LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des pompiers distribuent des bouteilles d'eaux aux habitants de Saint-Martin

Emmanuel Macron attendu à Saint-Martin, alors que les critiques fusent sur la gestion de l'ouragan Irma par l'Etat

13 min

Après le passage de l'ouragan Irma, Emmanuel Macron est attendu à Saint-Martin, la partie française de l'île, dévastée aujourd'hui, tout comme Saint-Barthélémy. Bilan sur les 2 îles : 10 morts et 7 disparus. Des critiques fusent, sur place et en métropole, sur la gestion de la crise par l'Etat.

Des pompiers distribuent des bouteilles d'eaux aux habitants de Saint-Martin
Des pompiers distribuent des bouteilles d'eaux aux habitants de Saint-Martin Crédits : Martin BUREAU AFP - AFP

Comment reconstruire Saint-Martin et Saint-Barthélemy, épargnées par l'ouragan José mais dévastées par Irma ? C'est un chantier colossal qui commence à peine, avec un pont aérien et maritime établi entre la Guadeloupe et la partie française de Saint-Martin. 85 tonnes de nourriture doivent être acheminées, ainsi qu'un million de litres d'eau et plus de 2 tonnes de médicaments. Ce ravitaillement est très attendu par la population, qui manque de tout et qui déplore la gestion de la crise par l'Etat, alors qu"Emmanuel Macron est attendu sur place demain, ou comment prendre la mesure de la catastrophe, alors que les critiques se multiplient, sur place et en métropole, sur l'impréparation des autorités face à l'ouragan et sur la gestion de la crise. Analyse de Frédéric Says, témoignages recueillis par nos envoyés spéciaux, Thibault Lefèvre, Matthieu Mondoloni et Arthur Gerbeault.

Irma s'abat sur la Floride : Au moins 5 morts et Donald Trump déclare l'état de catastrophe naturelle majeure. Après avoir fait au moins 28 morts et des dégâts considérables dans les Antilles et à Cuba - inondations et coupures électriques à la Havane-, Irma s'est abattue sur la Floride, avec des vents d'une moindre intensité mais jusqu'à 155 km/h tout de même. Le président des Etats-Unis Donald Trump déclare l'état de catastrophe naturelle majeure et annonce un futur déplacement sur place. En Floride, fait inédit : plus de 6 millions d'habitants ont reçu l'ordre d'évacuer, soit près du tiers de la population de l'Etat. Mais le bilan est finalement moins lourd que ce que les autorités redoutaient. Correspondance de notre envoyé spécial Grégory Philipps.

Coût des ouragans Irma et Harvey aux Etats-Unis : Les ouragans Irma et Harvey vont coûter 290 milliards de dollars aux Etats-Unis, soit 1,5 point de pourcentage du PIB américain, selon le service de météorologie privé Accuweather. Ces coûts s'expliquent par notamment par l'interruption de l'activité des entreprises, chômage en hausse pour des semaines voire plusieurs mois, destruction d'infrastructures ralentissant en plus les transports, pertes agricoles comme le coton mais aussi 25% de la récolte des oranges - qui par ricochet ont un effet sur les prix à la consommation - hausse des prix du carburant, du fioul de chauffage et du kérosène, dommages occasionnés aux voitures, aux maisons, etc. Seulement une partie des coûts sera pris en charge par les assurances, selon Joel N.Myers, PDG d'Accuweather.

La Corée du Nord menacée par de nouvelles sanctions à l'ONU : Les Etats-Unis ont diffusé hier soir à leurs 14 partenaires du Conseil de sécurité un texte remanié sur un huitième train de sanctions contre la Corée du Nord, avant une mise au vote cet après-midi à l'ONU. Il prévoit un embargo "progressif" sur le pétrole destiné à Pyongyang, une interdiction d'importer son textile, notamment. Ces mesures moins fortes que prévues seraient prises en réaction au sixième essai nucléaire effectué par la Corée du Nord, il y a une semaine. Jusqu’à aujourd’hui, les sanctions internationales n’ont pas entamé la détermination du leader nord-coréen Kim Jong-Un à s’équiper du nucléaire. Mais quel est l’impact de ces mesures sur la population et sur la vie quotidienne ? Correspondance de Frédéric Ojardias à Séoul pour RFI et France Culture.

Des centaines de personnes ont manifesté, hier, à Paris contre "l'instauration d'un état d'urgence permanent" avant l'examen du projet de loi antiterroriste à l'Assemblée nationale : Plusieurs centaines de personnes se sont mobilisées, hier après-midi à Paris, contre le futur projet de loi antiterroriste voulu par le gouvernement. Il doit être examiné aujourd'hui par la commission des lois de l'Assemblée nationale. Ce projet de loi doit remplacer au 1er novembre prochain le régime de l'état d'urgence en inscrivant dans le droit commun certaines de ses mesures exceptionnelles. Parmi les manifestants au départ du Père Lachaise, Laurence Blisson, la secrétaire générale du Syndicat de la magistrature. Selon cette magistrate, l'exécutif risque d'empiéter un peu trop sur le pouvoir judiciaire. Interview de la magistrate Laurence Blisson avec Benjamin Delille.

Chroniques
7H12
2 min
Le Billet économique
Un "Airbus des mers" entre la France et l'Italie pour renforcer la coopération navale ?
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......