LE DIRECT
La Première ministre britannique Theresa May, en marge du congrès des Tories à Birmingham

Avant la venue de Boris Johnson à la tribune des Tories, Theresa May se presse d'annoncer de nouvelles règles migratoires post-Brexit

12 min

Après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, Londres veut donner la priorité aux travailleurs qualifiés en supprimant la libre circulation des citoyens européens.

La Première ministre britannique Theresa May, en marge du congrès des Tories à Birmingham
La Première ministre britannique Theresa May, en marge du congrès des Tories à Birmingham Crédits : DARREN STAPLES / POOL / AFP - AFP

Londres traitera les Européens comme les autres immigrés après le Brexit : La Première ministre britannique Theresa May a annoncé, cette nuit, qu'elle donnerait la priorité aux travailleurs qualifiés en supprimant la libre circulation des citoyens européens. Le communiqué du 10, Downing street mentionne la "fin, une bonne fois pour toute", de la "libre circulation" des citoyens européens au Royaume-Uni. Priorité également donnée aux travailleurs qualifiés qui souhaiteraient s'installer outre-Manche : ils devront attester d'un certain niveau de revenu, pour garantir qu'ils n'occupent pas des emplois "qui pourraient être pourvus" par les Brtianniques. Ces nouvelles règles étaient attendues, mais Theresa May semble s'être précipitée pour les faire, alors que Boris Johnson, son ancien ministre et actuel rival au sein du parti conservateur, doit prendre la parole, aujourd'hui, au congrès des Tories à Birmingham, avec le soutien des électeurs de droite, partisans d'un Brexit dur. Analyse et reportage d'Antoine Giniaux, notre correspondant au Royaume-Uni.

Les autres titres du journal

C'est ce qui s'appelle un faux départ : le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a remis, hier, sa démission à Emmanuel Macron mais le chef de l'Etat l'a refusée, prouvant qu'il reste le maître des horloges. Emmanuel Macron a demandé à Gérard Collomb de rester pleinement mobilisé sur sa mission pour la sécurité des Français. Est-ce une façon, pour le chef de l’Etat, de renouveler sa confiance à son ministre ? Pas vraiment, analyse Cyril Graziani.

Mort de Charles Aznavour : Inlassable ambassadeur de la chanson française, pourtant moqué, au début de sa carrière, pour sa voix éraillée, décrié, même, pour ses paroles jugées trop crues, Charles Aznavour a fini par s'imposer comme un grand de la chanson française vendant 180 millions de disques dans le monde entier, tout en restant dans viscéralement attaché à ses racines arméniennes. Nikol Pachinian, d'ailleurs, le Premier ministre arménien a déploré "une perte énorme pour le monde entier", rendant hommage à "un fils exceptionnel du peuple arménien" et déclarant un deuil national dans tout le pays. Correspondance à Erevan, la capitale arménienne, avec Claude Bruillot.

À venir dans ... secondes ...par......