LE DIRECT
Des occupants de la ZAD, ce matin, à Notre-Dame-des-Landes, où se déroule une nouvelle opération d'expulsion depuis 6h

Nouvelle vague d'expulsion à Notre-Dame-des-Landes : près de 1.800 gendarmes mobiles pour démanteler une dizaine de squats et lieux de vie des Zadistes

11 min

Cette nouvelle vague d'expulsion survient trois jours après l'annonce par le gouvernement d'une régularisation rapide d'une quinzaine de projets agricoles, déposés par des occupants de la ZAD. Les forces de l'ordre veulent évacuer tous ceux qui n'ont pas fait de demande de régularisation.

Des occupants de la ZAD, ce matin, à Notre-Dame-des-Landes, où se déroule une nouvelle opération d'expulsion depuis 6h
Des occupants de la ZAD, ce matin, à Notre-Dame-des-Landes, où se déroule une nouvelle opération d'expulsion depuis 6h Crédits : GUILLAUME SOUVANT / AFP - AFP

Nouvelle vague d'expulsion à Notre-Dame-des-Landes : Un hélicoptère survole le bocage et 1.800 gendarmes mobiles ont été déployés pour déloger tous ceux qui n'auraient pas fait de demande régularisation, depuis les expulsions d'avril dernier, où 29 squats avaient été démantelés et détruits. Quinze premiers projets agricoles de zadistes sont en passe d'être régularisés, a annoncé le ministre de l'Agriculture, en début de semaine, tandis que 14 autres dossiers sont en cours d'examen plus approfondi. Les occupants de Notre-Dame-des-Landes, sur le site initialement prévu pour un aéroport près de Nantes, entendent une fois de plus s'opposer aux expulsions et destructions de leurs lieux de vie, face disent-ils, à la stratégie de la carotte et du bâton du gouvernement. Analyse de Véronique Rebeyrotte. 

Les autres titres du journal

La gestion du dossier Notre-Dame-des-Landes sera certainement évoqué, aujourd'hui, par la trentaine de ministres en déplacement pour défendre la première année de réformes du quinquennat Macron : Avant le passage dans la soirée d'Edouard Philippe sur France 3, les ministres participent à des réunions publiques, conférences de presse et interviews dans toute la France. L'exécutif prépare une offensive massive pour assurer en quelque sorte le service après-vente de son "plan de transformation", initié il y a un an avec l'élection d'Emmanuel Macron, dans un contexte social tendu, marqué notamment par la mobilisation syndicale contre la réforme ferroviaire.

L'Union européenne à un tournant avec, pour la première fois en Italie, des populistes, pour le moins eurosceptiques, aux portes du pouvoir, avec, aussi, outre-Atlantique, un président des Etats-Unis qui n'hésitent pas à déstabiliser ses partenaires : Les 28 veulent afficher un front uni, mais avec quels moyens ? Les dirigeants européens se retrouvent à Sofia, en Bulgarie aujourd'hui,  pour confirmer la "perspective européenne" promise aux pays des Balkans, où la Russie tente d'étendre son influence. C'est un front uni tourné, cette fois, vers les Etats-unis de Donald Trump,  que les 28 ont souhaité présenter hier, lors d'un dîner de travail, toujours dans la capitale bulgare. Ou comment tenter de sauvegarder, à l'échelle européenne, l'accord nucléaire iranien, après la décision de Donald Trump d'en retirer les Etats-Unis ou comment refuser les taxes américaines sur l'acier et l'aluminium européen. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a eu des mots très durs, contre "l'attitude capricieuse de l'administration américaine" : "avec de tels amis, on n’a pas besoin d’ennemis (...) Il nous a fait réaliser que si l’on a besoin d’un coup de main, il faut regarder au bout de notre bras (...) Pour agir sur la politique mondiale, et non pas la subir, l’Europe doit être unie, comme jamais, sur les plans économique, politique mais aussi militaire. En clair, c’est l’union ou la disparition". Mais de quelle marge de manœuvre disposent réellement les 28 Etats-membres de l'Union européenne, face aux Etats-Unis de Donald Trump ? Analyse de Quentin Dickisnon, à Sofia, en Bulgarie, moyens techniques assurés par Clémence Bonfils.

L'Union européenne, qui tente d'unir ses forces, face aux Etats-Unis, mais qui est minée, de l'intérieur, par des poussées populistes avec, dernier exemple en date, l'Italie : Le Mouvement 5 étoiles, qui se dit "antisystème", et la Ligue, parti d'extrême droite, semblent proches d'un accord de gouvernement, dont une ébauche résolument eurosceptique a suscité une vague d'inquiétude. En 22 points et 40 pages, les deux partis proposent de repousser l'âge de départ à la retraite, de réviser les traités européens mais pas question finalement, pour ces partis pour le moins eurosceptiques, de remettre en cause la monnaie unique. La presse italienne livre des détails du contrat de gouvernement ce matin, correspondance de Mathilde Imberty.

Avec 116 voix pour et 226 contre, c'est à une large majorité que le Sénat a rejeté une proposition de loi socialiste voulant faire sauter le verrou de Bercy, qui donne au seul ministre du Budget,  la possibilité de lancer des poursuites pénales contre un fraudeur fiscal,  ou a contrario, de faire obstacle à la poursuite d’infractions devant la justice. La demande de lever le verrou de Bercy avait été relancée par le scandale Cahuzac, mais la loi ne va finalement pas évoluer. Le secrétaire d'Etat Olivier Dussopt se retrouve dans une position délicate. En juillet dernier, alors qu'il était encore député PS, il avait milité pour une suppression totale du verrou de Bercy. Aujourd'hui au gouvernement, il doit défendre l'inverse face aux sénateurs. Reportage d'Evan Lebastard.

Ils veulent défendre "l'or vert" de la France, les forêts et les bois qui recouvrent un tiers du territoire national : Les syndicats de l’ONF (Office national des forêts) manifestent aujourd'hui dans plusieurs villes de France, pour dénoncer une logique de rentabilité et d'industrialisation ; une vision des forêts comme "usine à bois". Reportage à suivre dans le journal de 7h30, dossier à prolonger ici

Chroniques

7H12
2 min

Le Billet économique

L'Italie à la traîne de la croissance européenne

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......