LE DIRECT
Libye : les troupes du maréchal Khalifa Haftar aux portes de Tripoli

La Libye au bord de la guerre civile

12 min

De violents combats ont opposé, hier encore, près de Tripoli les forces du général Khalifa Haftar, qui veut conquérir la capitale, aux troupes du Gouvernement d'union nationale reconnu par l'ONU, malgré des appels internationaux à la cessation des hostilités.

Libye : les troupes du maréchal Khalifa Haftar aux portes de Tripoli
Libye : les troupes du maréchal Khalifa Haftar aux portes de Tripoli Crédits : VISACTU - Visactu

Raids aériens et offensives terrestres à Tripoli : les combats ont fait rage, hier encore, dans le sud de la capitale libyenne entre les forces du Général Haftar, - l’homme fort de l’Est du pays, - et les troupes du gouvernement d'union nationale (GNA), basé à Tripoli et soutenu par les Nations unies. Le GNA parlait hier soir de 21 morts, l'ONU regrettait l'absence de trêve humanitaire pour évacuer les nombreux blessés et les civils.  Comment en est-on arrivé à ce qui ressemble de plus en plus à une guerre civile ?  Pour le comprendre, il faut remonter à la révolution de 2011 et à la chute de Mouammar Kadhafi l la Libye sombre alors dans le chaos, les groupes islamistes prospèrent et le pays se divisent entre deux gouvernements et deux parlements. Un accord sera toutefois signé sous l’égide de l’ONU : un Gouvernement d’union nationale, dirigé par Fayez el-Sarraj, s’installe à Tripoli, soutenu par de puissantes milices de l’ouest libyen. Pendant ce temps, un homme, Khalifa Haftar, ancien proche de Kadhafi tombé en disgrâce, avance ses pions dans l’Est, se présentant comme le rempart contre les islamistes. A la tête de l’Armée nationale libyenne, il libère Benghazi du groupe Etat islamique puis s’empare du Croissant pétrolier de l’est. En janvier dernier, il part à la conquête du sud libyen et semble, depuis, ignorer les tentatives de médiation, comme celle de la France, qui a cru un moment faire avancer la paix. Face au général Haftar,  le  gouvernement d'union nationale a proclamé, hier, le début d'une contre-offensive baptisée "Volcan de la colère" afin de "nettoyer toutes les villes libyennes des agresseurs". Les espoirs de paix et de dialogue s'amenuisent, alors qu'une conférence nationale est toujours inscrite au calendrier de l'ONU,  de dimanche à mardi prochain, dans le sud de la Libye. La Libye au bord de la guerre civile : analyse de Franck Mathevon et témoignage d'un habitant du sud Tripoli de la capitale libyenne,  non loin de la zone actuelle de combat, recueilli par Maurine Mercier.

Les autres titres du journal

Grand débat : l'heure de la conclusion, avant les décisions. Plus de deux mois de consultation, des centaines de milliers de propositions citoyennes, parfois contradictoires ou coûteuses : Edouard Philippe tire, ce matin, un premier bilan du grand débat lancé face à la crise des "gilets jaunes", en attendant les premières décisions concrètes d'Emmanuel Macron d'ici huit jours. 

Contestée par Washington, la taxe Gafa est aux mains des députés en France : Bruno Le Maire donne, cet après-midi, le coup d'envoi des débats à l'Assemblée nationale sur le projet de loi visant les GAFAM acronyme pour Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft).  Le ministre de l'Economie, dont le texte est au menu jusqu'à mercredi, y voit "une étape" vers une "fiscalité du XXIe siècle, plus juste et plus efficace". 

Chroniques

7H12
7 min

La Question du jour

Que faut-il attendre de la commission d’historiens sur le Rwanda ?

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......