LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Trois personnes ont été tuées dans l'attentat au couteau à Nice

La France à l'heure du reconfinement et de l'"urgence attentat" après l'attaque au couteau à Nice

12 min

On en sait plus sur l'assaillant qui a tué au couteau trois personnes dans la basilique Notre-Dame de Nice. Ce ressortissant tunisien de 21 ans est arrivé fin septembre sur l'île italienne de Lampedusa. Son profil attise les tensions à Nice où 150 identitaires ont manifesté.

Trois personnes ont été tuées dans l'attentat au couteau à Nice
Trois personnes ont été tuées dans l'attentat au couteau à Nice Crédits : VISACTU - Visactu

Deux semaines après l'attentat qui a coûté la vie au professeur Samuel Paty, Emmanuel Macron réunit, à nouveau un Conseil de défense,  après l’attaque au couteau qui a fait trois morts hier matin, dans la basilique Notre-Dame de Nice. "La spirale de la terreur", en Une, ce matin, de Libération, "Nice : la barbarie islamiste se déchaîne contre la France", titre Le Figaro, quand le quotidien catholique La Croix forme un vœu d'espoir, en première page : "Tenir". 4.000 soldats supplémentaires vont être déployés et le plan Vigipirate est porté au niveau "urgence attentat". Le procureur national anti-terroriste Jean François Ricard, a donné une conférence de presse, hier soir, et détaillé le parcours de l’assaillant. Il s’agit d’un ressortissant tunisien de 21 ans, entré en Europe par l’Italie fin septembre, et arrivé en France on se sait comment. Les enquêteurs ont retrouvé sa trace hier matin, grâce à des images de vidéosurveillance  en gare de Nice. Précisions de Florence Sturm après la conférence de presse du procureur national anti-terroriste. Retour, également, sur le parcours de l'assaillant, un ressortissant tunisien de 21 ans, qui a débarqué sur la petite île de Lampedusa fin septembre avec Bruce de Galzain, correspondant à Rome.

Le profil de l'assaillant exacerbe les tensions à Nice : un peu plus de quatre ans après l’attaque au camion bélier sur la Promenade des anglais, de nombreux Niçois ont rendu, hier soir, hommage aux trois victimes de l'attentat, - deux femmes, une sexagénaire et une quadragénaire de nationalité brésilienne, et le sacristain de la basilique, un homme de 55 ans - , dans un climat, très loin de la concorde nationale. A l'heure du recueillement, 150 identitaires ont manifesté, hier soir, à Nice et scandé "on est chez nous". Reportage de Thibault Lefèvre.

La France, à l'heure, aussi, du reconfinement : Masque obligatoire à l'école dès l'âge de 6 ans, télétravail massif, 15 milliards d'euros par mois promis aux entreprises en difficulté. Jean-Michel Blanquer promet un protocole sanitaire renforcé pour accueillir "tous les élèves sur "l'ensemble du temps scolaire", dès lundi prochain : port du masque dès 6 ans, étalement des arrivées le matin, déplacements limités au maximum dans les couloirs, récréations par petits groupes, distanciation d' un mètre à la cantine, autant que possible. Ces nouvelles mesures n'arrivent pas rassurer les syndicats d'enseignants. Comment accueillir 12,3 millions d'élèves ? Précisions de Cédric Hermel.

Au moins 140 personnes sont mortes, au large du Sénégal, en tentant de rejoindre l'Europe : "Il s'agit du naufrage le plus meurtrier depuis le début de l'année, estime l'Organisation internationale des Migrations. Leur pirogue s'est renversée, la semaine dernière, suite à une explosion de moteur. Le président Macky Sall avait initialement annoncé une "dizaine de morts" dans un message de condoléances mais le bilan serait d'au moins 140 victimes. Théa Ollivier, correspondante au Sénégal, a recuilli le témoignage d'un jeune homme rescapé de l'horreur.  

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......