LE DIRECT
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner n'exclut pas de déployer des forces de l'ordre dans les établissements scolaires,  en cas de "tension particulière

Comment répondre aux violences scolaires ? La question est au cœur du Conseil des ministres

12 min

Le gouvernement veut répondre à l'indignation suscitée par la diffusion, sur les réseaux sociaux il y a dix jours, d'une vidéo où l'on voyait un élève de Créteil menacer une enseignante avec un pistolet factice.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner n'exclut pas de déployer des forces de l'ordre dans les établissements scolaires,  en cas de "tension particulière
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner n'exclut pas de déployer des forces de l'ordre dans les établissements scolaires, en cas de "tension particulière Crédits : LUCAS BARIOULET / AFP - AFP

Les violences scolaires à l'ordre du jour du Conseil des ministres : dix jours après la mise en ligne d'une vidéo, où un lycéen de Créteil menaçait une enseignante avec un pistolet factice, le gouvernement peaufine son plan d'action contre les violences scolaires. Pas moins de trois ministères sont impliqués : l'Education, l'Intérieur et la Justice, avec le déploiement possible des forces de l'ordre dans les établissements scolaires, dans "des moments de tension particulière", évoqué par le ministre Christophe Castaner, suscitant le scepticisme des syndicats d'enseignants. Reportage de Steven Gouailler.

Les autres titres du journal

La pollution de l'air tue 600.000 enfants par an selon l'OMS : La pollution de l'air, tant intérieure qu'extérieure, entraîne chaque année la mort de 600.000 enfants, en raison d'infections aiguës des voies respiratoires, a alerté, hier, l'Organisation mondiale de la santé. La pollution de l'air est "le nouveau tabac", souligne le directeur général de l'OMS.

"Nous avons perdu 60 % des populations d'animaux sauvages sur Terre" depuis 1970 : c'est le constat alarmant, dressé, ce matin, par le WWF mais il est encore temps d'agir ! Alors que la Chine annonce une reprise limitée du commerce de produits issus du tigre et du rhinocéros, provoquant la colère des défenseurs des animaux qui redoutent une explosion du trafic de ces espèces en danger, le WWF (Fonds mondial pour la nature) estime que, sous la pression de l'homme, la Terre a vu ses populations de vertébrés sauvages décliner de 60% entre 1970 et 2014.

Indices planète vivante du WWF, montrant par région du monde la diminution du nombre d'espèces de vertébrés depuis 1970
Indices planète vivante du WWF, montrant par région du monde la diminution du nombre d'espèces de vertébrés depuis 1970 Crédits : Simon MALFATTO, Sophie RAMIS / AFP - AFP

Donald Trump doit se rendre, aujourd'hui, dans la synagogue de Pittsburgh où onze personnes ont été tuées samedi, pour se recueillir avec la communauté juive de la ville, qui l'invite à dénoncer le nationalisme blanc. Dans une lettre ouverte adressée au président américain, l'association juive Bend the Arc écrit: "Vous n'êtes pas le bienvenu à Pittsburgh tant que vous ne dénoncerez pas fermement le nationalisme blanc".  Cette lettre a été signée par plus de 43.000 personnes, précise l'association. Plus de 250 personnes ont dit qu'elles participeraient à une marche silencieuse pour protester contre la visite de Donald Trump.

Aux Etats-Unis, Donald Trump annonce le déploiement de 5.200 soldats à la frontière mexicaine, pour empêcher l'arrivée d'une caravane de migrants : 7.000 centraméricains fuient la violence et la misère dans leurs pays et qui espèrent entrer aux Etats-Unis. Leur sort est devenu un enjeu dans la campagne pour les "midterms".  A une semaine des élections de mi-mandat,  le président américain opte pour la démonstration de force.

Au Brésil, le nouveau président d'extrême droite Jair Bolsonaro pose les jalons de sa présidence : ultralibéralisme économique et proximité diplomatique avec Donald Trump. Comme le président des Etats-Unis, Jair Bolsonaro veut renforcer les sanctions économiques contre le Vénézuéla et transférer son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem.  Jair Bolsonaro a déjà posé, hier, les jalons de sa présidence,  avant même son entrée en fonctions le 1er janvier prochain. Il s'attelle à composer son futur gouvernement, avec plusieurs militaires à des postes-clés et un ultra-libéral en économie.

À venir dans ... secondes ...par......