LE DIRECT
Manifestation à Dohuk, au Kurdistan irakien

Bagdad multiplie les pressions sur le Kurdistan irakien après la large victoire du "oui" au référendum d'indépendance

12 min

Après son "oui" massif à l'indépendance, le Kurdistan irakien est de plus en plus isolé : le pouvoir central à Bagdad est prêt à envoyer l'armée et à interdire tous les vols internationaux dans la région, jusque là autonome. Colère des kurdes irakiens. Nous irons à Erbil dans ce journal.

Manifestation à Dohuk, au Kurdistan irakien
Manifestation à Dohuk, au Kurdistan irakien Crédits : Noe Falk Nielsen NurPhoto - AFP

Sans surprise, de premières pressions sur le Kurdistan irakien qui a choisi la voie de l'indépendance : En quelques heures, ils sont passés de la ferveur - explosions de joie dans la rue-, à la colère. Les Kurdes irakiens goûtent aux premières mesures de rétorsion de Bagdad, après la très large victoire, sans surprise, hier, du "oui" au référendum d'indépendance. Sur les 5 millions d'électeurs, 72% ont participé au scrutin et trempé leur index dans de l'encre, preuve de leur vote. Résultat final : près de 93% des voix en faveur de l'indépendance. Le pouvoir central n'a pas tardé à réagir. Les députés réitèrent leur demande d'envoyer des militaires au Kurdistan. Et Bagdad lance un ultimatum : les autorités kurdes ont jusqu’à demain après-midi pour annuler ce référendum. En cas de refus, tous les vols internationaux depuis et vers le Kurdistan seront interdits à partir de cette date. L'objectif est bien de faire plier la province rebelle. Reportage d'Omar Ouhamane, envoyé spécial à Erbil.

Deux combattantes des YPG à Raqqa, en Syrie
Deux combattantes des YPG à Raqqa, en Syrie Crédits : Morukc Umnaber / DPA - AFP

Les Kurdes, en première ligne, pour défaire le groupe Etat islamique à Raqqa, en Syrie : Les Forces démocratiques syriennes, une alliance dominée par les Kurdes et appuyée par la coalition internationale anti-djihadiste sous commandement de Washington, contrôlent désormais plus de 80% de Raqqa. Le fief syrien de Daech sera libéré dans quelques jours, selon Jihan Cheikh Ahmad, la porte-parole de l'opération "Colère de l'Euphrate". Reportage de Franck Mathevon avec Gilles Gallinaro à la technique.

La Birmanie entrouvre, aujourd'hui, la porte de l'Etat Rakhine aux organisations humanitaires : Le nord-ouest birman est le théâtre de violences depuis le mois d'août. Près de 500.000 Rohingyas, membres de la minorité musulmane, ont fui vers le Bangladesh voisin.

J-3 avant le référendum d'autodétermination interdit en Catalogne : Madrid envoie des renforts de police et la justice espagnole ordonne aux forces de l'ordre de barrer l'accès des bureaux de vote. Pas de quoi entamer la détermination des indépendantistes avant le scrutin de dimanche, bien au contraire. Précisions à suivre dans le journal de 7h30.

L'Assemblée a validé, hier soir, les perquisitions hors état d'urgence : Après le nouveau régime administratif d'assignations à résidence, décidé mardi, c'est une autre mesure phare et controversée du projet de loi antiterroriste, qui a été votée. Elle permet aux préfets d'ordonner des perquisitions, mais elles devraient avoir l'aval du juge des libertés et de la détention du tribunal de grande instance de Paris après un avis du procureur de Paris. La gauche de la gauche craint que cela ne "permette de défoncer les portes de militants politiques". Et puis, c'est une information de nos confrères de France Inter, deux rapporteurs spéciaux des Nations unies s'inquiètent, dans une lettre adressée au gouvernement français la semaine dernière, que la loi antiterroriste, discutée à l'Assemblée, ne pose "'des problèmes sérieux en matière de respect droits de l'homme". Les rapporteurs de l'ONU pointent notamment les"définitions vagues du terrorisme, ce qui exacerbe les craintes que les pouvoirs d'urgence puissent être utilisés de manière arbitraire". Le gouvernement a deux mois pour répondre à cette lettre, qui demande des garanties et des précisions pour éviter tout abus.

Les points clés du Budget 2018
Les points clés du Budget 2018 Crédits : Laurence SAUBADU, Thomas SAINT-CRICQ / AFP - AFP

Budget de la Sécu 2018 : Le gouvernement dévoile, à la mi-journée, à Bercy, son Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2018. Dans ce PLFSS, l'on sait déjà que pour réduire les déficits, le prix du paquet de cigarettes va augmenter, tout comme le forfait hospitalier, ce qui fait déjà grincer des dents chez les mutuelles prenant en charge ces frais de séjour et les associations de patients qui craignent une hausse punitive pour les patients les plus pauvres. Au menu, également, de ce PLFSS 2018, la fameuse obligation vaccinale étendue à 11 vaccins, contre 3 actuellement, pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2018. Une mesure controversée, explications de Véronique Julia.

Réactions après la présentation, hier, du budget général pour 2018 : Le projet de loi de finances 2018 était présenté, hier, par Bruno Lemaire, ministre de l'Economie et Gérald Daramin, ministre du Budget, devant les députés de la commission des Finances. A la sortie, les critiques ont fusé, de gauche et de droite. Reportage de Sophie Delpont.

Rachat des chantiers navals de STX de Saint-Nazaire par l'italien Fincantieri : C'est un accord "gagnant-gagnant" selon Emmanuel Macron. La France et l'Italie ont fini par trouver un terrain d'entente au sujet du rachat des chantiers navals STX de Saint Nazaire. Et le ministre de l'Economie Bruno Le Maire viendra l'expliquer cet après-midi sur le site industriel. Les deux pays sont à 50/50 mais dans les faits, c'est Fincantieri qui va prendre la barre grâce à un montage assez subtil. La France prêtera 1% aux Italiens, ce qui leur permettra de véritablement contrôler les chantiers nazairiens avec 51% des parts. En échange de ce prêt de 12 ans, des garanties sont apportées concernant le maintien de l'emploi et du savoir-faire. Si ces engagements ne sont pas tenus, la France pourrait reprendre ses parts. Mais ces transactions, en haut-lieu, semblent dépasser de nombreux salariés des chantiers navals. Reportage d'Anne Patinec, à Saint-Nazaire pour France Bleu Loire Océan et France Culture.

Chroniques

7H12
2 min

Le Billet économique

Les retraités appelés à participer aux efforts pour faire des économies

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......