LE DIRECT
Photo prise à Marseille, le 23 mai dernier

L'exécutif touche à son but : la réforme ferroviaire doit être définitivement adoptée aujourd'hui, alors que les divergences sont de plus en plus visibles au sein de l'intersyndicale

13 min

Les syndicats de cheminots ont étalé, hier lors d'une réunion houleuse à Paris, leurs divisions sur l'avenir du mouvement de grève contre la réforme du secteur ferroviaire. Le projet de loi doit être adopté définitivement aujourd’hui, avec un dernier vote au Sénat.

Photo prise à Marseille, le 23 mai dernier
Photo prise à Marseille, le 23 mai dernier Crédits : Gerard Bottino / CrowdSpark - AFP

L'intersyndicale des cheminots laisse apparaître des divergences, alors que l'exécutif touche à son but : la réforme ferroviaire doit être définitivement adoptée, aujourd'hui au Sénat, après le feu vert, accordé hier, par les députés. Si les piliers de la réforme n'ont pas bougé, avec notamment la transformation de la SNCF en société anonyme, pour permettre l'ouverture progressive du rail à la concurrence et la fin des recrutements avec le statut de cheminots à partir de 2020, la contestation, elle, s'est essoufflée. La direction a compté moins de 13% de grévistes, hier, soit le niveau le plus bas depuis le début du mouvement social en avril dernier. Et les divergences sont de plus en plus visibles, au sein de l'intersyndicale qui s'est réunie, hier à Paris. Alors que la CFDT appelle à suspendre la grève pendant les épreuves du baccalauréat, cette position est dénoncée par la CGT, l'UNSA et Sud Rail. Avant une table ronde tripartite, demain, entre gouvernement, syndicats et patronat, pour discuter de la nouvelle convention collective de la SNCF, la CGT, FO et les syndicats étudiants et lycéens de l'Unef, de l'UN et de la FIDL ont annoncé, hier, une journée de mobilisation interprofessionnelle le 28 juin prochain, date de fin de la grève en pointillés à la SNCF,  pour dénoncer, de manière globale, la politique sociale d'Emmanuel Macron. Reportage  sur l'intersyndicale houleuse d'hier, à Paris, d'Eva Jednak. De son côté, Patrick Jeantet, à la tête de SNCF Reseau, appelle les cheminots à cesser leur mouvement car la réforme va être adoptée au parlement.

Les autres titres du journal

L'opposition de tous bords a critiqué mercredi les propos d'Emmanuel Macron sur les aides sociales, tenus dans une vidéo diffusée mardi, estimant qu'"un président ne devrait pas dire ça".

Les ministres italien, autrichien et allemand de l'Intérieur, des faucons sur la brûlante question migratoire, vont constituer "un axe des volontaires" pour s'attaquer à l'immigration clandestine, ajoutant à la cacophonie européenne sur le sujet.

Un an après l'incendie de la Tour Grenfell à Londres qui a coûté la vie à 72 personnes et en a traumatisé des milliers d'autres, le Royaume-Uni a entamé 24 heures de commémorations. Les deux tiers des résidents n’ont pas encore été relogés.

L'otage française Sophie Pétronin, enlevée au Mali fin 2016, apparaît dans une nouvelle vidéo dans laquelle elle s'adresse à son fils, diffusée par le "Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans", selon SITE, un centre américain spécialisé dans la surveillance en ligne de la mouvance djihadiste.

Coup d'envoi, aujourd'hui, de la Coupe du monde de football, un mois de compétition sportive et d'offensive diplomatique avec Vladimir Poutine sur de nombreux dossier au Proche et Moyen-Orient

Chroniques

7H12
2 min

Le Billet économique

Qui va profiter des milliards de recettes du Mondial de foot ?

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......