LE DIRECT
Emmanuel Macron

Emmanuel Macron raille ses adversaires et tente de convaincre les indécis, pour éviter de s'effondrer avant le 1er tour de la présidentielle

13 min

Emmanuel Macron donné en tête des intentions de vote avec Marine Le Pen, a éreinté, hier, en meeting à Paris, ses adversaires directs, dont François Fillon et Jean-Luc Mélenchon, afin de galvaniser ses troupes et de convaincre les indécis.

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron Crédits : Samuel Boivin Citizenside - AFP

Une inflexion à droite, suivie d'un repositionnement au centre : c'est la stratégie déployée, hier, par Emmanuel Macron, devant 20.000 personnes à Paris. Le candidat d'En Marche n'a pas insisté sur sa réforme du travail par ordonnance évoquée la semaine dernière, mais il a choisi d'ironiser sur le choix donné aux Français, entre " Mme Thatcher ou Trotsky, Fidel Castro ou Maurras". Emmanuel Macron a tenté de galvaniser ses troupes, dans cette dernière ligne droite, cruciale, avant le premier tour de la présidentielle. Extrait de son discours. Analyse, également, avec Frédéric Says, de la ligne de crête qu'Emmanuel Macron doit tenir, pour conforter sa courte avance dans les intentions de vote : il est donné en tête avec Marine Le Pen, mais talonné par François Fillon et Jean-Luc Mélenchon.

François Fillon estime, lui, dans un entretien à La Voix du Nord ce matin, que ses "36 ans au service du pays" lui donnent "plus d'autorité morale" pour gouverner le pays que les "trois ans passés à la banque Rothschild" d'Emmanuel Macron.

De son côté, Marine Le Pen, a choisi de durcir ses propositions sur l'immigration : A six jours du premier tour, hier, la candidate du Front national à la présidentielle était en meeting, au Zénith de La Villette, à Paris. Marine Le Pen annonce un "moratoire immédiat sur toute l'immigration légale" si elle parvient à l'Elysée. "Moi présidente, le rétablissement des frontières sera mis en place dès le lendemain de ma prise de fonctions. Je recruterai 6.000 douaniers supplémentaires pour le quinquennat", a également déclaré la présidente du FN.

Dernier grand coup d'éclat de Jean-Luc Mélenchon : Le leader de la France Insoumise compte sur sa dynamique positive depuis un mois environ, pour déjouer les pronostics des sondeurs et se qualifier au second tour de la présidentielle. Après avoir vogué à bord de la "péniche insoumise", hier, de Bobigny à la Bibliothèque François-Mitterrand à Paris, le leader de la France insoumise se démultiplie aujourd'hui. Son meeting à Dijon sera répliqué par hologramme dans 6 autres villes. On y revient dans le journal de 7h30.

Quant à Benoît Hamon, donné loin derrière le carré de tête Le Pen - Macron - Fillon - Mélenchon, il compte sur un meeting à Toulouse, aujourd'hui, et un rassemblement "festif et très politique" demain, place de la République, à Paris, pour déjouer les sondages.

Deux cartes pour voter ! Difficiles de les recenser, mais des milliers d'électeurs ont reçu dans leur boîte aux lettres deux cartes électorales. L'une envoyée à leur adresse actuelle, l'autre à leur ancien domicile. Le phénomène est dû à d'importants dysfonctionnements dans le processus d'inscriptions et de radiations des personnes qui déménagent. Y'aura-t-il une incidence sur les résultats du scrutin ? Explications de Stéphane Robert.

La Guyane poursuit son mouvement social : après la levée des barrages, pendant le week-end de Pâques, le collectif "Pou la Gwiyann dékolé" - "Pour que la Guyane décolle" en créole-, a décidé, hier, de rester mobiliser, et de refermer les barages depuis 3h cette nuit, heure de Paris. Ce durcisssement du mouvement a été prononcé pour obtanir la signature d'un protocole d'accord avec le gouvernement. Dans un texte de 7 pages, le collectif "acte" le plan d'urgence de plus d'un milliard d'euros, proposé par le gouvernement mais il propose de rouvrir le dialogue sur les 2 milliards" d'euros supplémentaires que réclamaient jusqu'à présent les manifestants, pour répondre à des questions sur la santé, l'éducation, le foncier et les communes de l'intérieur de la Guyane. Deux points sont non négociables : "le gouvernement doit acter le fait que le peuple guyanais veut se prendre en main", et il doit aussi garantir qu'aucun manifestant ayant participé au mouvement ne sera sanctionné judiciairement, insiste le collectif, en référence aux contrôles de police ordonnés par la justice depuis vendredi sur les barrages, à la suite de plaintes de particuliers pour "entrave à la circulation".

L'inquiétude des associations qui accompagnent les migrants, après l'incendie du camp de Grande-Synthe, dans le Nord, la semaine dernière : Il y a une semaine, le camp de migrants de Grande Synthe, dans le Nord, était ravagé par un incendie. Les flammes ont entièrement détruit ce camp qui accueillait près de 1.500 personnes. Depuis, près d'un millier de réfugiés ont été pris en charge dans des gymnases, puis envoyés dans des CAO - centres d'accueil et d'orientation-, un peu partout en France. Mais d'après UTOPIA 56, l'une des associations qui accompagnent les migrants, au moins 500 personnes sont introuvables et erreraient quelque part dans la nature. Les bénévoles tentent, tant bien que mal, de leur venir en aide. Reportage de Marie Rouarch.

Mobilisation des opposants au président Erdogan en Turquie : Mobilisaton des opposants au président Erdogan en Turquie : Deux jours après le référendum en Turquie, le résultat du vote est toujours contesté. Le "oui" à la réforme constitutionnelle voulue par le président Erdogan l'a emporté d'une courte tête, mais l'opposition dénonce encore des fraudes. D'après les observateurs internationaux, le scrutin s'est déroulé dans des conditions inéquitables. Critiques rejetées, hier, par Recep Tayyip Erdogan. Il a en revanche été félicité par son homologue aux Etats-Unis, Donald Trump. De son côté, le camp du "non" au référendum ne baisse pas les bras. Des milliers de personnes se sont rassemblées, hier, dans plusieurs villes du pays comme à Istanbul. Reportage de notre envoyé spécial Franck Mathevon, dans le quartier de Besiktas, sur la rive européenne.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......