LE DIRECT
La Première ministre britannique Theresa May

Brexit : après une histoire commune de 44 ans, Theresa May a envoyé sa lettre de rupture avec les 27

13 min

La lettre qui déclenche le Brexit sera remise ce matin au président du Conseil européen, Donald Tusk. Cette procédure de divorce inquiète les "enfants" du couple Londres-Bruxelles : ces Européens établis au Royaume-Uni depuis des années et dont les droits ne sont pas garantis.

La Première ministre britannique Theresa May
La Première ministre britannique Theresa May Crédits : CHRISTOPHER FURLONG POOL AFP - AFP

Coup d'envoi du Brexit : Deux ans pour boucler le divorce, après une histoire commune de 44 ans. C'est l'ambitieux agenda que s'est fixé la Première ministre britannique Theresa May. Ella a déjà envoyé, hier soir, sa lettre de rupture avec les 27 et elle doit activer officiellement l'article 50 du traité de Lisbonne à la mi-journée, avec une prise de parole devant les députés à Westminster. Neuf mois après le référendum sur la sortie de l'Union européenne, les divisions liées au Brexit sont loin de s'être estompées et mettent en péril jusqu'à l'intégrité du Royaume-Uni. Hier, en Écosse, les députés ont eux donné leur feu vert à un nouveau référendum d'indépendance. "Pas le bon moment", répète Theresa May. Quant aux 3 millions de ressortissants européens qui vivent au Royaume-Uni Français - Portugais, Polonais ou Allemands - craignent de se retrouver au centre des 2 ans de négociations qui débutent aujour'hui. Theresa May refuse de garantir leurs droits, avant d'avoir obtenu des assurances similaires pour le million de Britanniques vivant dans l'UE. Reportage à Londres de notre envoyé spécial Eric Biégala.

Le processus du Brexit
Le processus du Brexit Crédits : Sophie RAMIS, Kun TIAN, Alain BOMMENEL, Gillian HANDYSIDE AFP - AFP

Aux Etats-Unis, la guerre écologique est déclarée entre la Californie et le président Donald Trump : Il a signé un décret, hier, pour revenir sur le "Clean Power Plan", mesure phare de l'administration Obama pour lutter contre le réchauffement climatique, affirmant qu'il veut stimuler l'emploi dans le secteur énergétique et en particulier dans le charbon, l'énergie la plus polluante. Les autorités de Californie, état le plus peuplé du pays et bastion démocrate, ont répliqué avec défiance, réaffirmant leur intention de pousser encore plus loin leurs limites d'émissions polluantes.

Penelope Fillon a été mise en examen, hier : Après son époux, François Fillon, et son ancien suppléant à l'Assemblée, Marc Joulaud, c'est au tour de l'épouse du candidat de la droite et du centre, d'être mise en examen dans l'enquête sur ses possibles emplois fictifs, pour "complicité et recel de détournement de fonds publics", "complicité et recel d'abus de biens sociaux" et "recel d'escroquerie aggravée". Analyse à suivre dans le journal de 7h30.

François Hollande salue, ce matin, l'accord auquel sont arrivés les partenaires sociaux sur l'assurance-chômage : Le chef de l'Etat se félicite que le dialogue social en sorte "renforcé". Au terme d'âpres négociations, le patronat a fini par céder, hier, sur les contrats courts pour aboutir à un projet d'accord que quatre syndicats pourraient signer. "Assurance-chômage, un accord à quel prix ?", c'est la question du jour, que pose Guillaume Erner à Leïla de Comarmond, journaliste aux Echos.

La fin de Mim, l'enseigne de mode à petit prix : Le tribunal de commerce de Bobigny a validé, hier, la reprise partielle de la marque. Sur les 1.078 salariés, 791 seront licenciés. La justice a choisi l'offre du suisse Tally Weijl - en association avec le groupe français Etam, ce qui devrait conduire au licenciement de près de 80% du personnel.

Le ministre de l’Intérieur Mathias Fekl et la ministre des Outre-Mer Ericka Bareigts sont attendus aujourd’hui en Guyane : Hier, des marches organisées à Cayenne et à Saint-Laurent-du-Maroni ont réuni près de 15.000 personnes. Ils réclament davantage de moyens pour lutter contre la délinquance, améliorer l'offre de soins, l'offre éducative ou encore les infrastructures. C'est la plus grosse mobilisation jamais organisée sur le territoire, selon la préfecture. Après la marche à Cayenne, Gaële Joly a suivi l’un de ces manifestants dans son quartier, le Village Chinois, l’un des plus dangereux de la ville, pour comprendre le quotidien de ses habitants.

A Paris, la colère de la communauté asiatique après la mort d’un père de famille : Un chinois de 56 ans a été tué par un policier, dimanche soir, dans le XIXe arrondissement de la Capitale. L’homme a été abattu chez lui devant sa femme et ses enfants, dans des circonstances encore floues. La police parle de légitime défense tandis que la famille de la victime dénonce une bavure. Plusieurs centaines de manifestants se sont à nouveau rassemblés, hier soir, devant le commissariat du XIXe arrondissement. Reportage de Yann Gallic.

La FNSEA en congrès à Brest jusqu'à ce soir : Le premier syndicat agricole français doit renouveler entièrement son conseil d'administration, et gérer l'après Xavier Beulin. LA FNSEA, de plus en plus contestée en interne après sa gestion de la crise agricole, va également auditionner les candidats à la présidentielle demain matin. Enjeux de ce congrès qui se tient dans un contexte tendu décryptés par Anne-Laure Chouin.

Caravane de la présidentielle : Avec un thème et un lieu chaque matin, France Culture se déplace toute la semaine dans l'Hexagone pour comprendre les enjeux du scrutin au plus près des électeurs. Au programme aujourd'hui : l'éducation en Ile-de-France, et l'on en parle depuis le lycée George Braque, à Argenteuil, avec Hakim Kasmi et Nathalie Revenu, journaliste au Parisien édition Seine-Saint-Denis.

À venir dans ... secondes ...par......