LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les drapeaux de l'UE et du Royaume-Uni flottent devant la tour Victoria à Londres, le 17 octobre 2019.

Accord sur le Brexit : le statut de l'Irlande et la déclaration politique, deux points de blocage qui ont beaucoup évolué

12 min
À retrouver dans l'émission

Après de longues négociations, un accord a été annoncé sur le Brexit. Il doit encore être adopté par le parlement britannique qui se réunira samedi.

Les drapeaux de l'UE et du Royaume-Uni flottent devant la tour Victoria à Londres, le 17 octobre 2019.
Les drapeaux de l'UE et du Royaume-Uni flottent devant la tour Victoria à Londres, le 17 octobre 2019. Crédits : Tolga AKMEN - AFP

Les chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne ont donné leur feu vert à un accord sur le Brexit jeudi, mais le texte sur le divorce du Royaume-Uni et de l'UE doit encore être adopté par le Parlement britannique. Une séance exceptionnelle doit se tenir samedi à la Chambre des communes, ce qui n'a pas empêché le président du Conseil européen Donald Tusk de déclarer que "nous sommes très proches de la fin du processus". Pour en arriver là, il a fallu faire des concessions. Le statut de l'Irlande et la déclaration politique - qui définit la future relation entre l’UE et le Royaume-Uni - sont deux points de blocage qui ont beaucoup bougé. Le point sur l'accord avec notre journaliste, Marie-Pierre Vérot.

Écouter
1 min
Le point sur l'accord avec Marie-Pierre Vérot

Les autres titres du journal

L'autre accord trouvé jeudi concerne la Turquie. Après avoir rencontré le vice-président américain Mike Pence, Recep Tayyip Erdogan a accepté de suspendre son offensive contre les Kurdes, démarrée le 9 octobre dans le nord-est de la Syrie. Le président turc y mettra fin définitivement si les forces kurdes s'en retirent sous cinq jours. C'est un accord fragile soumis à conditions. Les précisions de notre correspondante en Turquie, Anne Andlauer.

Le tribunal de grande instance d'Angers a rendu son ordonnance jeudi et interdit l'emploi des salariés du prestataire choisi par le Géant Casino d'Angers pour travailler dans cet hypermarché, le dimanche après-midi. Ils orientaient les clients qui passaient aux caisses automatiques. Malgré la décision, Casino maintient son ouverture le dimanche après-midi. Le point avec Samuel Monod.

Écouter
58 sec
Le point avec Samuel Monod
L'équipe
Journaliste
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......