LE DIRECT
Bain de sang, hier, à Gaza

Les soldats israéliens ont tué 55 Palestiniens, hier, à la frontière de la bande de Gaza lors de heurts et manifestations contre l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem

12 min

55 Palestiniens ont été tués et 2.400 blessés par l'armée israélienne, lors de heurts et manifestations contre l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem. Après la journée la plus meurtrière depuis la guerre de l'été 2014 dans la bande de Gaza, risque de nouvelles tensions ce mardi.

Bain de sang, hier, à Gaza
Bain de sang, hier, à Gaza Crédits : Virginie NGUYEN HOANG / Hans Lucas - AFP

Et si le pire était encore à venir, après un lundi noir au Proche-Orient ou plutôt rouge de sang ? Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas appelle à la grève générale, aujourd'hui, dans les territoires palestiniens, pour commémorer ce qu'il appelle la "Nakba" - la "catastrophe", qu'a constituée, pour les Palestiniens, la création de l'Etat d'Israël en 1948, mais aussi pour honorer "les martyrs" de Gaza. Au moins 55 Palestiniens, ont été tués, hier, et plus de 2.400 blessés par l'armée israélienne, lors de heurts et de manifestations contre l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem, alors que des Palestiniens tentaient de forcer la barrière de sécurité entre l'enclave de Gaza et Israël. Emmanuel Macron a "condamné les violences des forces armées israéliennes",  l'Autorité palestinienne crie au "massacre". A Gaza, les hôpitaux ne s’attendaient pas à un tel bilan, reportage d'Etienne Monin.

Réactions dans le monde : Alors que le président turc a qualifié, hier, Israël d'Etat terroriste", alors que la Syrie, l'Iran, l'Arabie Saoudite et l'Egypte ont dénoncé l'usage disproportionné de la force par l'armée israélienne, alors qu'Emmanuel Macron a "condamné les violences des forces armées israéliennes contre les manifestants" palestiniens à Gaza, hier soir lors d'entretiens téléphoniques avec son homologue palestinien Mahmoud Abbas et le roi de Jordanie Abdallah II, selon un communiqué de l'Elysée, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réaffirmé, hier, le droit d'Israël à défendre ses frontières contre les agissements "terroristes" du mouvement islamiste Hamas, qui gouverne Gaza. Israël, une fois de plus soutenu par les Etats-Unis,  qui déménageaient hier, leur ambassade de Tel Aviv à Jérusalem. Reportage d'Isabelle Labeyrie.

Les conditions de vie dans la bande de Gaza, selon un rapport des Nations unies de 2017
Les conditions de vie dans la bande de Gaza, selon un rapport des Nations unies de 2017 Crédits : Sophie RAMIS, Alain BOMMENEL, Thomas SAINT-CRICQ / AFP - AFP

Les autres titres du journal

Après le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohamed Javad Zarif, est à Bruxelles aujourd'hui pour tenter de faire survivre avec les autres signataires le texte de 2015 : Fin de la tournée du chef de la diplomatie iranienne, qui l'a mené à Pékin ce week-end et à Moscou hier, pour tenter de faire survivre l'accord sur le nucléaire, avec les signataires restants, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne, notamment. Enjeux décryptés, à Bruxelles par Pierre Bénazet.

Conséquence des blocages à l'université : Avec le mouvement de protestation contre Parcoursup et la réforme de l'accès à l'université, certaines universités comme Paris-Nanterre, et Lyon-2  ont donc décidé d'organiser des examens entièrement à distance.

SNCF : Les syndicats de cheminots se félicitent d'un regain de mobilisation, hier, dans leur grève en pointillés et de la participation de 10.000 personnes sur 147.000 salariés à la SNCF à leur référendum interne pour ou contre la réforme du gouvernement. De son côté, la SNCF va porter plainte suite à plusieurs dégradations.

Avenir agricole de Notre-Dame-des-Landes : 15 projets agricoles portés par des occupants de Notre-Dame-des-Landesvont faire l'objet d'une régularisation rapide, a annoncé, hier, le ministre de l'Agriculture. Stéphane Travert a annoncé, hier, que 14 autres dossiers allaient continuer à être examinés. Ces projets sont variés (élevage, maraîchage, pépinières, plantes aromatiques, médicinales, etc). Reportage d'Antoine Denéchère de France Bleu Loire-Océan.

L'Argentine peine à rassurer les marchés financiers : Le peso argentin n'en finit pas de dégringoler face au dollar. Il a reculé de 6,23% hier, à la fermeture des marchés. Près de 20% de valeur de perdue en 45 jours, alors qu'à partir d'aujourd'hui, des créanciers pourraient demander à l'Argentine  le remboursement de 25 milliards de dollars. Le spectre de la crise qui a secoué l'Argentine à partir de 2001 est dans tous les esprits. Le président argentin a fait appel au FMI. Comment en est-on arrivé là ? Explications de Marie Viennot.

Chroniques

7H12
2 min

Le Billet économique

Les grèves ne risquent pas de faire dérailler la croissance

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......