LE DIRECT
Marche blanche en mémoire de Mireille Knoll, une octogénaire juive tuée la semaine dernière à Paris.

Marche blanche en mémoire de Mireille Knoll : le moment de recueillement a été terni par des incidents liés à la venue de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen

12 min

Des milliers de personnes ont marché contre l'antisémitisme, hier à Paris, en mémoire de l'octogénaire juive Mireille Knoll, tuée vendredi dernier. Décrétés indésirables par le Crif, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, finalement présents, ont, sous les huées, été contraints de partir.

Marche blanche en mémoire de Mireille Knoll, une octogénaire juive tuée la semaine dernière à Paris.
Marche blanche en mémoire de Mireille Knoll, une octogénaire juive tuée la semaine dernière à Paris. Crédits : Alphacit NEWIM / CrowdSpark - AFP

Ce devait être un moment de recueilliement, mais la marche blanche en mémoire de Mireille Knoll, cette femme juive de 85 ans tuée la semaine dernière dans son appartement parisien, a finalement été émaillée d'incidents : Parmi les milliers de participants, dans les rues de Paris hier soir, Francis Kalifat, le président du CRIF (le Conseil représentatif des institutions juives de France), avait affirmé que ni Marine Le Pen ni Jean-Luc Mélenchon n'étaient les bienvenus, jugeant les antisémites "surreprésentés" dans les rangs de "l'extrême-gauche et de l'extrême-droite". De son côté, Daniel Knoll, l'un des fils de la victime, avait eu des mots très dignes pour couper court à toute polémique : "j'appelle tout le monde à participer à la marche, le Crif fait de la politique et moi, j'ouvre mon cœur". Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon étaient donc bien présents hier soir à la Marche blanche. Mais tous deux ont dû rapidement quitter le cortège sous les huées et les insultes. Reportage de Boris Loumagne.   

Onde de choc jusqu'en Israël : A Jérusalem, des dizaines de membres de la communauté francophone d'Israël ont allumé, sur la place de Paris, des bougies à la mémoire de Mireille Knoll et entonné les hymnes israélien et français. La France est de plus en plus perçue par des Israéliens comme dangereuse pour la communauté juive. Reportage à Tel-Aviv de Marie Semelin.

Les autres titres du journal

Au moins une douzaine d'universités sont actuellement bloquées ou occupées partiellement par des étudiants : Ils sont mobilisés contre la loi Vidal, qui modifie les conditions d'accès à l'université, mais aussi contre la "répression à l'université". La protestation a pris de l'ampleur après les violences à la faculté de droit de Montpellier, jeudi dernier. Des hommes cagoulés et armés de lattes de bois ont brutalement chassé des étudiants qui occupaient un amphithéâtre pour protester contre la réforme des conditions d'accès à l'enseignement supérieur. Le doyen de la faculté et d'un professeur ont été placés en garde à vue, hier. Aujourd'hui, les blocages partiels ou complets des campus touchent notamment à Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Caen, Rouen, Paris 1- Tolbiac, Nancy. Le campus martiniquais de l'université des Antilles est également bloqué par des étudiants. Des manifestations de soutien aux étudiants montpelliérains se sont déroulées hier, à Rouen et Nantes, reportage à suivre dans le journal de 7h30, avec les étudiants nantais qui souhaitent faire converger les luttes avec les cheminots et les fonctionnaires.

Réquisitoire, hier, au procès "Tarnac" : Des peines allant d'une simple amende de 1.000 euros avec sursis à 6 mois ferme ont été requises mercredi au procès des huit membres de la communauté libertaire de Tarnac poursuivis notamment pour "association de malfaiteurs" et dégradation d'une ligne SNCF. Compte-rendu de Florence Sturm.

Suites de l'affaire Skripal : Hier, alors que la police britannique a laissé entendre, hier, que l'ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille avaient été exposés à un poison à leur domicile, par solidarité avec la Grande-Bretagne, la France a décidé d'expulser quatre diplomates russes. Qui sont ces quatre officiels qui devront quitter le territoire français d'ici lundi ? Quelles étaient leurs activités ? Sur quelle base les autorités françaises ont-elles ciblé ces quatre personnes ? Analyse d'Olivier Poujade.

Facebook promet de faire mieux pour protéger les données privées de ses utilisateurs : Le groupe, qui revendique 2 milliards d'usagers, a promis, hier, de prendre des "mesures supplémentaires" pour mieux protéger les données personnelles des utilisateurs du réseau social, alors que la société britannique Cambridge Analytica est accusée d'avoir manipulé les données de millions d'utilisateurs du réseau social pour influencer la présidentielle américaine en faveur de Donald Trump ou la campagne pour le Brexit. Mais les dispositions, qui étaient déjà largement prévues avant le scandale, ont suscité un certain scepticisme. Difficile, pour Facebook, de redorer son image, bien mise à mal auprès du grand public et des marchés financiers. Correspondance à Washington de Grégory Philipps.

Chroniques

7H12
3 min

Le Billet économique

Qu'attendent les dirigeants d'entreprise et les salariés de l'intelligence artificielle ?

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......