LE DIRECT
Des blessés soignés dans un hôpital de la Ghouta orientale, le 24 février 2018, en Syrie.

Le Conseil de sécurité de l'ONU vote une résolution pour une trêve en Syrie

5 min

Les combats devront cesser "sans délai" et pendant trente jours pour permettre l'arrivée de l'aide humanitaire sur tout le territoire syrien. Mais le texte comportent certaines conditions imposées par la Russie, allié de Damas.

Des blessés soignés dans un hôpital de la Ghouta orientale, le 24 février 2018, en Syrie.
Des blessés soignés dans un hôpital de la Ghouta orientale, le 24 février 2018, en Syrie. Crédits : Mohammed Badra - Maxppp

Il aura fallu quinze jours de négociations et plusieurs reports, le Conseil de sécurité de l'ONU est parvenu à s'entendre hier soir et voté la mise en place d'une trêve en Syrie.  La résolution adoptée à l'unanimité réclame un arrêt des combats immédiats et pendant un mois. A quelques exceptions près. Cet appel à la trêve ne concerne pas les attaques contre les groupes djihadistes, comme le souhaitait la Russie, allié indéfectible de Damas. Reste donc à faire appliquer cette trêve. Hier encore les frappes pro-gouvernementales ont tué une quarantaine de civils dans la Ghouta orientale, l'enclave rebelle près de Damas. Notre reporter, Mélanie Houé, est parvenue à recueillir le témoignage de certains habitants.

Douze heures trente à arpenter les allées, serrer des mains et caresser des bêtes. Emmanuel Macron a réussi à battre, hier, le record de présence au salon de l'agriculture. Le président a eu le droit à beaucoup d'applaudissement, des selfies à tour de bras, et à un accueil globalement bienveillant. Mais, à chaque stand, l'inquiétude des agriculteurs s'est manifestée par des sifflets. Reportage de Benjamin Illy.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......