LE DIRECT
Photo prise le 20 novembre 2017, montrant le logo de Facebook aux Etats-Unis

Facebook dans la tourmente : les données personnelles de millions d'utilisateurs ont été détournées à des fins politiques pendant la présidentielle aux Etats-Unis en faveur de Donald Trump

13 min

Facebook a vu ses actions baisser en bourse, hier, après une polémique sur l'utilisation indue des données personnelles de millions d'utilisateurs par une société liée à la campagne de Donald Trump, un scandale qui touche au cœur le modèle économique du réseau social.

Photo prise le 20 novembre 2017, montrant le logo de Facebook aux Etats-Unis
Photo prise le 20 novembre 2017, montrant le logo de Facebook aux Etats-Unis Crédits : LOIC VENANCE / AFP - AFP

Facebook dans la tourmente : Le chef de la sécurité de Facebook a indiqué, hier, qu'il se concentrait sur "les nouveaux risques" et la sécurité autour des élections mais qu'il ne quitte pas le groupe, démentant ainsi des informations du New York Times, selon lesquelles il démissionnerait car la société californienne est dans la tourmente :  l’action de Facebook a perdu près de 7%, hier, à Wall Street après les révélations de plusieurs médias. Selon The New York Times et le journal britannique The Observer, le réseau social aurait vu les données personnelles de quelques 50 millions de ses usagers aux Etats-Unis, être dérobées à l'insu de Facebook, par une autre société britannique Cambridge Analytica. Cette entreprise, spécialisée dans le profilage numérique, a notamment travaillé pour l’équipe de campagne de Donald Trump lors de la dernière présidentielle américaine en 2016. Et l'on découvre, au fil des heures, les méthodes peu ordinaires de cette société, Cambridge Analytica, capable d'influencer des élections. Précisions, à Washington, de Grégory Philipps.

Les autres titres du journal

C'était une promesse du candidat Macron : Le gouvernement a détaillé, hier,de nouvelles mesures pour renforcer le contrôle des chômeurs. Les demandeurs d'emploi devront notamment se soumettre à un suivi numérique, sous la forme d'un carnet de bord. Par ailleurs, le gouvernement veut proposer une nouvelle définition de l'offre raisonnable d'emploi qu'un chômeur ne saurait refuser. Il y aurait en 2020 cinq fois plus d'agents Pôle emploi dédiés au contrôle des chômeurs, soit un millier de personnes, ce qui mène à relativiser le concept de contrôle renforcé des 5 millions de chômeurs, selon  Stéphanie Delestre, PDG fondatrice de Qapa.fr, une plate-forme de recrutement qui revendique 4,5 millions d'inscrits, interrogée par Stanislas Vasak.

Quel avenir pour les terres de l'ancien projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes ? Un pique-nique militant, accompagné de vaches, de moutons et de tracteurs, était organisé, hier, par près de 300 opposants à l'ancien projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, devant la préfecture de Loire-Atlantique, à Nantes où se tenait un premier comité de pilotage pour parler avenir agricole de la ZAD. Les manifestants souhaitaient, eux, aborder un plus vaste projet de territoire gestion collective des terres et pas simplement des terres agricoles. La question sera abordée, aujourd'hui et demain par le secrétaire d'État à la Transition écologique, Sébastien Lecornu, qui se rend en Loire-Atlantique pour rencontrer tous les acteurs du dossier. Analyse en direct de Véronique Rebeyrotte, de retour de Nantes.

Anne Hidalgo réfléchit à la gratuité des transports à Paris d'ici 2020 : La maire socialiste a annoncé, hier, qu'elle allait lancer " une vaste étude sur le sujet,  qui associera des experts français et étrangers". Pour la maire de" Paris,  la "question de la gratuité des transports est une des clefs de la mobilité urbaine dans laquelle la place de la voiture polluante n'est plus centrale".  Cette annonce intervient alors que le Conseil de Paris doit voter cette semaine la gratuité du passe Navigo dans l'année pour les Parisiens de plus de 65 ans, sous conditions de ressources (jusqu'à 2.200 euros de revenus pour une personne seule).  "Que la campagne des municipales 2020 commence !", a immédiatement réagi le groupe PPCI (pro-Macron ex-LR) du Conseil de Paris. "Pour ceux qui en douteraient, Anne Hidalgo est bien candidate avec une seule promesse : je rase gratis !", a déclaré son président Alexandre Vesperini en se demandant "qui va payer la facture ?"

A l'occasion de la journée internationale de la francophonie, Emmanuel Macron dévoile cet après-midi son "grand plan d'ensemble pour la promotion de la langue française et du plurilinguisme" qu'il veut décomplexé et ouvert face aux soupçons de néo-colonialisme qui persistent notamment en Afrique ou chez des intellectuels franco-africains. On y revient dans le journal de 7h30.

Un employé du consulat général de France à Jérusalem a été inculpé, hier,  par la justice israélienne, soupçonné de s’être servi de sa position pour participer à un trafic d'armes entre Gaza et la Cisjordanie : Il a été placé en détention provisoire.   Correspondance d'Etienne Monin.

Pérou : Le président péruvien Pedro Pablo Kuczynski s'est dit persuadé, hier, qu'il ne serait pas destitué par le Parlement jeudi, sur ses liens avec Odebrecht, géant brésilien du BTP impliqué dans un vaste scandale de corruption. Pendant ce temps, des victimes de l'ancien président péruvien Alberto Fujimori ont été auditionnées, hier, par le conseil des droits de l'homme de l'ONU qui  tient sa 37e session à Genève. Ces victimes sont en colère contre Pedro Pablo Kuczynski  et sa décision de de gracier Fujimori. Jorge Bracamonte est secrétaire exécutif d'un collectif de 78 ONG de défense des droits de l'Homme au Pérou et il dresse, au micro de Nadine Epstain, un tableau sombre de son pays (traduction assurée par Ingrid Mata).

Chroniques

7H12
3 min

Le Billet économique

Quel bilan, quels projets en Guyane un an après le grand mouvement social ?
À venir dans ... secondes ...par......