LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pascal Boniface, directeur de l'IRIS (l'Institut de relations internationales et stratégiques), confirme avoir été agressé à l'aéroport de Tel-Aviv

Tensions en Israël autour des positions prises par l'actrice Natalie Portman et le chercheur Pascal Boniface, soupçonnés d'antisémitisme

12 min

L'actrice Natalie Portman, qui refuse d'aller en Israël pour ne pas être associée au Premier ministre Benjamin Netanyahu, est soupçonnée d'antisémitisme par certains élus. Pascal Boniface, directeur de l’IRIS, a, lui, été agressé à son arrivée à Tel Aviv, pour ses "liens avec les Arabes", dit-il.

Pascal Boniface, directeur de l'IRIS (l'Institut de relations internationales et stratégiques), confirme avoir été agressé à l'aéroport de Tel-Aviv
Pascal Boniface, directeur de l'IRIS (l'Institut de relations internationales et stratégiques), confirme avoir été agressé à l'aéroport de Tel-Aviv Crédits : Manuel Cohen / MCOHEN - AFP

Tensions en Israël, autour de personnalités soupçonnées d'antisémitisme : C’est une figure intellectuelle, dont les positions sur le conflit israélo-palestinien ont provoqué des tensions, lors de son arrivée en Israël la semaine dernière. Pascal Boniface, le directeur de l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques, était invité par le consulat général de France à Jérusalem pour donner une conférence sur la géopolitique du sport.  Il a été agressé à son arrivée à l’aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv le 18 avril dernier. Crachats, insultes...Pascal boniface dit avoir été pris à partie par une demi-douzaine de personnes,  en raison de ses "liens avec les Arabes". Son agression, filmée, commence à faire le tour des réseaux sociaux. Par ailleurs, les attaques se multiplient contre Nathalie Portman. L’actrice israélo-américaine a annoncé, la semaine dernière,  qu’elle ne se rendrait pas dans l’Etat hébreu en juin prochain pour recevoir le prix Genesis, souvent présenté comme le prix Nobel juif. Natalie Portman a dit ne pas vouloir être associée au Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui devait parler lors de la cérémonie.  “Parce qu’Israël m'est cher, je dois m'opposer à la violence, à la corruption, aux inégalités et à l'abus de pouvoir” a-t-elle écrit sur son compte Instagram. Les officiels israéliens l'accusent de boycott, le ministre israélien de la Sécurité intérieur demande à Natalie Portman de "ne pas laisser gagner le côté obscur",  en référence à "La Guerre des étoiles", où l'actrice a joué. Un député de la Knesset demande même la déchéance de nationalité pour l'actrice israélo-américaine. Correspondance de Marine Vlahovic, à Jérusalem pour RFI et France Culture.

En France, le manifeste "contre le nouvel antisémitisme" publié dimanche dans Le Parisien  continue de faire débat : Le texte, écrit par Philippe Val, ancien directeur notamment de Charlie Hebdo, a été signé par 300 personnalités ,politiques, intellectuels... Les signataires, dont l'ancien Premier ministre Manuel Valls et l'ex-président Nicolas Sarkozy, pressent les autorités musulmanes de "frapper d'obsolescence" les versets du Coran qui appelleraient "au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants".  Le recteur de la Grande Mosquée de Paris Dalil Boubakeur parle d'un "procès injuste et délirant (...) fait aux citoyens français de confession musulmane et à l'islam de France".

"Berlin porte la kippa" : C’est le mot d’ordre d’un rassemblement qui aura lieu demain  dans la capitale allemande. A l’appel des organisations juives, les Berlinois sont appelés à marquer leur solidarité après l’agression la semaine dernière d’un jeune portant la kippa.

Les autres titres du journal

10 morts et 15 blessés, hier au Canada : Le conducteur d'une camionnette a foncé sur des passants à Toronto, les autorités privilégient la piste d'un acte isolé et non terroriste

Un nouveau record de violence a été établi au Mexique : Les meurtres ont augmenté de 20% au premier trimestre 2018 comparé à la même période en 2017. Trois étudiants en cinéma qui avaient disparu il y a cinq semaines dans l'Etat de Jalisco, à l'ouest du pays, ont été retrouvés assassinés, leurs corps, dissous dans de l'acide. Avant la présidentielle de juillet prochain, la sécurité est la priorité des Mexicains dans la campagne électorale. Reportage à suivre dans le journal de 7h30.

A chacun ses motifs, mais la grève se poursuit, sur les rails et dans les airs : La direction d'Air France prévoit d'assurer près de 75% des vols aujourd'hui,  alors que les grévistes demandent toujours une augmentation de 6% de leurs salaires. La direction propose, elle, un plan 2% d'augmentation cette année,  5% les trois suivantes Un projet d'accord,  pour lequel le PDG d'Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac, a mis sa démission en jeu, en annonçant un référendum pour consulter l'ensemble des salariés sur le projet proposé la semaine dernière. Par ailleurs, la grève se poursuit à la SNCF. Les cheminots défendent toujours le maintien de leur statut pour les nouveaux embauchés et dénoncent l'ouverture du rail à la concurrence souhaitée par l'exécutif. Aujourd’hui, la direction prévoit un TGV et un Intercité sur trois, ainsi que deux transiliens et deux TER sur cinq. Le PDG de la SNCF Guillaume Pépy a, hier, évoqué une érosion du mouvement mais en ce 10e jour de grève en pointillés à la SNCF, les grévistes se préparent, eux, à prolonger leur mouvement cet été. Analyse d'Hakim Kasmi et reportage de Matthieu Mondoloni.

Prime exceptionnelle pour le PDG de PSA, Carlos Tavares, auquel les syndicats reprochent d'avoir supprimé des milliers de postes : Le PDG de PSA va toucher un million d'euros. Les actionnaires du constructeur automobile devrait adopter cette prime exceptionnelle, ce matin, lors de l'assemblée générale du groupe. Mais cette prime exceptionnelle, liée au rachat d'Opel-Vauxhall, a du mal à passer chez certains syndicats,  alors que 25.000 postes ont été supprimes chez PSA en France et que près de 4.000 suppressions de postes se profilent dans le groupe.

Le Bangladesh commémore les cinq ans de la tragédie du Rana Plaza : Il y a cinq ans exactement, en banlieue de Dacca, au Bangladesh,  un immeuble de 8 étages abritant des ateliers de confection textile s'écroulait.  1.134 personnes sont mortes, dans l'effondrement du Rana Plaza, des centaines d'autres sont handicapées à vie. Ce drame a également forcé l'industrie à réagir.  Quelques semaines après, une organisation indépendante de contrôle, appelée "L'Accord", a vu le jour. Son mandat de cinq ans se termine dans quelques semaines. Reportage de Sébastien Farcis, correspondant dans la région pour RFI et France Culture.

Chroniques
7H12
2 min
Le Billet économique
La fin de la politique de modération salariale en Allemagne
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......