LE DIRECT
Protection des données personnelles : ce qu'a changé le RGPD, le  règlement général sur la protection des données

Google : amende record de 50 millions d'euros infligée par la CNIL

13 min

C'est la première fois qu'un géant d'Internet se fait rattraper par un régulateur de l'Union européenne : la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) estime que le géant américain n'a pas assez clairement informé ses utlisateurs sur l'utilisation de leurs données personnelles.

Protection des données personnelles : ce qu'a changé le RGPD, le  règlement général sur la protection des données
Protection des données personnelles : ce qu'a changé le RGPD, le règlement général sur la protection des données Crédits : VISACTU - Visactu

La CNIL inflige une amende record de 50 millions d'euros à Google pour la manière dont le géant américain traite les données de ses utilisateurs : la Commission nationale de l'informatique et des libertés a utilisé les nouvelles armes prévues par l'UE pour protéger les données relatives à ses citoyens dans son règlement européen sur la protection des données (RGPD), entré en vigueur le 25 mai. La CNIL avait été saisie par des plaintes déposées séparément par deux associations de défense des droits des internautes - la Quadrature du Net et None Of Your Business, fondée par le militant autrichien de la protection des données Max Schrems. La première affirme agir au nom de près de 12 000 internautes français. Pour son enquête, la Commission a accompli le parcours que doit faire un nouvel utilisateur de smartphone Android (le système d'exploitation pour smartphone de Google) pour établir un compte Google et se servir de son appareil.  "Nous ne nions pas que Google informe" l'utilisateur qui ouvre un compte de l'exploitation qui sera faite de ses données (...) mais l'information n'est pas aisément accessible, elle est disséminée dans différents documents" que l'internaute ne prendra jamais le temps de consulter, estime Mathias Moulin, le directeur de la protection des droits et des sanctions à la CNIL. 

Écouter
25 sec
Mathias Moulin, directeur de la protection des droits et des sanctions à la CNIL, a relevé plusieurs manquements au droit européen

La Quadrature du Net, association de défense des internautes, estime que l'amende infligée à Google aurait pu être plus large : interview du juriste Arthur Massaud par Eric Chaverou.

Les autres titres du journal

Sans ambition pour certains, entérinant un abandon de souveraineté par la France selon d'autres, le nouveau traité franco-allemand signé mardi par Angela Merkel et Emmanuel Macron est censé élever la relation bilatérale à un "niveau supérieur" : le texte, paraphé en fin de matinée à Aix-la-Chapelle en Allemagne, à quatre mois des élections européennes, est toutefois contesté par l'extrême droite dans les deux pays, qui y voit un perte de souveraineté nationale. Le traité doit "compléter" celui dit de l'Élysée signé en 1963 entre le général de Gaulle et Konrad Adenauer, qui concrétisa la réconciliation franco-allemande après la guerre. Il prévoit une convergence des politiques économique, étrangère et de défense des deux pays, une coopération sur les régions transfrontalières, ainsi qu'une "assemblée parlementaire commune" composée de 100 députés français et allemands.

L'audition d'Alexandre Benalla au Sénat laisse encore des zones d'ombre : Comment Alexandre Benalla a-t-il pu utiliser des passeports diplomatiques pour rencontrer des dirigeants africains alors qu'il avait été "remercié" par l'Elysée ? L'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron répondait, hier, à la commission sénatoriale qui enquête sur des dysfonctionnements que le gouvernement a lui-même qualifiés d'"incompréhensibles pour les Français". "Je ne pourrai pas répondre" : Alexandre Benalla a refusé de donner suite aux principales questions du Sénat sur ses passeports en se retranchant derrière l'instruction judiciaire en cours, suscitant l'agacement des parlementaires et s'attirant les remontrances du président Philippe Bas.

L'accordéoniste Marcel Azzola est mort à l'âge de 91 ans
L'accordéoniste Marcel Azzola est mort à l'âge de 91 ans Crédits : STUDIO HARCOURT PARIS - AFP

Mort de Marcel Azzola à 91 ans : retour sur sa longue carrière, des enregistrements avec Pief et Brel, jusqu'aux collaborations avec le violoniste de jazz Didier Lockwood. Nombreux sont ceux qui connaissent sans le savoir ce génie de l'accordéon grâce aux musiques de films de Jacques Tati et à la chanson "Vesoul" de Jacques Brel.   Marcel Azzola est entré de plain pied dans la légende avec son chorus d'accordéon époustouflant sur ce titre, en 1968, et le fameux "Chauffe Marcel, Chauffe !" que lui avait alors lancé, survolté, Jacques Brel pendant l'enregistrement.  Outre ce morceau de bravoure, le musicien a aussi contribué à faire progresser l'accordéon d'un point de vue technique et lui a donné un souffle nouveau en "osant le jazz", selon l'expression de Philippe Krümm, responsable du magazine "Accordéon Accordéonistes".

À venir dans ... secondes ...par......