LE DIRECT
La province syrienne d'Idlib

Crainte d'un bain de sang en Syrie, risque de dispersion djihadiste, ensuite, en Europe

12 min

L'offensive menée par le régime de Bachar al-Assad, soutenu par la Russie, pour reprendre le dernier grand bastion insurgé, où vivent 3 millions d'habitants, pourrait être synonyme de catastrophe humanitaire pour les civils. Paris craint, par ailleurs, la dispersion des combattants djihadistes.

La province syrienne d'Idlib
La province syrienne d'Idlib Crédits : SOPHIE RAMIS, KUN TIAN, GILLIAN HANDYSIDE, THOMAS SAINT-CRICQ, CHARLOTTE MASON / - AFP

La peur d'un bain de sang en Syrie, la crainte d'une dispersion djihadiste, ensuite, en Europe : alors que le régime de Damas, appuyé par Moscou, poursuit son offensive sur Idlib, dernier bastion insurgé du nord-ouest de la Syrie, où vivent 3 millions de personnes, dont un million d'enfants, le chef des Nations unies, Antonio Guterres, a dit craindre, hier, un "cauchemar humanitaire comme on n'en a encore jamais vu depuis le début du conflit syrien". De son côté, Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères a évoqué un "risque sécuritaire dans la mesure où dans cette zone se trouvent beaucoup de djihadistes, se réclamant plutôt d'Al-Qaïda, qui sont entre 10 000 et 15 000 et qui sont des risques pour demain pour notre sécurité". Point sur la complexité des forces en présence à Idlib, avec Mariam El Kurdi. Reportage d'Etienne Monin, auprès de réfugiés en Turquie, à Rehanly, à la frontière avec la Syrie.

Les autres titres du journal

Bataille sur les droits d'auteurs, au Parlement européen, entre les géants du numérique et défenseurs de la presse et des artistes, exaspérés de voir leur production pillée sans rémunération par les multinationales : le projet de directive européenne sur les droits voisins revient en session plénière au Parlement européen à Strasbourg. Ce projet oppose les partisans d'un Internet sans contrôle, alliés aux multinationales fournisseurs de support, aux défenseurs de la presse et des artistes, exaspérés de voir leur production pillée sans rémunération par lesdites multinationales. Or, celles-ci se sont livrées à une campagne de lobbying insistant, sans précédent dans les annales du Parlement européen, comme le constate l'eurodéputée radicale de gauche Virginie Rozières au micro de Quentin Dickinson.

En France, le Sénat gagne son bras de fer contre Alexandre Benalla : L'ancien chargé de mission d'Emmanuel Macron, mis en examen pour des violences contre un manifestant le 1er mai à Paris, a finalement accepté, hier, de se rendre devant les parlementaires. Dossier à suivre dans le journal de 7h30.

Rentrée parlementaire à l'Assemblée nationale, marquée notamment par le retour de la loi Alimentation, censée garantir des revenus décents aux producteurs : Ce texte, issu des Etats Généraux de l'Alimentation, doit permettre aux agriculteurs de vivre de leur production et de ne plus se laisser imposer les prix par les distributeurs. Les agriculteurs ne se font, malgré tout, guère d'illusions. Précisions d'Anne-Laure Chouin.

À venir dans ... secondes ...par......