LE DIRECT
Photo de l'hôpital Purpan, à Toulouse, prise le 6 janvier 2018

"Transformation du système de santé" : la réponse politique du gouvernement au malaise hospitalier

12 min

Edouard Philippe et la ministre de la Santé se rendent, ce matin, dans un hôpital du Val d'Oise pour y lancer une "transformation du système de santé", des chantiers des prochaines années. Pas de mesures immédiates mais il y a urgence pour les directeurs d’hôpitaux et les soignants en burn-out.

Photo de l'hôpital Purpan, à Toulouse, prise le 6 janvier 2018
Photo de l'hôpital Purpan, à Toulouse, prise le 6 janvier 2018 Crédits : REMY GABALDA / AFP - AFP

La ministre de la Santé le dit elle-même, c'est "un système à bout de souffle" : Ce ne sont pas des mesures immédiates qu'Agnès Buzyn va dévoiler aujourd'hui avec le Premier ministre Edouard Philippe,  lors d'une visite à l'hôpital Simone Veil d'Eaubonne, dans le Val d'Oise. C'est un "plan de transformation de l'offre de soins", l'organisation de "chantiers" pour parvenir à transformer le système de santé, "la formation professionnelle", " la pertinence et la qualité de l'offre de soin".  En clair, il faut repenser  tout un système, sans dépenser plus mais mieux. L’hôpital sert par exemple de roue de secours quand la permanence de soins n'est pas assurée en ville, déplore Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France,  et maire LR de Fontainebleau, en Seine-et-Marne, joint par Tara Schlegel.  En attendant la réponse politique, ce matin, du gouvernement, face à la crise du système hospitalier, la fronde gagne du terrain, entre les EHPAD, en grève inédite fin janvier, les hashtag qui font florès sur la Toile, comme " #balancetonhosto". Il n'y a pas que le personnel soignant qui estime que la situation est devenue intenable, les directeurs d’hôpitaux en conviennent également. Ils sont étranglés financièrement, en burn-out pour certains. Reportage de Véronique Julia.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn
La ministre de la Santé Agnès Buzyn Crédits : Thomas Samson / AFP - AFP

Les autres titres du journal 

Un haut responsable du ministère irakien de l'Intérieur a affirmé que le chef du groupe État Islamique Abou Bakr al-Baghdadi était toujours vivant et soigné dans un hôpital de campagne dans le nord-est de la Syrie après avoir été blessé dans des raids aériens.

Que faire des djihadistes détenus en Syrie ou en Irak mais de nationalité européenne ? Les ministres de la Défense de la coalition internationale anti-djihadiste se réunissent aujourd'hui à Rome. L'occasion de faire le bilan des opérations militaires mais aussi d'examiner le sort des prisonniers qui sont parfois des ressortissants européens. Où les juger ? Dans leur pays d'origine ou sur place, en Syrie ou en Irak ?  Quid des femmes et des enfants ? Autant de questions qui se posent, aujourd'hui, aux pays vainqueurs de Daech. Analyse de Christian Chesnot.

Syrie : Les forces kurdes de Syrie disent n'avoir "aucun problème" avec une intervention militaire du régime syrien dans la région d'Afrine, au nord-ouest du pays, pour repousser l'offensive turque en cours, a déclaré, hier, le commandant des YPG, les Unités de protection du peuple kurde. L'autonomie de facto acquise par les Kurdes à la faveur du conflit qui ravage la Syrie depuis 2011 inquiète Ankara, qui craint de voir sa propre communauté développer des aspirations similaires. L’état-major turc a admis, hier, avoir perdu 31 de ses hommes dans l'offensive qu'elle a lancée il y a trois semaines. Cette opération, qu'Ankara souhaitait "rapide", semble s'enliser. Précisions d'Eric Biégala.

Le retour à une seule circonscription, nationale, pour les élections européennes arrive en débat à l'Assemblée Nationale : Le projet de loi est porté par Jacqueline Gourault, ministre auprès de la place Beauveau. Elle estime que le découpage actuel en huit circonscriptions n'a pas de cohérence historique, politique ni administrative, ce qui contribue à brouiller le débat entre enjeux européens, nationaux et locaux. Retour donc à l'ancienne système déjà éprouvé aux premières élections européenne de 1979. Ce n'est pas du goût du parti "Les Républicains". Précisions d'Anne Fauquembergue.

Chroniques

7H12
3 min

Le Billet économique

Les déboires de Presstalis : le groupe de distribution de presse à l'heure d'un nouveau plan de restructuration

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......