 2015 : cet "attentat aveugle" a été évité de justesse par un concours de circonstances "particulièrement improbables" et "le courage exceptionnel de passagers". Ayoub El Khazzani a attaqué le Thalys sur l'ordre d'Abdelhamid Abaaoud, le futur coordinateur des attentats du 13-Novembre. Précisions de Corinne Audouin.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......