LE DIRECT
Carte du contrôle des territoires à 7 moments clés de la guerre en Syrie de 2013 à aujourd'hui

Donald Trump ordonne le retrait des troupes américaines de Syrie, au grand dam des généraux qui l'entourent et des kurdes alliés de Washington contre Daech

13 min

Le président des Etats-Unis estime avoir "vaincu" le groupe Etat islamique en Syrie et ordonne le retrait complet des 2.000 forces spéciales américaines stationnées dans ce pays. Cette décision a provoqué une levée de boucliers dans son propre camp républicain et la crainte des Kurdes en Syrie.

Carte du contrôle des territoires à 7 moments clés de la guerre en Syrie de 2013 à aujourd'hui
Carte du contrôle des territoires à 7 moments clés de la guerre en Syrie de 2013 à aujourd'hui Crédits : Sophie RAMIS, Thomas SAINT-CRICQ / AFP - AFP

Donald Trump ordonne, seul, le retrait des troupes américaines de Syrie, estimant avoir vaincu le groupe Etat islamique, une décision qui a provoqué la stupeur et une levée de boucliers dans son propre camp. Mission accomplie, en tout cas aux yeux de Donald Trump. Le président des Etats-Unis proclame la défaite du groupe Etat islamique en Syrie, et annonce, à la surprise générale, contre l'avis même des généraux qui l'entourent, un retrait immédiat et total des troupes américaines de Syrie. Près de 2.000 hommes, essentiellement des forces spéciales, étaient positionnés dans le nord de la Syrie. Donald Trump veut les rapatrier au plus vite et tenir, ainsi, une promesse de campagne. Cette annonce surprise, qui transforme en profondeur le rapport de force en Syrie, où la Russie est à la manœuvre, a été faite dans une certaine confusion, renforçant l'image d'un président isolé sur ce dossier au sein de son administration. Reportage à Washington de Grégory Philipps.

Les Kurdes, alliés des Etats-Unis dans la lutte contre Daech en Syrie, parlent déjà de conséquences dramatiques : ils se disent à la merci, plus que jamais, de la Turquie voisine. Il y a quelques jours, lors d'une conversation téléphonique avec Donald Trump,  le président Recep Tayyip Erdogan avait indiqué que la Turquie s'apprêtait à lancer une offensive massive contre les milices kurdes qui contrôlent le nord-est de la Syrie.  Ankara les considère comme des terroristes, alliées du PKK, et refuse qu'elles soient déployées le long de sa frontière. Précisions d'Omar Ouahmane.

Les autres titres du journal

Salaires des policiers revalorisés : "une belle avancée" saluée par les syndicats. A l'issue d'une journée de protestation des forces de l'ordre, hier ("grève du zèle", service minimum dans des commissariats), le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a accepté, peu avant minuit, de revaloriser progressivement, les salaires des policiers : 40 euros de plus par mois  dès le 1er janvier, pour aboutir au bout d'un an à une hausse en moyenne de 120 euros net par mois pour les gardiens de la paix et pouvant aller jusqu'à 150 euros pour les plus hauts gradés. Rencontre place Beauvau, suivie par Lorélie Carrive.

Les "gilets jaunes", eux, auront bientôt leur loi : des mesures d’urgences économiques et sociales vont être discutées et votées aujourd'hui par les députés, avant d'être soumises, demain, aux sénateurs. Le projet de loi prévoit la défiscalisation des heures supplémentaires, l’abandon de la hausse de la CSG pour les retraités qui gagnent moins de 2000€ par mois et la possibilité pour les entreprises de verser à leurs salariés une prime exceptionnelle,  exonérée de toute cotisation et de toute fiscalité. L'Etat pourrait-il, à son tour, verser des primes de fin d'année aux fonctionnaires ? C'est ce que demande Marylise Léon, n°2 de la CFDT, jointe par Laurent Kramer.

Depuis ce matin, les lycéens de terminale peuvent consulter Parcoursup, pour voir quelles sont les formations proposées et surtout les attendus, ces prérequis demandés par les universités. Hier, Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur a indiqué que la phase principale de Parcoursup s'achèverait le 19 juillet prochain, au lieu du 5 septembre. 14.000 formations sont désormais disponibles, soit un millier de plus,  environ, que l'an dernier, avec l'intégration, notamment, des formations en soins infirmiers ou du travail social. Avoir accès à la plateforme d'orientation vers le supérieur un mois plus tôt que l'an dernier est un net progrès, selon Jérôme Teillard,  le responsable de Parcoursup au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche mais il manque encore des places dans le supérieur, d'après Orlane François,  la présidente de la Fage, le premier syndicat étudiant. Dossier signé Hakim Kasmi.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......