LE DIRECT
Dès l'entrée en vigueur de la trêve, des manifestations de joie se sont aussi multipliées dans des villes de la Cisjordanie occupée et dans le centre de Gaza city

Israël et le Hamas signent un cessez-le-feu : calme précaire et toujours pas d'avancée dans le processus de paix

13 min

Après d'intenses tractations diplomatiques, le cessez-le-feu entre Israël et le Hamas est entré en vigueur dans la bande de Gaza pour mettre fin à 11 jours d'affrontements, leur confrontation la plus meurtrière depuis 2014. 232 Palestiniens ont été tués, 12 Israéliens, plus de 2.000 blessés.

Dès l'entrée en vigueur de la trêve, des manifestations de joie se sont aussi multipliées dans des villes de la Cisjordanie occupée et dans le centre de Gaza city
Dès l'entrée en vigueur de la trêve, des manifestations de joie se sont aussi multipliées dans des villes de la Cisjordanie occupée et dans le centre de Gaza city Crédits : ISSAM RIMAWI / ANADOLU AGENCY / ANADOLU AGENCY VIA AFP - AFP

Pour la première fois depuis onze jours au Proche-Orient, les seuls tirs qui ont retenti, cette nuit, n'étaient que des feux d'artifice. Pour célébrer le cessez-le-feu conclu entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza. Cette trêve, favorisée par l'Egypte, est assortie de nombreuses conditions : calme précaire et peut-être que des perdants, à commencer par la paix : "La bataille se termine aujourd'hui  mais Netanyahu et le monde entier doivent savoir  que nous sommes prêts à dégainer". Par ces termes, les islamistes du Hamas, au pouvoir à Gaza, maintiennent la pression sur Israël, alors qu'un cessez-le-feu est entré en vigueur cette nuit (à 1h du matin, heure de Paris). Après 11 jours de combats, 232 Palestiniens sont morts sous les bombes d'Israël, 12 Israéliens ont été tués par les 4 000 roquettes lancées depuis Gaza. Cet accord a été favorisé par l'Egypte, puissance régionale entretenant à la fois des relations avec Israël et le Hamas, mouvement considéré comme "terroriste" par l'Etat hébreu, l'Union européenne et les Etats-Unis. De son côté, Joe Biden a estimé, jeudi, que le cessez-le-feu représentait "une vraie opportunité" d'avancer vers la paix entre Israéliens et Palestiniens. Mais le processus de paix, entre Israéliens et Palestiniens, est toujours au point mort. Analyse à Jérusalem de Frédéric Métézeau pour France Culture.

Une jeune fille palestinienne, assise devant son immeuble détruit par un bombardement israélien à Gaza City
Une jeune fille palestinienne, assise devant son immeuble détruit par un bombardement israélien à Gaza City Crédits : MOHAMMED ABED / AFP - AFP

Ces onze jours de combat laissent des traces dans les corps et dans les pierres : 232 morts côté palestinien dont 65 enfants, 12 morts côté israélien, dont un enfant, près de 2.000 blessés, au total  sans compter tous les bâtiments détruits ou endommagés par Israël dans les bombardements sur Gaza. Il s'agit de la technique controversée du "roof knocking", littéralement "un coup sur le toit", pour demander aux civils d'évacuer avant une frappe imminente. Reportage de Sami Boukhelifa, de RFI, à Jérusalem pour France Culture.

Joe Biden a déclaré que les Etats-Unis travaillerait avec l'ONU, notamment, pour fournir une aide humanitaire rapide" pour la reconstruction de la bande de Gaza aide coordonnée avec l'Autorité palestinienne  - dirigée par le rival du Hamas, le président Mahmoud Abbas,  et basée en Cisjordanie occupée. Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken se rendra au Moyen-Orient "dans les prochains jours". Washington s'engage également à réapprovisionner le système de défense antimissile israélien, le "Dôme de fer", qui a permis de repousser plus de 4 300 roquettes lancées depuis Gaza.

Les autres titres du journal

Covid-19 : vaccination pour tous les adultes en France dès le 31 mai et pass sanitaire validé au niveau européen. Le Premier ministre Jean Castex avance l'ouverture de la vaccination pour tous contre le Covid-19, de la mi-juin au 31 mai, alors que 40% des adultes ont déjà reçu une première dose dont 80% des plus vulnérables, à savoir les les 70 ans et plus. 500 000 injections sont réalisées chaque jour, en France et plus de trois millions de doses de vaccins sont livrées chaque semaine. Et pour éclaircir un peu plus l'horizon sanitaire avant les vacances, les eurodéputés et les 27 Etats membres sont parvenus à un accord, jeudi soir, pour créer un pass sanitaire devant faciliter le passage aux frontières dès le 1er juillet. Ce pass européen, sorte de certificat numérique à générer, par exemple, sur l’application TousAntiCovid, indiquera si l'on est vacciné.e ou si l'on a réalisé un test PCR négatif et sera à présenter à la police, en arrivant dans en Grèce ou en France. Comment ce pass va-t-il fonctionner ? Reportage d'Angélique Bouin à Bruxelles pour France Culture.

A six semaines de l'entrée en vigueur d’une partie de la réforme de l'assurance chômage (prévue le 1er juillet), les syndicats poursuivent la bataille sur le terrain juridique devant le Conseil d'Etat. L'UNSA a été la première organisation à dénoncer le texte, hier devant le Conseil d'Etat. Touts les syndicats (sauf la CFTC), vont saisir le Conseil d'Etat en référé et sur le fond, estimant que la réforme de l'exécutif est préjudiciable aux demandeurs d'emploi et synonyme de rupture d'égalité en cas d’arrêt maladie ou de congé maternité. Enjeux décryptés par Catherine Pétillon. 

Pendant ce temps, aux Etats-Unis, les républicains de 22 états suppriment les allocations décidées pendant la crise sanitaire, estimant que c'est un frein au retour sur le marché de l'emploi. Faux, répond l'aile gauche démocrate. En attendant, 2,5 millions de personnes risquent de se retrouver sans aucune ressource. Correspondance de Grégory Philipps.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......