LE DIRECT
Un TGV, pris en photo dans la gare de Lyon, à Paris.

Alors que les usagers entrent dans la valse des concertations pour la réforme de la SNCF, les syndicats avancent en ordre dispersé

12 min

Après la direction de la SNCF et les syndicats de cheminots entendus, hier, c'est au tour de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports d'être consultée, aujourd'hui, par le gouvernement. La bataille se joue également dans l'opinion. Analyse dans ce journal.

Un TGV, pris en photo dans la gare de Lyon, à Paris.
Un TGV, pris en photo dans la gare de Lyon, à Paris. Crédits : LUDOVIC MARIN / AFP - AFP

La bataille du ferroviaire entre les syndicats de cheminots et le gouvernement se jouera aussi dans l'opinion et les usagers veulent se faire entendre : Dans la valse des concertations lancées par le gouvernement pour mettre sur les rails la réforme de la SNCF, après la direction reçue, hier, à Matignon, après les syndicats de cheminots, entendus, un à un, au ministère des Transports, c'est au tour de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports d'être conviée à Matignon, aujourd'hui. Il y a cinq jours, dans son rapport remis au gouvernement, Jean-Cyril Spinetta, ancien patron d'Air France, proposait notamment de réaliser un audit sur les petites lignes pour enrayer la spirale de la dette du ferroviaire, qui augmente tous les ans de 3 milliards d'euros. Gare à ne pas tout supprimer ! Il faut préserver des petites lignes ferroviaires pour un certain équilibre des territoires estime Bruno Gazeau, président de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports. La rentabilité des petites lignes ferroviaires n'est pas la seule à susciter une levée de boucliers dans ce dossier ultra-sensible, la fin du statut des cheminots pour les nouvelles recrues, inquiète aussi les syndicats. Mais on est encore loin d'un front commun contre la réforme. Analyse d'Annabelle Grelier. La CGT, 1er syndicat, qui appelle à une mobilisation le 22 mars, mais sans grève ce jour-là,  a prévenu: un "passage en force" sur la "casse du réseau, du service public et des droits sociaux des cheminots" amènera "effectivement d'autres étapes".  L'Unsa-Ferroviaire (deuxième syndicat) et SUD-Rail (3e) doivent décider d'ici jeudi  s'ils participeront à la mobilisation du 22.  La CFDT l'a déjà exclu.

Les autres titres du journal

L'ONU réclame l'arrêt immédiat des bombardements de l'armée en Syrie sur la Ghouta orientale, où 77 civils ont été tués rien qu'hier, dont 20 enfants : Dans cette enclave rebelle près de Damas, nous annoncions hier que les troupes fidèles à Bachar al-Assad s'apprêtaient à lancer une offensive terrestre. En attendant d'avancer encore plus au sol,  une pluie de bombes est tombée, hier, sur l'enclave assiégée, où tentent de survivre 400.000 personnes. 77 civils ont été tués, dont 20 enfants. La situation humanitaire est catastrophique. Précisions de Valérie Crova.

Le "en même temps" macronien à l'oeuvre sur la question migratoire : D'un côté, le député LREM Aurélien Taché a plaidé, dans son rapport remis, hier, au Premier ministre,  pour un doublement des heures de français et un meilleur accompagnement vers l'emploi et le logement. De l'autre, le projet de loi Asile et immigration qui sera présenté en Conseil des ministres prévoit le doublement  de la durée maximale de rétention portée à 90 jours, voire 135 en cas d'obstruction ou encore, pour faciliter les expulsions,   la réduction des délais d'instruction des demandes d'asile, qui restreignent, dénoncent les associations, les possibilités de recours. Sur le terrain, Calais et ses alentours se retrouvent encore dans l'impasse migratoire : 300 migrants sont aujourd'hui à Grande -Synthe, où le maire écologiste Damien Carême, vent debout contre le projet de loi Asile et Immigration au micro de Mathilde Dehimi, menace aujourd'hui de rebâtir un nouveau camp humanitaire.

Une grève perturbe la production à Fessenheim : Alors qu'une cinquième réunion sur l'avenir de la centrale nucléaire alsacienne d'EDF se tient aujourd'hui, avec la direction, à Paris, des salariés de la centrale nucléaire ont perturbé, dès hier, la production à Fessenheim. La CGT et Force ouvrière demandent de mieux accompagner les employés touchés par la fermeture prochaine du site. Un préavis de grève court jusqu'à demain. Analyse de Catherine Pétillon.

Les syndicats et le MEDEF étrillés par Laurent Wauquiez, IIe acte de ses déclarations choc : L'émission Quotidien a diffusé, hier soir sur TMC, de nouveaux extraits de propos que le patron du parti Les Républicains a tenus devant des étudiants lyonnais, la semaine dernière. Après avoir estimé qu'avec Emmanuel Macron et "les guignols d'En Marche, "il y a une dictature totale en France", cette fois, Laurent Wauquiez décoche d'autres flèches, contre les organisations syndicales et patronales de sa région Auvergne-Rhône-Alpes. Ce soir, le patron des LR s'expliquera à partir de 19h sur BFMTV.

Chroniques

7H12
3 min

Le Billet économique

Le Vénézuela joue-t-il son avenir sur une monnaie virtuelle, le petro ?

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......