LE DIRECT
François Fillon

Escalade verbale chez François Fillon qui accuse François Hollande d'animer un "cabinet noir" à l'Elysée

12 min

François Fillon accuse le chef de l'Etat d'animer un "cabinet noir". François Hollande dénonce, en retour des "allégations mensongères" et un "trouble insupportable" à la campagne présidentielle, à un mois du premier tour.

François Fillon
François Fillon Crédits : THOMAS SAMSON AFP - AFP

Suites affaire Fillon : Depuis le début des révélations sur les emplois présumés fictifs d'une partie de sa famille, François Fillon évoquait régulièrement les mots de "machination", de "tentative d'empêcher la droite de gagner la présidentielle". Mais hier, le ton est monté encore d'un cran, dans l'Emission politique sur France 2. François Fillon a porté une lourde accusation contre François Hollande : le chef de l'Etat organiserait, à la tête d'un "cabinet noir", les fuites dans la presse sur ses affaires judiciaires. Et de dénoncer un "scandale d'Etat". François Hollande a répliqué en dénonçant, lui, des "allégations mensongères". La présidence insiste : "Le seul scandale ne concerne pas l'Etat, mais une personne qui aura à en répondre devant la justice". Une escalade verbale analysée par Frédéric Says, à écouter plus en longueur dans son billet politique à 8h16.

Affaire Fillon : la procédure
Affaire Fillon : la procédure Crédits : Simon MALFATTO, Iris ROYER DE VERICOURT, Sabrina BLANCHARD, Thomas SAINT-CRICQ, - AFP

François Fillon a également eu un échange très tendu avec Christine Angot, hier soir, sur France 2 : La romancière a notamment accusé le candidat de la droite de faire un "chantage au suicide" en évoquant Pierre Bérégovoy. Christine Angot a également parlé d'un risque "que notre pays tombe aux mains du FN" parce que François Fillon a refusé de se retirer de la course à l'Elysée, après sa mise en examen. "De quel droit vous me condamnez ? a répliqué François Fillon, "de quel droit vous estimez que l'emploi de mon épouse était illégal et qu'il était indécent ? ". Et de faire son mea culpa au sujet des costumes de luxe que lui avait offerts son "ami" Robert Bourgi, un avocat proche des réseaux de la Françafrique. "J'ai eu tort d'accepter" ces costumes et "je les ai rendus", a déclaré François Fillon. Il a, en revanche, réfuté les informations du Canard Enchaîné sur le paiement de 50.000 dollarsà sa société de conseil, 2F, pour mettre en relation une homme d'affaires libanais et le président russe Vladimir Poutine.

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian annonce ce matin son ralliement à Emmanuel Macron : A un mois du premier tour de la présidentielle, c'est une prise de guerre convoitée pour Emmanuel Macron. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian confirme, ce matin, dans Ouest-France son soutien au candidat d'En Marche. Ce ralliement de poids est critiqué par le socialiste Benoît Hamon qui accuse ce pilier du gouvernement de trahir le vote de la primaire PS. Jean-Yves le Drian respecte, lui, le délai de décence, imposé par le président de la République : pas de ralliement de ministre avant le 24 mars (aujourd'hui, donc). Un délai que n'avaient pas respecté l'écologiste Barbara Pompili et le radical de gauche Thierry Braillard, tous deux au gouvernement et soutiens, depuis cette semaine, d'Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron détaille, dans les pages de Libération, son projet de relance de l'Europe, à la veille de la célébration des 60 ans du traité de Rome : Pour Emmanuel Macron, la relance de l'Union européenne passe par le couple franco-allemand. Le candidat d'En Marche regrette, par ailleurs, la "logique du doute qui l'a emporté, dit-il, après les non français et néerlandais au référendum de 2005.

Deux jours après l'attentat de Londres, recueillement, hier à Trafalgar Square et suites de l'enquête dans cette attaque revendiquée par le groupe Etat islamique : Des milliers de personnes se sont rassemblées, hier soir, à Trafalgar Square, à Londres, en hommage aux victimes de l'attentat. Des bougies, des fleurs et des drapeaux britanniques, apportés par la foule sur l'une des places emblématiques de Londres, en signe de recueillement et de résistance citoyenne - vous l'entendrez dans le journal de 7h30 avec notre envoyée spéciale Mathilde Dehimi - , à cet attentat, revendiqué par le groupe Etat islamique, qui a fait 4 morts, outre l'assaillant, et une quarantaine de blessés. Scotland Yard a identifié le terroriste. Il s'agit d'un Britannique de 52 ans nommé Khalid Masood. Huit arrestations ont été menées, par ailleurs, notamment dans la région de Birmingham au centre de l'Angleterre. Enquête suivie par notre corrrespondant à Londres, Antoine Giniaux.

Un nouveau drame de la migration en Méditerranée : 250 Africains seraient morts dans le naufrage de deux canots gonflables, repêchés, hier, au large de la Libye par une ONG espagnole, à une quinzaine de milles des côtes libyennes.

Le Conseil constitutionnel vide en partie de sa substance la loi "Rana Plaza" : C'est une loi pour éviter les drames comme l'effondrement de l'immeuble du Rana Plazza, au Bangaldesh, qui avait tué un millier d'ouvriers du textile en 2013. La loi sur le devoir de vigilance a été votée le 21 février dernier en France, après un marathon législatif de quatre ans. Mais, hier, le Conseil constitutionnel l'a en partie vidée de sa susbtance. Les Sages ont validé l'obligation faites aux multinationales de contrôler leurs sous-traitants, mais ils ont censuré les dispositions qui prévoient des amendes pour ces multinationales. Le Conseil constitutionnel avait été saisi par 120 députés et sénateurs Les Républicains, qui dénonçaient une "loi punitive à l'égard des grandes entreprises françaises". Que signifie cette décision du Conseil constitutionnel ? Eclairage et reportage de Lise Verbeke.

"Malgré de nombreuses victoires, le combat n'est pas terminé", c'est le message que veut faire passer le 23e Sidaction, qui démarre aujourd'hui : Ce vendredi marque le début de trois jours de sensibilisation et d'appel aux dons pour la prévention et la recherche contre le Sida, pour le 23e Sidaction. Un sondage Ifop et Bilendi met en évidence les lacunes des Français concernant le VIH : seule une personne sur 2 sait qu'il existe un autotest de dépistage du Sida, vendu en pharmacie. Et les idées fausses persistent : 15% des personnes interrogées (21% des 15-24 ans) croient que le virus peut être transmis par un baiser. 22% des Français pensent qu'il existe des médicaments pour guérir du Sida. Le point sur la recherche, avec Aurélie Kieffer.

2e jour du procès des abattoirs du Vigan, dans le Gard : Trois employés et la communauté de communes, qui gère l’établissement, comparaissent à Alès, pour des faits de maltraitance animale et acte de cruauté pour l’un d’entre eux, un jeune homme de 24 ans. Dix associations sont parties civiles : L214 qui, par ses vidéos tournées en caméras cachées et diffusées à l’audience, est à l’origine de ce procès, mais aussi la Fondation Brigitte Bardot, la SPA ou encore l’Alliance anti-corrida. Mais ce que révèle ce procès, c’est aussi la confrontation de deux mondes. Reportage, dans le journal de 7h30, de Charlotte Piret à Alès pour France Culture. Pour prolonger le sujet de la protection animale, dossier à lire ici, intitulé "Du meuble à l'être sensible : la protection des animaux en cinq dates".

À venir dans ... secondes ...par......