LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une manifestation contre la proposition de loi dite de "sécurité globale" a rassemblé plus de 4 000 personnes à Toulouse, jeudi 26 novembre

Gérald Darmanin promet des sanctions pour les policiers qui "déconnent", après une série de violences policières

13 min

Gérald Darmanin promet des sanctions pour les policiers qui "déconnent". Ce sont les mots du ministre de l'Intérieur, invité jeudi soir sur France 2, après les images sur l'évacuation violente de migrants à Paris et le passage à tabac par des policiers d'un producteur de musique noir, aussi insulté.

Une manifestation contre la proposition de loi dite de "sécurité globale" a rassemblé plus de 4 000 personnes à Toulouse, jeudi 26 novembre
Une manifestation contre la proposition de loi dite de "sécurité globale" a rassemblé plus de 4 000 personnes à Toulouse, jeudi 26 novembre Crédits : Paul Roquecave / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP - AFP

Des coups de genou, de matraque et un croche-pied mettent le gouvernement sous pression : Gérald Darmanin va devoir s'expliquer lundi devant les députés, après les violences qui ont entaché l'action des forces de l'ordre ces derniers jours. Mais déjà le ministre de l'Intérieur a répondu, jeudi soir, aux questions du 20h de France 2 sur le passage à tabac d'un producteur noir, insulté aussi, par des policiers le week-end dernier dans le XVIIe arrondissement de Paris et l'évacuation violente de plusieurs migrants place de la République à Paris lundi dernier. Gérald Darmanin, premier flic de France, a tenté de trouver un équilibre, entre le plein soutien aux forces de l'ordre et la condamnation de ceux qui "déconnent" et "salissent l'uniforme".

Écouter
1 min
Gérald Darmanin promet des sanctions pour les policiers qui "déconnent"

Il aurait été impossible de voir les images de violences policières, disent les syndicats de journalistes, si la loi sur la "sécurité globale" était en vigueur. Ils demandent son retrait pur et simple : Les représentants des principaux syndicats et sociétés de journalistes ont refusé de se rendre à Matignon, hier après-midi  pour échanger avec Jean Castex sur la loi "sécurité globale", après une réunion qui avait tourné au vinaigre, en début de semaine avec Gérald Darmanin. Pas question d'accepter la proposition de Matignon sur une commission indépendante pour réécrire l'article 24 qui prévoit de flouter les visages des forces de l'ordre. Emmanuel Vire, secrétaire général du syndicat national des journalistes CGT (joint par Eric Chaverou), dénonce une accumulation de lois liberticides sous le quinquennat Macron, du secret des affaires à la loi "sécurité globale".

Écouter
1 min
Des tensions qui persistent entre le gouvernement et les journalistes, explications d'Emmanuel Vire, secrétaire général du syndicat national des journalistes CGT, SNJ-CGT

Les autres titres du journal

Jean Castex garantit 900 euros par mois pour 400 000 travailleurs précaires ; des miettes pour les pauvres, dénonce l'Observatoire des inégalités. Cet observatoire a publié, jeudi, un rapport montrant que la pandémie et la crise économique aggravent la précarité des moins de 30 ans. Précisions de Louis Maurin, directeur de l'Observatoire des inégalités, et reportage de Catherine Pétillon, à la rencontre de ces jeunes de 16-25 ans, sans emploi ni formation, suivis dans le dispositif "Garantie jeunes" à Vitry sur Seine, en région parisienne.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......