LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Carte de l'Ukraine localisant le détroit de Kertch

La Russie capture 3 navires ukrainiens, Kiev veut proclamer la loi martiale : que se cache-t-il derrière ce regain de tensions ?

13 min

L'Ukraine a fait un pas important vers la loi martiale après la capture par la Russie de trois navires de la marine ukrainienne. Cette escalade sans précédent dans le détroit de Kertch, entre la mer Noire et la mer d'Azov, sert des objectifs internationaux pour le pouvoir russe et locaux pour Kiev.

Carte de l'Ukraine localisant le détroit de Kertch
Carte de l'Ukraine localisant le détroit de Kertch Crédits : Valentina BRESCHI / AFP - AFP

Escalade entre Kiev et Moscou, qui capture trois navires militaires ukrainiens en mer Noire : la Russie et l'Ukraine, engagées dans une guerre qui ne dit pas son nom,  depuis l'annexion de la Crimée en 2014, s'accusent mutuellement, aujourd'hui, de nouvelle agression et de provocation. Trois navires de guerre ukrainiens ont été capturés, hier, par les forces russes alors qu’ils tentaient de pénétrer dans la mer d’Azov à l’ouest de la Crimée, par le détroit de Kertch, zone maritime stratégique vers la mer Noire, revendiquée par Moscou. Les forces russes, appuyées par des hélicoptères et des avions de combat, ont ouvert le feu pour capturer les navires ukrainiens et leur équipage. On compte de 3 à 6 blessés selon les sources. Casus belli pour Kiev, qui envisage d'instaurer la loi martiale. Le président ukrainien Petro Porochenko demande au Parlement de voter l’instauration de la loi martiale. Cette mesure, à laquelle il n’avait pas eu recours aux pires heures de la guerre en 2014, pourrait s’inscrire dans le climat politique tendu avant la prochaine présidentielle : le scrutin, où le président sortant est donné perdant dans les sondages, pourrait être reporté avec l'état d'urgence et les manifestations interdites, en Ukraine, selon le bon vouloir des autorités. Correspondance de Sébastien Gobert à Kiev. La Russie de Vladimir Poutine, elle, rappelle à l'Ukraine et aux Occidentaux, qu'elle est maîtresse de ses frontières, même maritimes, même contestées.

Les autres titres du journal

Theresa May a, une fois de plus, la lourde tâche de convaincre le parlement : la Première ministre britannique va devoir assurer le service après-vente de l'accord trouvé, hier à Bruxelles. Précisions, à Londres d'Antoine Giniaux.

Après la mobilisation de 100000 gilets jaunes, samedi, le gouvernement exclut les péages urbains du projet de Loi sur les mobilités, présenté, aujourd'hui, en Conseil des ministres : l'exécutif veut désormais faire de la pédagogie et du dialogue direct avec les Français ses priorités. 

28 millions de Brésiliens n'ont plus accès de proximité à des médecins avec le départ de professionnels cubains : avec le programme "Mais Médicos" ("plus de médecins") lancé en 2013 par la présidente brésilienne de gauche Dilma Rousseff, l'idée était d'amener des médecins cubains dans les déserts médicaux de régions pauvres et rurales du Brésil, pas assez attirantes pour les généralistes brésiliens. Mais avant même son installation au pouvoir en janvier prochain, le président élu d'extrême droite Jair Bolsonaro, farouche anticommuniste, a lancé une offensive contre ces médecins cubains. 28 millions de personnes n'auront plus d'accès de proximité à la médecine, estime l’association des maires du Brésil. Correspondance d'Anne Vigna à Rio.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......