LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
300 salariés d'Alstom à Belfort ont embarqué, ce mardi matin, à bord d'un TGV spécialement affrété par l'intersyndicale, pour aller manifester devant le siège du groupe à Saint-Ouen, près de Paris

Appel à la grève chez Alstom : les salariés partagés entre inquiétude, amertume et combativité

12 min

Les 9.000 salariés du groupe Alstom sont appelés à cesser le travail par une intersyndicale. Une manifestation est organisée à 11h devant le siège de l'entreprise à Saint-Ouen, en région parisienne. Focus sur les "Alsthommes", qui se battent pour le maintien des activités à Belfort.

300 salariés d'Alstom à Belfort ont embarqué, ce mardi matin, à bord d'un TGV spécialement affrété par l'intersyndicale, pour aller manifester devant le siège du groupe à Saint-Ouen, près de Paris
300 salariés d'Alstom à Belfort ont embarqué, ce mardi matin, à bord d'un TGV spécialement affrété par l'intersyndicale, pour aller manifester devant le siège du groupe à Saint-Ouen, près de Paris Crédits : Sébastien Bozon - AFP

Les "Alsthommes", entre inquiétude et combativité : Les 9.000 salariés du groupe Alstom sont appelés à faire grève, aujourd'hui, par l'intersyndicale CFE-CGC, CGT, CFDT et FO. Une manifestation est organisée à 11h, ce matin, devant le siège de l'entreprise à Saint-Ouen, en région parisienne. Hier, lors d'un CCE extraordinaire le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, s'est exprimé face aux représentants du personnel. Ces derniers ont déplor "une réunion pour rien". Pas d'annonce, hier, mais une confirmation : le gel du plan pour Belfort, c'est-à-dire, transférer la production de locomotives vers un site en Alsace. Cette décision est toujours suspendue et les salariés continuent de craindre pour les 400 emplois concernés chez Alstom à Belfort. Le gouvernement doit faire des annonces sur le sujet d'ici la fin de semaine ou le début de la semaine prochaine. Cette grève est l'occasion de nous arrêter plus longuement sur Belfort, site historique de la construction ferroviaire. Delphine Evenou a rencontré, ceux qu'on appelle les "Alsthommes", ces salariés si attachés à leur entreprise . Reportage à Belfort de Delphine Evenou avec Jean-Pierre Pernel.

Hausse du chômage en août , toutes catégories confondues : Le chômage a connu une forte hausse au mois d'août : 1,4% par rapport à juillet. On compte 3,81 millions demandeurs d'emplois sans aucune activité dans toute la France. Le chiffre grimpe à 5,82 millions pour les demandeurs d'emploi qui ont exercé une activité, ce qui contraste avec les résultats du mois de juillet, où le chomage reculait d'un demi-point. Toutes les catégories, toutes les tranches d'âge sont concernées, les jeunes encore plus que les autres. Une dégradation du marché du travail que le gouvernement impute en partie aux attentats, mais pas seulement. Explications de Jean Marc Chardon.

Un nouveau site Internet et deux ministres pour défendre le bilan du quinquennat Hollande : La hausse du chômage en août n'a pas douché l'enthousiasme des ministres Stéphane Le Foll et Najat Vallaud Belkacem. Hier, ils étaient tous deux à Gières, près de Grenoble, pour un meeting de mobilisation des militants socialistes. Ils ont défendu le bilan du quinquennat Hollande. Et pour accentuer l'offensive contre la droite, pour lutter, aussi, contre l'éparpillement des voix de la gauche dans le dispositif de pré-campagne du probable candidat Hollande, il existe désormais un outil : après "Hé oh la gauche", les Hollandais lancent un site, baptisé "Notre idée de la France". Analyse de Ludovic Piedtenu.

Aux Etats-Unis, des partisans démocrates ont suivi, cette nuit, le premier débat entre Hillary Clinton et Donald Trump, les candidats prinicipaux à la Maison Blanche
Aux Etats-Unis, des partisans démocrates ont suivi, cette nuit, le premier débat entre Hillary Clinton et Donald Trump, les candidats prinicipaux à la Maison Blanche Crédits : Robyn Beck - AFP

Ambiance électrique pendant le premier débat télévisé entre Hillary Clinton et Donald Trump : Aux Etats-Unis, c'était l'événement de la nuit...Le premier débat télévisé entre la démocrate Hillary Clinton et le républicain Donald Trump, les deux principaux candidats à la présidentielle du 8 novembre prochain. Dans cet affrontement très tendu qui a duré 90 minutes, Hillary Clinton a dénoncé la politique fiscale favorable aux très riches, proposée par son rival. Donald Trump a, lui, estimé que l'ex-secrétaire d'Etat "parlait beaucoup sans agir". A près de six semaines du scrutin, les sondages sont serrés entre les candidats républicain et démocrate. Correspondance de Frédéric Carbonne.

Contre-offensive diplomatique de Moscou sur le dossier syrien : Alors qu'il n'y a quasiment plus de pain ni de médicaments dans les quartiers rebelles de la métropole d'Alep, au nord de la Syrie, alors que cette ville est toujours sous le feu d'intenses bombardements du régime syrien et de la Russie, Moscou passe à la contre-offensive sur le plan diplomatique. La Russie n’a pas vraiment apprécié d'être accusée de crime de guerre et de barbarie, dimanche, au conseil de sécurité des Nations-Unies. Serguei Lavrov, le chef de la diplomatie russe, a accusé, hier, les Etats-Unis de vouloir protéger des rebelles et des jihadistes comme ceux du front al-Nosra.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......