LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un TER (Train Express régional)

L'avenir des "petites" lignes ferroviaires, enjeu crucial de la grève à la SNCF, source d'inquiétude en régions et chez les LR

12 min

Acte 1, scène 2 : les cheminots poursuivent leur grève contre la fin de leur statut pour les nouveaux embauchés, et l’ouverture du rail à la concurrence. Plusieurs conceptions des mobilités s'affrontent, des grévistes à l'exécutif, jusqu'à la droite et les régions sur l'avenir des "petites" lignes.

Un TER (Train Express régional)
Un TER (Train Express régional) Crédits : PHILIPPE HUGUEN / AFP - AFP

L'avenir des "petites" lignes ferroviaires, enjeu crucial de la grève à la SNCF, source d'inquiétude en régions et chez les LR : En ce2e jour de grève à la SNCF, le trafic ferroviaire est encore très perturbé. La direction de la SNCF prévoit, comme hier,  un TGV sur 7 et un TER sur 5 en moyenne, comme pour les Transiliens. 34% de grévistes sont enregistrés. Le Premier ministre, Edouard Philippe, a dit entendre, hier, "autant les grévistes" que "ceux qui veulent aller travailler". Et de prévenir, depuis l'Assemblée nationale : les "clients et usagers de la SNCF" ont "des jours difficiles devant eux".  Les syndicats de cheminots, expliquent, eux, se battre pour l'avenir du rail, pour le maintien des petites lignes, même déficitaires, contre l'ouverture du rail à la concurrence, prévue dans la réforme du gouvernement. Emmanuel Macron a fait de la mobilité l'une de ses priorités et promis de maintenir les trains du quotidien mais les élus locaux, les collectivités, les régions attendent plus que des paroles. Reportage d'Hakim Kasmi. Hier, les discussions sur la réforme de la SNCF ont commencé en commission, à l’Assemblée Nationale, dans une ambiance parfois électrique. L’opposition s’inquiète notamment de l'avenir des "petites" lignes. Jean-Marie Sermier, député Les Républicains du Jura, a par exemple interrogé la ministre des Transports sur le transfert des petites lignes aux régions. La droite a bien du mal à se positionner face à la grève des cheminots. Les LR sont, certes, favorables à la fin du statut de cheminot pour les nouveaux embauchés, mais ils tiennent encore à incarner la défense des campagnes, des territoires qui seraient oubliés, disent-ils, du "président des villes" que serait Emmanuel Macron. Un jeu d'équilibriste chez les LR, observé à l'Assemblée Nationale par Stéphane Robert.

Les autres titres du journal

Les syndicats étudiants se plaisent à rêver d'une convergence des luttes : Au mouvement des cheminots,  ils agrègent leur opposition à la réforme de l'accès à l'enseignement supérieur, synonyme, selon eux, de sélection cachée.  La semaine dernière, une douzaine de facultéss étaient touchées, désormais c'est plus d'une vingtaine de sites. On y revient dans le journal de 7h30.

Sur la table du Conseil des ministres aujourd’hui, la loi Elan sur le logement :  66 mesures pour plus de constructions, moins réglementées, notamment sur le handicap. Scandaleux pour l’Association des paralysés de France.

Etats-Unis : Donald Trump veut envoyer des soldats protéger la frontière avec le Mexique

Conséquences de la crise au Vénézuela : les autres pays d'Amérique du Sud, comme l'Equateur, craignent de voir des épidémies se propager

Un air de Yalta à Ankara :  Les présidents russe et iranien sont reçus par leur homologue turc Recep Tayyip Erdogan pour parler de l'avenir de la Syrie. Des zones d'influence pourraient se dessiner dans ce sommet tripartite.

Chroniques
7H12
3 min
Le Billet économique
L'Europe ferroviaire est encore loin d'être harmonisée face à la concurrence
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......