LE DIRECT
François Fillon, en campagne coûte que coûte

En meeting, François Fillon exprime sa "colère froide", avant une enquête sur son épouse dans Envoyé spécial

14 min

En meeting, hier soir à Charleville-Mézières., François Fillon a une nouvelle fois répliqué aux attaques et aux soupçons d'emplois fictifs qui pèsent sur son épouse, Penelope Fillon qui affirmait, en 2007, n'avoir "jamais travaillé comme assistante" de son mari. Images diffusées hier sur France 2.

François Fillon, en campagne coûte que coûte
François Fillon, en campagne coûte que coûte Crédits : François NASCIMBENI AFP - AFP

François Fillon, en campagne coûte que coûte : Une partie de ses troupes l'a lâché, mais il poursuit, coûte que coûte sa campagne présidentielle. François Fillon était en meeting hier soir, à Charleville-Mézières, dans les Ardennes. Englué dans l'affaire des emplois présumés fictifs de sa femme, le candidat de la droite et du centre a voulu contre-attaquer. "J'éprouve une colère (froide (...) ce n'est pas la justice que l'on cherche, c'est à me casser (...) et au-delà de ma seule personne, c'est à casser la droite, à lui voler son vote", a déclaré François Fillon, dans des propos recueillis par Estelle Schmitt.

François Fillon s'exprimait juste avant la diffusion d’un reportage d’Envoyé Spécial sur France 2 : Enquête d'une demi-heure autour de Pénélope Fillon, l'épouse du candidat de la droite à la présidentielle, soupçonnée d'avoir bénéficié d'emplois fictifs, comme attachée parlementaire, notamment, auprès de François Fillon lorsqu'il était député. Et le reportage d'hier soir n'était pas à l'avantage de Penelope Fillon. Analyse de Frédéric Métézeau.

Serge Dassault condamné : Il avait conseillé à François Fillon de tenir bon, "les mises en examen on s'en remet très bien", avait-il déclaré, cette semaine, lors d'une réunion des parlementaires LR. Le sénateur Serge Dassault a été condamné, hier, à une amende de 2 millions d'euros et à 5 ans d'inéligibilité, interdiction d'exercer une fonction publique, pour blanchiment de fraude fiscale et omissions dans ses déclarations de patrimoine. Ces faits "nuisent aux intérêts financiers de l'Etat" selon le jugement, alors que Serge Dassault dirige" un groupe qui bénéficie largement de la commande publique" et qu'il exerce un mandat de parlementaire. Mais le tribunal correctionnel de Paris a estimé que Serge Dassault, bientôt 92 ans, doyen du Sénat, président d'honneur de Dassault Aviation, ne pouvait être condamné à une peine de prison, même avec sursis, "compte tenu de son grand âge".

Sommet européen, ce vendredi à Malte, sur la crise migratoire, alors que plus de 1.750 personnes ont été secourues en Méditerranée, depuis mercredi : Ces hommes, femmes et enfants ont été récupérés au large de la Libye, alors qu'ils tentaient de rejoindre l'Europe au péril de leur vie, sur des embarcations de fortune. Certains migrants n'avaient sur eux, qu'une vieille boussole et aucun gilet de sauvetage. Ces arrivées surviennent alors que Malte va accueillir, aujourd'hui, un sommet informel entre chefs d'Etat et de gouvernement européens, largement consacré à la crise migratoire. L'Europe veut réduire les arrivées par la Méditerranée centrale. Plus de 180.000 personnes sont passées de la Libye à l'Italie l'an dernier, un niveau record, sans oublier les 5.000 migrants qui ont trouvé la mort en tentant de rejoindre les rives européennes. L'U.E. a décidé de renforcer la formation des garde-côtes libyens et d'augmenter son aide financière à la Libye et à d'autres pays africains. Objectif : sécuriser leurs frontières et empêcher les migrants de quitter l'Afrique. Ce qui inquiète au plus haut point les associations humanitaires. Judith Sunderland, directrice adjointe de la division Europe à Human Rights Watch, jointe par Marie-Pierre Vérot, se dit préoccupée de l'argent donné à diverses forces de sécurité en Libye.

2 semaines de présidence Trump aux Etats-Unis, entre hyper-activité, critiques de ses opposants et soutien indéfectible de sa base électorale : Ce vendredi, cela fait deux semaines, jour pour jour, que Donald Trump a investi la Maison Blanche. Ces deux semaines ont été marquées par une hyper-activité et des manifestations après le décret interdisant aux ressortissants de 7 pays à majorité musulmane de rentrer aux Etats Unis. Ces deux semaines ont montré à quel point les fractures de la campagne présidentielle n'étaient pas refermées. Donald Trump est d'ailleurs l'un des présidents les plus impopulaires en début de mandat, avec une cote de popularité autour de 45%. Mais pour ses électeurs, aucun doute, il est bien le président qu'ils attendaient. Reportage de Frédéric Carbonne, dans le Maryland, un comté traditionnellement républicain et qui a largement soutenu Donald Trump.

Trump, ses opposants et sa diplomatie naissante : Des prix Nobel de la paix, réunis en sommet à Bogota, en Colombie, ont dénoncé, hier, les politiques de "haine" du président des Etats-Unis contre les immigrants. Donald Trump attise, par ailleurs, les foyers de tensions internationales, notamment avec l'Iran et la Russie, plaçant d'entrée dans une position inconfortable son nouveau chef de la diplomatie, Rex Tillerson, ancien patron du géant pétrolier ExxonMobil. Forme de rapprochement avec l'admnistration Obama sur deux dossiers sur lesquels Donald Trump affichait pourtant une volonté de rupture : sur la Russie, l'ambassadrice américaine à l'ONU condamne les actions agressives de Moscou en Ukraine, ces derniers jours, et affirme que les sanctions ne seront pas levées tant que la Crimée ne sera pas rendue à l'Ukraine. Sur Israël, Donald Trump prend pour la première fois ses distances avec la colonisation en Cisjordanie.

Centre Pompidou, à Paris
Centre Pompidou, à Paris Crédits : Manuel Cohen MCOHEN - AFP

Le Centre Pompidou célèbre ses 40 ans, ce week-end, France Culture est partenaire : Spectacles, musique, performances, documentaires, le Centre Pompidou sera ouvert à tous, gratuitement, demain et dimanche jusque tard dans la nuit. La Bibliothèque publique d'information (BPI) fête également cet anniversaire, avec notamment des visites de l'exposition autour des 60 ans de Gaston Lagaffe et (surtout) une mise en valeur de son fond poétique, l'un des plus grands de France, pourtant méconnu. D'où l'invitation lancée par Beaubourg aux "Souffleurs", un commando poétique qui va animer la BPI ce week end. Cécile de Cervasdoué est partie à leur recontre, reportage.

À venir dans ... secondes ...par......