LE DIRECT
Les migrants, secourus ce week-end par l'ONG SOS Méditerranée, sont en partance pour Valence, en Espagne

Crise de l'Aquarius : le gouvernement italien refuse de recevoir des "leçons hypocrites" de pays comme la France "ayant préféré détourner la tête" sur la question migratoire

12 min

Alors que les 630 migrants secourus par l'ONG SOS Méditerranée ont mis le cap, hier, sur Valence, en Espagne, après le refus de l'Italie de Malte d'accueillir les naufragés, Rome n'accepte pas "de recevoir des leçons hypocrites de pays qui ont préféré tourner le dos quand il s'agit d'immigration".

Les migrants, secourus ce week-end par l'ONG SOS Méditerranée, sont en partance pour Valence, en Espagne
Les migrants, secourus ce week-end par l'ONG SOS Méditerranée, sont en partance pour Valence, en Espagne Crédits : Paz PIZARRO, Laurence CHU / AFP - AFP

"Cynisme" vs "hypocrisie" : le ton monte entre la France et l'Italie autour de l'Aquarius et de la crise migratoire, alors que les 630 migrants, secourus le week-end dernier, par l'ONG SOS Méditerranée, se dirigent, depuis hier soir, vers le port de Valence, en Espagne : Il faut compter 3-4 jours de mer pour arriver à destination,  avec des candidats à l'exil, dont une centaine d'enfants et d'adolescents, répartis entre l'Aquarius, le bateau de l'ONG SOS Méditerranée, et de deux navires italiens réquisitionnés pour aider le bateau de l'ONG française, surchargé, considéré comme persona non grata en Italie et à Malte. L'Aquarius et ses 630 migrants à son bord ont déclenché un bras-de-fer sans précédent dans l'Union européenne, Matteo Salvini, le nouveau ministre de l'Intérieur italien, chef de file de la Ligue, parti d'extrême-droite, refusant de laisser accoster le navire en Italie. Pas question de "transformer l'Italie en un énorme camp de réfugiés" a-t-il maintes fois expliqué, alors que son pays a accueilli 700.000 migrants depuis 2013. Pas question, non plus de se laisser donner des leçons par la France. Si Emmanuel Macron est sorti de son silence, hier, pour dénoncer, je cite, le "cynisme" et l'"irresponsabilité" de l'Italie dans cette crise, Rome a immédiatement dénoncé l'hypocrisie de Paris. De quoi tendre les relations franco-italiennes, avant la venue en France, vendredi, du nouveau chef du gouvernement populiste italien afin de préparer le Conseil européen des 28 et 29 juin, en particulier sur la question des migrants. Reportage de Delphine Evenou et correspondance, à Rome, de Mathilde Imberty.

Les autres titres du journal

Emmanuel Macron trace, ce matin à Montpellier,, le cadre de sa politique sociale devant le 42e congrès de la Mutualité française , après avoir fustigé, hier soir, le "pognon de dingue" que coûtent les aides sociales sans endiguer la pauvreté : Dans ce "discours stratégique", il veut "redonner de la cohérence" à son approche sociale, selon l'Elysée, après le début de cacophonie dans son gouvernement sur une réforme des aides sociales. Les maîtres-mots du chef de l'Etat devraient être, aujourd'hui, l'"efficacité" des aides et la "responsabilité" des aidés. Dans un visible souci pédagogique, il expose sa philosophie en un langage familier, dans une vidéo postée hier soir par sa conseillère en communication Sibeth Ndiaye, qui le filme en train de peaufiner son discours devant la Mutualité. "On met un pognon de dingue dans les minimas sociaux et les gens ne s'en sortent pas. Les gens pauvres restent pauvres, ceux qui tombent pauvres restent pauvres. On doit avoir un truc qui permet aux gens de s'en sortir. Par l'éducation...", déclare le président de la République. Pas d'inflexion à gauche, a priori, d'Emmanuel Macron, analyse Stéphane Robert dans le journal de 7h30.

Kim Jong-un et Donald Trump se sont mutuellement invités à se rendre respectivement aux Etats-Unis et en Corée du Nord et tous deux ont accepté cette invitation : Au lendemain d'un sommet historique à Singapour, Donald Trump indique qu'il est prêt à Pyongyang et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un accepte de se rendre à Washington. Aucune date n'a été fixée, mais il existe déjà du concret dans le rapprochement entre les Etats-Unis et la Corée du Nord : Donald Trump a annoncé, hier, la fin des manœuvres militaires américaines conjointes avec la Corée du Sud,  qu'il a lui-même qualifiées de "très provocatrices" envers le régime de Pyongyang. Cette décision a surpris Séoul et le Pentagone mais ravit la Chine. Correspondance à Pékin de Dominique André.

"Il y a urgence à agir" pour la protection de l'enfance, politique publique "en danger" estime le Conseil économique, social et environnemental, dans un rapport publié aujourd'hui. Les anciens enfants placés représentent près d'un quart des sans-abris nés en France. Le Cese a étudié les moyens de prévenir les ruptures de parcours des enfants et jeunes dits "en difficultés multiples", parfois improprement appelés "incasables", et des jeunes majeurs sortant à 18 ans de l'Aide sociale à l'enfance (ASE). Rapport publié aujourd'hui, analysé par Clarence Rodriguez.

Chroniques

7H12
3 min

Le Billet économique

L'Etat s'apprête à lancer un nouveau programme de privatisations

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......