LE DIRECT
Plusieurs personnes ont été blessées lors de rassemblements sous haute tension de milliers de sympathisants d'extrême droite et d'extrême gauche, hier soir, soir à Chemnitz

Saluts hitlériens contre militants anti-nazis : les heurts de Chemnitz (ex-RDA) donnent l'image d'une Allemagne plus divisée que jamais sur la question migratoire

13 min

Deux manifestations distinctes, lancées par des militants d'extrême droite et d'extrême gauche ont fait plusieurs blessés, hier soir, à Chemnitz (Saxe) : la tension ne retombe pas après le meurtre d'un Allemand de 35 ans, pour lequel deux réfugiés ont été placés en détention provisoire.

Plusieurs personnes ont été blessées lors de rassemblements sous haute tension de milliers de sympathisants d'extrême droite et d'extrême gauche, hier soir, soir à Chemnitz
Plusieurs personnes ont été blessées lors de rassemblements sous haute tension de milliers de sympathisants d'extrême droite et d'extrême gauche, hier soir, soir à Chemnitz Crédits : Jan Woitas / dpa / AFP - AFP

Regain de tension en Allemagne sur la question migratoire : Les policiers ont bien tenté de les maintenir à distance, avec, notamment, des canons à eau.  Mais plusieurs milliers de militants d'extrême droite et d'extrême gauche se sont affrontés, hier soir, à coups de pierre et d'engins pyrotechniques, à Chemnitz, cette ville de Saxe, en ex-RDA,  proche de la frontière tchèque et où les néo-nazis sont bien implantés.   Deux manifestations distinctes ont dégénéré, faisant plusieurs blessés, ont indiqué les forces de l'ordre, sans donner davantage de précisions. Tout a commencé ce week-end, après l'assassinat à l'arme blanche d'un Allemand de 35 ans ; meurtre pour lequel deux réfugiés ont été placés en garde à vue, hier.  Une "chasse collective" aux immigrés avait été organisée dimanche puis dénoncée avec véhémence par la chancelière Angela Merkel.  Les militants d'extrême gauche ont souhaité répondre aux néo-nazis et ils leur ont fait face, hier, dans la rue. Précisions de Nathalie Versieux, notre correspondante en Allemagne.

Tension exacerbée en Allemagne sur la question migratoire, tension politique, également en Italie : Le vice-Premier ministre italien, Matteo Salvini, à la tête de la Ligue, parti d’extrême droite  doit recevoir, aujourd’hui, à Milan, le Premier ministre hongrois Viktor Orban. Cette rencontre entre populistes n'est pas du goût de Luigi Di Maio, l'autre vice-Premier ministre,  qui dirige, lui, le Mouvement 5 Etoiles. A rebours de son allié au sein du gouvernement italien, Luigi di Maio a dénoncé, hier, "La Hongrie d'Orban [qui] dresse des murs de barbelés et refuse la répartition" des migrants. Une manifestation de sympathisants de la gauche est prévue, cet après-midi à Milan.

Face aux gouvernements populistes, à la poussée des extrémismes qui sont arrivés au pouvoir dans plusieurs pays d’Europe, Emmanuel Macron a esquissé, hier, la ligne que portera son camp face aux "nationalistes" aux élections européennes de mai prochain : Face aux crises et aux doutes, le chef de l'Etat a déclaré, hier, devant les ambassadeurs français réunis à Paris,  qu'il ne fallait en " rien renoncer à l’ambition qui est née il y a un an",  avec son élection sur un programme pro-européen et ses propositions pour réformer l'Union et la zone euro.  C 'est un message qu'Emmanuel Macron va également porter en Europe du Nord, pour une mini-tournée qui l'emmène dès ce matin au Danemark, puis, dès jeudi, en Finlande. Reportage de Quentin Dickinson à Copenhague, avec les moyens techniques de Benjamin Thuau.

Les autres titres du journal

Le gouvernement soigne les chasseurs mais irrite les défenseurs de la cause animale : Le prix du permis de chasse national sera divisé par deux, l'autorisation de chasser certaines espèces sera bien étendue, selon les espèces, a indiqué Emmanuel Macron, hier soir, après avoir reçu à l'Elysée des représentants du monde de la chasse. Il s'agit de "clientélisme pathétique", dénonce Allain Bougrain-Dubourg de la Ligue de Protection des oiseaux.

Sous pression, Donald Trump rend finalement hommage à John McCain : Critiqué de toutes parts pour son lourd silence après le décès du sénateur républicain, Donald Trump a finalement rendu hommage, hier, à cette figure singulière de la politique américaine en ordonnant la mise en berne des drapeaux à travers le pays.

La ministre des Affaires étrangères canadienne est attendue à Washington, aujourd'hui, pour tenter d'arracher un accord commercial aux Etats-Unis qui viennent de s'entendre avec le Mexique pour moderniser l'ALENA, l'accord de libre-échange nord-américain :  Il a fallu des semaines de discussions aux négociateurs des deux pays pour arriver à se mettre d'accord sur un texte qui touche à  l'agriculture, au droit du travail, à la propriété intellectuelle mais surtout à l'automobile, l'un des principaux contentieux économiques entre Donald Trump, qui s'est érigé en héraut de l'Amérique d'abord et qui avait jugé l'ALENA responsable d'avoir détruit de nombreux emplois américains,  en raison des délocalisations vers le Mexique où le coût salarial est moins élevé.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......