LE DIRECT
Marine Le Pen et Emmanuel Macron

Invectives constantes de Marine Le Pen contre Emmanuel Macron qui a, lui, renvoyé le FN à l'irréalisme de son programme : ce qu'il faut retenir du débat de l'entre-deux-tours

12 min

L'unique débat télévisé de l'entre-deux-tours a été très virulent, hier, entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron : la candidate du FN a été qualifiée de "candidate de la défaite" par Emmanuel Macron. Le candidat d'En Marche ! a, lui, été accusé d'être celui de "la mondialisation sauvage".

Marine Le Pen et Emmanuel Macron
Marine Le Pen et Emmanuel Macron Crédits : Eric FEFERBERG / POOL / AFP - AFP

Que retenir du débat présidentiel d'hier, à part la virulence des échanges ? "Moi, je suis la candidate du pouvoir d'achat, vous, M.Macron, vous êtes le candidat du pouvoir d'acheter la France, de pouvoir la dépecer", a déclaré, d'emblée, Marine Le Pen, dans l'unique débat de l'entre-deux-tours, hier soir, sur TF1 et France 2h. "Ce que vous portez, c'est l'esprit de défaite", a répliqué Emmanuel Macron, avant d'ajouter "c'est d'expliquer à nos concitoyens, c'est trop dur, la mondialisation, pour nous, c'est trop dur l'Europe, donc on va se replier, on va fermer les frontières (...) Moi je porte l'esprit de la conquête français". Cet EXTRAIT du débat en dit long sur les positionnements des deux prétendants à l'Elysée.

Écouter
30 sec
Extrait du débat télévisé, hier soir, sur TF1 et France 2 entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron
Crédits : Visactu

Hier, pendant 2h30, Marine Le Pen s'est, une fois de plus, présentée en "candidate du peuple", dans l'invective constante, contre Emmanuel Macron, réduit, une fois de plus, par la candidate du FN, à "l'homme du système, des banques", "héritier de François Hollande". Et dans ce débat, l'on a vu Emmanuel Macron, plus posé que son adversaire. Le candidat d'En Marche! a assumé un programme plus technique et il a renvoyé Marine Le Pen à l'incohérence, à l'irréalisme de son programme voire aux positions tenues sur son père à propos de la Deuxième Guerre mondiale ou du Vel d'Hiv. Double objectif : convaincre les électeurs de droite de voter pour lui, ce dimanche 7 mai, mais aussi, les électeurs de gauche, en rediabolisant le FN. ANALYSE de Stéphane Robert. Et l'on revient sur ce débat télévisé dans le journal de 7h30, avec, notamment, la réaction affligée, d'Eric Coquerel, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, candidat malheureux de La France insoumise à la présidentielle.

L'écologie, grande absente du débat d'hier soir : L'écologie n'a pas passé le premier tour, déplore l'ONG Greenpeace. Les questions environnementales occupent une faible place dans les programmes des deux finalistes de la présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Et hier, sur Twitter, Greenpeace parle de mise à sac de ses valeurs par Marine Le Pen, notamment sur l'Europe que l'ONG souhaite "unie, solidaire et démocratique". L'occasion, pour nous, de nous arrêter, ce matin, sur l'environnement, dans notre série quotidienne, pendant l'entre-deux-tours, sur les programmes des deux prétendants à l'Elysée. Si Marine Le Pen veut un patriotisme environnemental, avec le nucléaire comme condition de l'indépendance énergétique de la France (pas question de réduction, donc), Emmanuel Macron, lui, s'inscrit dans la lignée de l'actuel gouvernement. Il compte bien réduire, d'ici 2025, de moitié la part du nucléaire et ne reviendra pas sur fermeture de la centrale de Fessenheim. Par ailleurs, si Emmanuel Macron veut doubler l'éolien et le solaire pendant son quinquennat, Marine Le Pen veut, elle, un moratoire immédiat sur l'éolien, "pollution visuelle", dit la candidate du FN. Que pensent les finalistes, à présent, de l'aéroport de Notre-Dame-des Landes ? DEMANDEZ LE PROGRAMME ! avec Véronique Rebeyrotte. Macron - Le Pen : des programmes diamétralement opposés, sur les questions économiques également, sur la famille ou encore l'Europe...c'est un dossier à retrouver ICI.

Tati, à Paris
Tati, à Paris Crédits : Joël SAGET / AFP - AFP

Les salariés de Tati manifestent à partir de 9 h, ce matin, devant le magasin historique de la marque, à Barbès, dans le XVIIIe arrondissement de Paris : 1.700 emplois sont menacés car l’enseigne, spécialisée dans les petits prix, est en cessation de paiement, avec 5,7 millions d'euros de dette. Tati devrait être placé en redressement judiciaire aujourd’hui . Les offres pour la reprise seront étudiées à la fin du mois, mais en attendant, c’est l’inquiétude qui domine chez les salariés. REPORTAGE de Tim Buisson.

Ultimatum lancé par le collectif "Pou Lagwiyann dékolé" : Le collectif, qui avait piloté le mouvement social de plus d'un mois, en Guyane, menace de reprendre les actions, si aucune solution n'est trouvée dans les 48 heures, aux conflits sociaux chez EDF et à l'hôpital de Cayenne.

De nouvelles manifestations violentes au Venezuela
De nouvelles manifestations violentes au Venezuela Crédits : CARLOS BECERRA / ANADOLU AGENCY - AFP

Les manifestants anti-Maduro restent mobilisés, au Venezuela : Les étudiants ont prévu de manifester, aujourd'hui, dans un pays secoué par des voilences quasi-quotidiennes, depuis plus d'un mois de manifestation de l'opposition. Hier, un jeune homme est mort à l'est de Caracas, la capitale vénézuélienne, ce qui porte à 32 le nombre de décès depuis début avril dans ou en marge des manifestations. Hier, avec le soutien de camions blindés anti-émeutes, la police et la garde nationale militarisée ont repoussé les manifestants sur une autoroute de l'est de Caracas avec du gaz lacrymogène, des canons à eau et des tirs de grenaille, tandis qu'en face, plusieurs groupes de jeunes, parfois cagoulés, répliquaient par des jets de pierres et de cocktails Molotov. On y revient dans le journal de 7h30.

23 millions d’Algériens sont appelés aux urnes, aujourd’hui, pour élire leur parlement : Ces élections législatives ne passionnent pas les foules. Les Algériens s’intéresseraient plus à la présidentielle française qu'au scrutin qui se tient chez eux. La seule question qui agite le landernau politique, c’est l’état de santé du président Bouteflika, dans un pays, jeune, où la gérontocratie s'accroche au pouvoir : l'Algérie est dirigée par une vieille garde d'octogénaires, ANALYSE de notre envoyé spécial à Alger, Christian Chesnot.

Elections locales en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles : Les Britanniques sont de retour aux urnes pour la première fois depuis le référendum sur le Brexit, à l'occasion d'élections locales à valeur de test , les législatives anticipées du 8 juin prochain. Les résultats sont attendus demain, en milieu de journée. REPORTAGE d'Antoine Giniaux à Birmingham.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......