LE DIRECT
Environ 2.500 personnes ont manifesté, hier soir à Köthen, dans l'est de Allemagne à l'appel de l'extrême droite après la mort d'un jeune homme dans une bagarre avec deux Afghans

Poussée de l'extrême droite en Europe : des législatives en Suède, où les nationalistes progressent, à l'est de l'Allemagne avec une nouvelle mobilisation anti-migrants

12 min

En Suède, aucun des deux grands blocs dominants de l'échiquier politique n'obtient de majorité face à une extrême droite qui progresse encore, quoique moins qu'elle n'espérait. En Allemagne, l'extrême droite est redescendue dans la rue : à Köthen. Avec la crainte d'un nouveau Chemnitz.

Environ 2.500 personnes ont manifesté, hier soir à Köthen, dans l'est de Allemagne à l'appel de l'extrême droite après la mort d'un jeune homme dans une bagarre avec deux Afghans
Environ 2.500 personnes ont manifesté, hier soir à Köthen, dans l'est de Allemagne à l'appel de l'extrême droite après la mort d'un jeune homme dans une bagarre avec deux Afghans Crédits : Odd ANDERSEN / AFP - AFP

"Œil pour œil, dent pour dent" : la loi du Talion a été prônée par l'extrême droite,  à Köthen, ville de 26 000 habitants, en ex-RDA, où 2 500 personnes ont manifesté, hier soir, après la mort d'un jeune homme de 22 ans. Parmi les deux Afghans de 18 et 20 ans interpellés, le second est soupçonné de "coups et blessures volontaires graves ayant entraîné la mort". Et ce même si, en parallèle, le parquet a précisé après autopsie que l'arrêt cardiaque n'avait pas été directement causé par les coups portés. L'extrême droite continue, elle, d'appeller à lutter contre la politique migratoire d'Angela Merkel et la nouvelle mobilisation de Köthen fait craindre aux autorités une répétition de Chemnitz, autre ville de l'est de l'Allemagne, qui vit, depuis deux semaines, au rythme des manifestations de l'extrême droite et des contre-manifestations à gauche, depuis le meurtre d'un Allemand de 35 ans, pour lequel deux réfugiés ont été placés en détention provisoire. Hier soir, la manifestation à l'appel de l'extrême droite, à Köthen, s'est rapidement tendue : reportage de notre correspondant Ludovic Piedtenu.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Poussée de l'extrême droite en Suède, mais moins forte que prévue. Après les législatives, hier, les Démocrates de Suède, - parti d'extrême droite -, continue, certes de progresser, avec près de 18% des voix soit 5 points de plus qu'en 2014, mais la formation antimigrants et eurosceptique n'a pas gagné son pari : dépasser les blocs traditionnels. Dans un mouchoir de poche, le bloc de gauche a recueilli 40,6% des voix quand le bloc de centre-droit est à 40,1% des suffrages, selon des résultats encore provisoires. Les négociations pour former une coalition pourraient prendre plusieurs semaines. La formation d'extrême droite veut jouer les faiseurs de roi et revendique son influence face aux blocs de droite et gauche, pour tenter de faire oublier sa relative contre-performance par rapport aux sondages. Reportage de notre envoyée spéciale Marie-Pierre Vérot, au quartier général des Démocrates de Suède, auprès des partisans de l’extrême droite à Stockholm.

Alors qu'elle espérait renverser la table, l'extrême droite suédoise est loin de réaliser la percée annoncée par son président, Jimmie Åkesson, qui disait encore, hier, miser entre "20 et 30%" des voix
Alors qu'elle espérait renverser la table, l'extrême droite suédoise est loin de réaliser la percée annoncée par son président, Jimmie Åkesson, qui disait encore, hier, miser entre "20 et 30%" des voix Crédits : Anders WIKLUND / TT News Agency / AFP - AFP

Les autres titres du journal

Nouvelle journée de frappes syriennes et russes sur Idlib : bombardements intensifs, hier, du régime de Bachar al-Assad et de ses alliés, pour reprendre le dernier bastion rebelle et djihadiste du pays, où vivent trois millions de civils. Après l'échec des négociations diplomatiques vendredi dernier, les armes ont depuis parlé : Deux enfants, au moins, ont été tués hier, et neuf autres ont été blessés. Précisions d'Aurélien Colly, notre correspondant à Beyrouth et réaction du Dr Raphaël Pitti, urgentiste qui intervient en Syrie, joint par Lucas Scaltritti.

En France, 4 candidats en marche pour le perchoir : les députés LREM choisissent lundi leur candidat au perchoir de l'Assemblée, pour succéder à François de Rugy et tenir la barre en cette rentrée compliquée.

La rentrée universitaire à Nanterre, l'une des plus grandes facultés de France, se fera-t-elle sous le signe de la contestation ?

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......