LE DIRECT
Le chef de l'Etat turc Recep Tayyip Erdogan a été réélu dès le premier tour dimanche pour un nouveau mandat aux pouvoirs renforcés

En Turquie, le président sortant Recep Tayyip Erdogan a été réélu, hier, dès le premier tour de la présidentielle : nouveau mandat de 5 ans, aux pouvoirs renforcés

12 min

Il règne sur la Turquie depuis 15 ans et rempile pour un nouveau mandat de 5 ans. R.T Erdogan et son parti AKP sont les grands vainqueurs de la présidentielle & des législatives d'hier, passant d'un système parlementaire à un régime présidentiel où le chef de l'Etat concentre le pouvoir exécutif.

Le chef de l'Etat turc Recep Tayyip Erdogan a été réélu dès le premier tour dimanche pour un nouveau mandat aux pouvoirs renforcés
Le chef de l'Etat turc Recep Tayyip Erdogan a été réélu dès le premier tour dimanche pour un nouveau mandat aux pouvoirs renforcés Crédits : KAYHAN OZER / ANADOLU AGENCY - AFP

En Turquie, le président sortant Recep Tayyip Erdogan a été réélu, hier, dès le premier tour de la présidentielle, pour un nouveau mandat de 5 ans, aux pouvoirs renforcés : Les élections présidentiel et législatives marquent le passage du système parlementaire en vigueur à un régime présidentiel où le chef de l'Etat concentre la totalité du pouvoir exécutif. Il règne sur la Turquie depuis 15 ans et rempile pour un nouveau mandat de 5 ans. Le président sortant Recep Tayyip Erdogan n'a pas attendu les résultats officiels, pour revendiquer, hier soir, sa victoire personnelle à l'élection présidentielle en Turquie et celle de son parti, l'AKP, aux élections législatives. Les élections ont été anticipées d'un an. Le président sortant, Erdogan, crédité de 52,5% des voix, est loin devant Muharrem Ince, chef de file de l'opposition et du Parti républicain du peuple, le CHP. Carton plein, pour le président turc aux pouvoirs renforcés par une réforme de la Constitution. L'opposition, elle, conteste les résultats. Recep Tayyip Erdogan n'a pas obtenu la majorité absolue au 1er tour, affime le CHP, parti kémaliste socio-démocrate, crédité de 23% selon des résultats encore provisoires. Le HDP, formation pro-kurde, obtiendrait 11% dans ces législatives. La participation à ce scrutin et à la présidentielle a atteint 87% selon la télévision publique turque, dans ces élections où les partis d'opposition et des ONG avaient déployé un demi-million d'observateurs. Au vu des résultats de la présidentielle, des législatives et de la réforme constitutionnelle, le pouvoir est un peu plus concentré, ce matin, dans les mains du président Erdogan. Analyse d'Eric Biégala et reportage de Géraldine Hallot dans le quartier de Kasimpasa, à Istanbul, là où Recep Tayyip Erdogan a grandi.

Les autres titres du journal

Des raids meurtriers en Syrie :  5 civils ont été tués, hier, et 2 hôpitaux endommagés dans le sud du pays, dans la province de Deraa, où le régime de Bachar al-assad fait planer la menace d'une offensive contre les insurgés. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme a imputé ces raids meurtriers à l'aviation russe. Moscou est un allié indéfectible du régime de Damas

Toujours pas de consensus, en Europe, sur la question migratoire : Après un mini-sommet européen, hier, à Bruxelles, la France et l'Allemagne appellent à des accords entre plusieurs pays volontaires. La réunion, qui a duré près de cinq heures,  pour préparer le sommet européen de jeudi et vendredi prochains, sur la politique migratoire, n'a pas fait taire les dissensions entre les 28 Etats-membres. Ce week-end, le bras de fer en Méditerranée entre les ONG humanitaires et le gouvernement italien s'est poursuivi.  Un navire de l'ONG allemande Lifeline a été bloqué au large de Malte avec 239 migrants à son bord, l'Italie puis Malte lui ayant refusé l'accostage. Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini a sommé les ONG internationales de se tenir à l'écart des opérations de secours de migrants et de laisser les garde-côtes libyens se charger de cette tâche. Reportage et analyse à Bruxelles de Pierre Bénazet.

Donald Trump toujours ferme sur l'immigration, 2.000 enfants restent séparés de leurs parents : Plus de 500 enfants de migrants ont été réunis avec leur famille aux Etats-Unis mais 2.000 autres restaient, hier, toujours séparés de leurs proches. Le flou règne encore sur le calendrier et les modalités d'éventuelles retrouvailles, malgré la polémique autour de la politique migratoire menée par Donald Trump. Après sa volte-face, la semaine dernière, censée mettre fin à la séparation des familles, le président américain a appelé, hier, à encore plus de fermeté sur l'immigration, suggérant que les migrants illégaux puissent être expulsés sans passer par la case justice.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a salué, hier, l'interpellation de dix personnes, soupçonnées d’avoir préparé des actions violentes contre des musulmans :  10 membres présumés d'un groupuscule d'extrême-droite ont été interpellés, samedi soir, par la DGSI, le renseignement intérieur et placés en garde à vue. On y revient dans le journal de 7h30.

En France, les Sages sont-ils sous influence ? C'est la question soulevée par deux associations, Les Amis de la Terre et l’Observatoire des multinationales, qui signent un rapport d'enquête, intitulé "Le lobbying auprès du Conseil constitutionnel et du Conseil d'Etat". S'appuyant, notamment, sur la loi Hulot sur les hydrocarbures, modifiée après l'avis des Sages, les deux associations dénoncent un lobbying économique qui s’exerce, selon elles, sur le Conseil constitutionnel et le Conseil d'Etat, via des contributions extérieures parfois opaques. Précisions de Catherine Pétillon.

Lettre ouverte de 175 médecins au Premier ministre Edouard Philippe : "Il y a une mise en danger de la vie d'autrui". Dans une lettre ouverte datée du 15 juin, 175 médecins hospitaliers et libéraux de toute la France alertent le Premier ministre Edouard Philippe sur "une mise en danger de la vie d'autrui" et assurent ne plus pouvoir remplir "leur mission de service public", à cause d'un manque de moyens. Cette lettre fait suite à celle adressée en septembre à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, "restée sans réponse." Reportage de Sarah Maquet.

Chroniques

7H12
2 min

Le Billet économique

Comment jouer une "même" partition commerciale avec la Chine ?
À venir dans ... secondes ...par......