LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des affrontements ont éclaté sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes entre des manifestants et des centaines de gendarmes, lors d'une opération d'expulsion

Affrontements entre zadistes et gendarmes mobiles à Notre-Dame-des-Landes

12 min

Les gendarmes mobiles déployés à Notre-Dame-des-Landes ont tiré des grenades lacrymogènes et des grenades assourdissantes en réponse à des tirs de projectiles au lieu-dit "Les fosses noires", à l'ouest de l'ex-route des chicanes (D281). Pourquoi de telles tensions ?

Des affrontements ont éclaté sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes entre des manifestants et des centaines de gendarmes, lors d'une opération d'expulsion
Des affrontements ont éclaté sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes entre des manifestants et des centaines de gendarmes, lors d'une opération d'expulsion Crédits : LOIC VENANCE / AFP - AFP

Affrontements entre zadistes et gendarmes mobiles à Notre-Dame-des-Landes : Des grenades lacrymogènes ont été tirées, cette nuit, dès 3h du matin. A Notre-Dame-des-Landes, les forces de l'ordre ont commencé leur opération d'expulsion des occupants de la ZAD. Des affrontements sporadiques ont déjà eu lieu aux abords de la fameuse "route des chicanes",  la D281 qui traverse le site où un aéroport aurait pu voir le jour. La "route des chicanes" porte bien son nom  puisque des Zadistes, - 250 personnes seraient encore sur place-, ont monté de nouveaux barrages sur le bitume, avec les moyens du bord : des barricades composées de carcasses de voitures retournées, de pneus en flamme, de plots, de pylônes couchés et de quelques bonbonnes de gaz. Comment expliquer que les zadistes résistent encore à Notre-Dame-des-Landes alors que le projet d'aéroport a été abandonné par le gouvernement il y a près de 3 mois ? Analyse et reportage en direct de Véronique Rebeyrotte, envoyée spéciale près la route des chicanes, avec Fabien Gosset à la technique.

Les autres titres du journal

En Syrie, beaucoup de questions sur des frappes contre un aéroport militaire après une attaque chimique présumée à Douma près de Damas : Le Pentagone nie être à l'origine de ces tirs de missiles, alors que Washington et Paris tiennent à réagir à une attaque chimique présumée, ce week-end, sur la ville de Douma, près de Damas. Donald Trump et Emmanuel Macron ont convenu, cette nuit, que le régime du président Bachar al-Assad devait en être "tenu responsable". Le président des Etats-Unis et son homologue français se prononcent également pour "une réponse forte et commune". En attendant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, aujourd'hui,  à 15h à New York (21h heure de Paris), sur le terrain, dans la ville de Douma, la situation est dramatique, comme l'explique Anas Chaker, porte-parole de l'ONG médicale Union des organisations de secours et soins médicaux, joint par Christian Chesnot.

Viktor Orban remporte ses 3e législatives d'affilée en Hongrie : Il lutte contre l'immigration en Europe, admire Vladimir Poutine et défend une démocratie "illibérale",  en clair, un régime qui conserve les procédures électorales classiques mais qui restreint les libertés civiques, au nom de la volonté du peuple qu'il tient à incarner : avec près de 49% des voix,  30 points devant son premier concurrent, le  Jobbik (parti d'extrême droite), le Premier ministre Viktor Orban peut espérer un 3e mandat consécutif, lui laissant toute latitude pour amplifier la centralisation des pouvoirs et poursuivre ses passes d'armes avec l'Union Européenne, contre les migrants, notamment. Ses interlocuteurs européens, d'ailleurs, ne se sont pas précipités pour féliciter le dirigeant de 54 ans, dont les diatribes nationalistes contre "l'invasion migratoire", le multiculturalisme et l'ingérence supposée de "Bruxelles" bloquent régulièrement l'Europe à 28.

Les cheminots sont toujours mobilisés contre la réforme de la SNCF, alors que le projet de loi sur le pacte ferroviaire arrive à l'Assemblée nationale : Les cheminots entament la 4e journée de leur grève perlée. Le trafic s'annonce toujours "très perturbé", mais moins que la semaine dernière. Un TGV sur cinq, un Transilien et un TER sur trois et un Intercités sur six devraient rouler aujourd'hui,  alors que projet de loi sur le pacte ferroviaire arrive à l'Assemblée nationale. Il permet notamment de recourir aux ordonnances sur certains points et d'engager rapidement la réforme de la SNCF. Le gouvernement souhaite l'adoption du texte avant l'été. Les grands axes de ce projet de loi, détaillés par Eva Jednak.

Chroniques
7H12
2 min
Le Billet économique
Le projet de privatisation partielle de la Française des Jeux bientôt finalisé
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......