LE DIRECT
Jean-Luc Mélenchon, le  dirigeant de la France insoumise, pris en photo le 19 janvier 2018

Jean-Luc Mélenchon dénonce des "violences policières" après la perquisition au siège de La France insoumise mais policiers, magistrats et gouvernement dénoncent, eux, l'outrance du leader Insoumis

13 min

Après ces perquisitions mouvementées, une enquête pour "menaces" et "violences" sur des policiers et des magistrats a été ouverte, hier, par le parquet de Paris. J.L. Mélenchon dénonce une volonté d'intimidation et annonce que la France Insoumise va porter plainte pour violences policières.

Jean-Luc Mélenchon, le  dirigeant de la France insoumise, pris en photo le 19 janvier 2018
Jean-Luc Mélenchon, le dirigeant de la France insoumise, pris en photo le 19 janvier 2018 Crédits : boris HORVAT / AFP - AFP

Des tensions judiciaires à la passe d'armes politique : le gouvernement s'est dit "choqué" par les violences perpétrées, selon lui, contre des magistrats et des policiers lors d'une perquisition au siège parisien de la France insoumise, dont le leader Jean-Luc Mélenchon crie à la tentative d'"intimidation". Jean-Luc Mélenchon est convoqué à 11 heures, ce matin, à l’Office de Lutte contre la corruption,  pour répondre aux soupçons sur des emplois présumés fictifs d'assistants au Parlement européen et sur ses comptes de campagne pour la présidentielle de l'an dernier.  Deux enquêtes préliminaires sont ouvertes et c'est pour cela que des perquisitions ont été menées, avant-hier, notamment au siège parisien de la France Insoumise. Ces perquisitions ont été violemment contestées par Jean-Luc Mélenchon, qui a filmé et diffusé la scène en direct sur les réseaux sociaux. Une enquête pour "menaces" et "violences" sur des policiers et des magistrats a été ouverte, hier, par le parquet de Paris. Le gouvernement s'est dit "choqué" par ces violences. Jean-Luc Mélenchon, lui, dénonce une tentative d'"intimidation". Il a annoncé que son parti, la France Insoumise, allait porter plainte pour violences policières. Dossier judiciaire suivi par Sophie Parmentier, polémique politique décryptée par Antoine Jeuffin.

Les autres titres du journal

Pour "limiter la circulation automobile" et surtout "lutter contre la pollution", le gouvernement serait prêt à instaurer des péages à l'entrée des villes de plus de 100 000 habitants et augmenterait les aides, également, à la conversion, avec une prime à la casse pour pallier, en partie, la hausse des carburants, dont le diesel. Par ailleurs, la ministre des Transports Elisabeth Borne confirme l'abandon du projet d'autoroute A45 entre Lyon et Saint-Étienne, dans une interview au quotidien régional Le Progrès, privilégiant "des solutions alternatives routières et ferroviaires".

Toujours à l'impasse à Bruxelles, sur le Brexit : aucune avancée, hier, entre Londres et les 27. Pourquoi fait-on du surplace alors que le Royaume-Uni doit quitter l'Union européenne en mars prochain ? Analyse d'Isabelle Labeyrie, en direct de Bruxelles avec Marcos Daras à la technique. 

Le président Donald Trump dément couvrir les alliés saoudiens des Etats-Unis dans l'affaire Jamal Khashoggi, ce journaliste qui aurait été assassiné à Istanbul par des tueurs envoyés par Ryad. Le Washington Post  publie ce qui pourrait bien être la dernière contribution du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, exilé aux Etats-Unis, alors que sont publiés dans la presse turque et américaine des détails effroyables sur le possible assassinat. Récit glaçant de Franck Mathevon.

À venir dans ... secondes ...par......