LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Catherine Coutelle, députée socialiste, rapporteure de cette proposition de loi, sur le délit d'entrave numérique à l'IVG

Débats houleux, en perspective, à l'Assemblée nationale autour du délit d'entrave numérique à l'IVG

12 min

Une proposition de loi socialiste, débattue aujourd'hui, à l'Assemblée, entend lutter contre les sites Internet qui prétendent informer les femmes sur l'avortement, et derrière lesquels se cachent, en fait, des sites anti-IVG. Des élus d'opposition dénoncent une atteinte à la liberté d'expression.

Catherine Coutelle, députée socialiste, rapporteure de cette proposition de loi, sur le délit d'entrave numérique à l'IVG
Catherine Coutelle, députée socialiste, rapporteure de cette proposition de loi, sur le délit d'entrave numérique à l'IVG Crédits : AURÉLIEN MORISSARD Citizenside - AFP

Délit d'entrave numérique à l'IVG : Lutter contre les sites qui, sous couvert d'informations médicales, donnent en fait des informations biaisées sur l'IVG, l'interruption volontaire de grossesse. C'est la proposition de loi qui sera aujourd'hui défendue par la député socialiste Catherine Coutelle, soutenue par la ministre des Familles, Laurence Rossignol. Il vise à élargir aux sites Internet le délit d'entrave à l'IVG. Les débats promettent d'être houleux. Levée de bouclier de députés de l'opposition, comme Philippe Gosselin. Cet élu Les Républicains dans la Manche évoque le droit de pouvoir parler des difficultés de l'avortement. Lundi, le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier, en avait, lui, directement appelé à François Hollande pour qu'il ne laisse pas cette mesure "arriver à son terme". Et dans ce climat tendu, eux sont censés délivrer une information neutre sur la contraception et l'avortement. Les centres de planning familial regrettent d'être devenus un marqueur politique dans le débat actuel, avec des financements qui se réduisent comme peau de chagrin. Analyse et reportage de Catherine Pétillon.

L'association Droit au Logement dénonce une nouvelle mesure pour les demandeurs d'asile : Ils pourront désormais se voir réclamer une caution lors de leur entrée en CADA, les centres d'accueil qui leur sont réservés. Jusqu'à 150 euros par adulte, 75 euros par enfant. C'est un arrêté récent du ministère de l'Intérieur qui le prévoit et qui est dénoncé par l'association Droit au Logement. Explications de Marie-Pierre Vérot.

Alep risque de devenir un "gigantesque cimetière", avertit l'ONU : Pas question de se rendre. Les rebelles syriens ont exclu, hier, de se retirer des quartiers d'Alep-Est qu'ils tiennent encore, malgré la progression rapide des forces pro-régime. L'intensification des combats a fait 50.000 déplacés en quatre jours, d'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme, plus d'une trentaine de morts. Plus de 200.000 personnes seraient coupées du monde dans les quartiers Est d'Alep, dont 100.000 enfants, sans vivres ni hôpitaux en état de fonctionner. Réunion en urgence, hier, du conseil de sécurité, à la demande de Paris et de Londres. Le chef des opérations humanitaires de l'ONU, Stephen O'Brien, a averti les diplomates que faute d’action rapide et unanime du conseil, Alep-est ne serait bientôt plus qu’un cimetière géant. Correspondance à New York de Marie Bourreau.

L'OPEP parvient à un accord "historique" pour limiter sa production : Les cours du pétrole bondissent de près de 10%, dans la foulée de l'accord historique de l'OPEP. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole a conclu, hier, à Vienne, le premier accord de réduction de sa production depuis 2008. Un compromis qui aura nécessité des mois et des mois de pourparlers. Avec, finalement, un effort particulier de l'Arabie saoudite. Cet accord a fait deux gagnants : l'Iran et Donald Trump. Correspondance à Vienne de Blaise Gauquelin.

POLITIQUE : Début du dépôt des candidatures pour la primaire de gauche, François Bayrou laisse planer le doute pour 2017, François Fillon divise les centristes : Après la droite et le centre, c'est à la gauche, ou plutôt à "la belle alliance populaire" d'entrer, aujourd'hui, dans le processus de la primaire. Début du dépot de candidatures, scrutin les 22 et 29 janvier prochains. En attendant de savoir si François Hollande se présentera, un nouveau candidat : l'économiste Pierre Larrouturou, ex-socialiste et défenseur de la semaine à 32h. Il doit officialiser sa candidature dans la matinée.

De son côté, François Bayrou a déclaré, hier, ne pas exclure de se présenter à l'élection présidentielle de 2017 après la victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre. Le président du Modem, qui soutenait Alain Juppé, laisse toujours planer le doute sur ses intentions, mais il dit vouloir bâtir un programme "présidentiel" dans les semaines à venir.

Par ailleurs, l'accord entre Les Républicains et l'UDI se précise. Hier, François Fillon s'est entretenu avec Jean-Christophe Lagarde, le patron de l'UDI.Discussion, également, avec le président du Nouveau Centre Hervé Morin. Mais des divisions voient tout de même le jour au sein des centristes. Reportage d'Ilan Malka.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......