LE DIRECT
Manifestation aux flambeaux, à Paris, pour protester contre la reforme des retraites

La réforme des retraites en Conseil des ministres, ses opposants de nouveau dans la rue

12 min

Alors que deux projets de loi visant à créer un "système universel" de retraite seront présentés en Conseil des ministres, l'intersyndicale (CGT, FO, CFE-CGC, Solidaires, FSU et organisations de jeunesse) appelle à "une mobilisation maximale" et prévoit de "poursuivre et amplifier les actions".

Manifestation aux flambeaux, à Paris, pour protester contre la reforme des retraites
Manifestation aux flambeaux, à Paris, pour protester contre la reforme des retraites Crédits : Mathieu Menard / Hans Lucas - AFP

Retraites : objet d'un conflit social exceptionnellement long, la réforme des retraites promise par Emmanuel Macron est présentée en Conseil des ministres aujourd'hui, jour choisi par ses opposants pour une 7e journée interprofessionnelle de grèves et de manifestations, point d'orgue d'une semaine d'actions coup de poing, avec du noir et des flambeaux hier soir. La CGT a choisi le noir et des coupures électriques en Loire-Atlantique ou en Ile-de-France, avec trois incinérateurs de déchets mis à l'arrêt depuis hier soir. Et puis, pour entretenir la flamme de la contestation, c'est à la lueur de flambeaux et lampions que des milliers de personnes ont défilé hier soir, à Paris, Strasbourg, Tours, Niort, Dijon, Limoges, Tulle, Albi, mais aussi à Marseille. Manifestation phocéenne suivie par Sarah Tuchscherer. 

Des opposants à la réforme des retraites, hier, à Marseille
Des opposants à la réforme des retraites, hier, à Marseille Crédits : Christophe SIMON / AFP - AFP

Contestation insuffisante pour faire vaciller l'exécutif, qui s'en tient à son calendrier : Edouard Philippe annonce dans La Croix un lancement de la conférence de financement dès le 30 janvier. Au 51e jour de contestation contre la réforme des retraites, le Premier ministre Edouard Philippe le répète, ce matin, dans un long entretien au journal La Croix :  il veut refonder le système des retraites pour qu'il soit "beaucoup plus juste, plus solide et plus adapté aux transformations du monde du travail de demain". En parallèle des deux projets de loi,  - l'un organique, l'autre ordinaire - visant à créer un "système universel" de retraite par points, et du calendrier serré, à l'Assemblée avec un premier vote en mars avant la trêve imposée par les municipales, la conférence de financement entre partenaires sociaux, souhaitée par la CFDT, sera lancée le 30 janvier prochain. C'est ce qu'annonce Edouard Philippe au journal La Croix. Matignon table sur un horizon social finalement dégagé. Explications de Stéphane Robert .

Le groupe Les Républicains prévient : pas de vote de la réforme sans éclaircissement sur son coût et son financement. La droite et la gauche comptent bien faire entendre, dès le mois prochain, la contestation contre la réforme des retraites à l'Assemblée nationale. Elle sera discutée en hémicycle à partir du 17 février avant une adoption prévue pour l'été. Damien Abad, le président du groupe "Les Républicains" à l'Assemblée, refuse tout débat parlementaire sans le volet financement et ce,  "pour une raison très simple : les retraites c'est 320 milliards d'euros, 15% du PIB, 30% du montant des impôts des Français. Il n'est pas acceptable ni sérieux d'examiner un texte devant la représentation nationale sans son volet financement" selon Damien Abad, chef de file LR dans l’hémicycle au micro de Stéphane Robert.

Les autres titres du journal

Proche-Orient : Emmanuel Macron est rentré en France, hier soir, après avoir passé 48 heures à Jérusalem. Il a assisté, hier, aux cérémonies commémorant la Shoah à Yad Vashem et rencontré le président israélien Rivlin, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son principal opposant Benny Gantz. Le président français a fait entendre sa petite musique, sans s'aligner aveuglément sur l'axe entre Israël-Etats-Unis.

Virus : Près d'une dizaine de villes ont été bouclées, en Chine, à l'épicentre de l'épidémie virale, dont le bilan s'est à nouveau alourdi peu après que l'OMS a renoncé, hier, à déclarer une urgence internationale.

Alexandre Djouhri bientôt aux mains de la justice française : Après deux ans de bataille judiciaire, la justice britannique va remettre à la France l'homme d'affaires Alexandre Djouhri, protagoniste clé de l'enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......