LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le chef de l'Etat Emmanuel Macron, pris en photo le 9 février 2018, à l'Elysée

Le message urbi et orbi d'Emmanuel Macron à l'Association de la presse présidentielle : sans micro ni caméra, le chef de l'Etat a reparlé des lignes rouges en Syrie et défendu Nicolas Hulot et Gérald Darmanin

13 min

Devant l'Association de la presse présidentielle, Emmanuel Macron a réaffirmé la ligne rouge à ne pas franchir en Syrie : l'utilisation d'armes chimiques par le régime contre les civils. Message aussi au SPD en Allemagne et défense de ses ministres mis en cause pour violences sexuelles supposées.

Le chef de l'Etat Emmanuel Macron, pris en photo le 9 février 2018, à l'Elysée
Le chef de l'Etat Emmanuel Macron, pris en photo le 9 février 2018, à l'Elysée Crédits : LUDOVIC MARIN / POOL / AFP - AFP

Si la France "a des preuves avérées que des armes chimiques  sont utilisées contre les civils" en Syrie, alors "nous frapperons" : C'est ce qu'a réaffirmé, hier, Emmanuel Macron devant l'Association de la presse présidentielle. Cette ligne rouge avait déjà fixée sous le quinquennat Hollande. Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait déclaré, la semaine dernière, que "tout" indique que les forces du président Bachar al-Assad se livrent "en ce moment" à des attaques au chlore. Il avait ensuite précisé que "ce n'est pas complètement documenté". Analyse de Bertrand Gallicher et témoignage au micro de Valérie Crova d'Abdulrahman Almawwas, porte-parole des Casques blancs, organisation humanitaire  qui porte secours, au cœur des combats, à des milliers de civils, notamment dans la Ghouta orientale, enclave rebelle près de Damas, où 400.000 personnes sont assiégées et bombardées par le régime de Bachar al-Assad.

Le chef de l'Etat a presque adressé un message ubi et orbi : Emmanuel Macron a invité les membres du SPD allemand à valider l'accord de coalition gouvernemental trouvé avec la CSU, le parti conservateur de la chancelière Angela Merkel. Par ailleurs, le Président a affiché un soutien sans faille aux ministres Gérald Darmanin et Nicolas Hulot mis en cause dans des affaires de violences sexuelles supposées. Analyse de Ludovic Piedtenu, chef du service Politique de France Culture, qui fait partie de la centaine de journalistes qui ont rencontré, hier,  Emmanuel Macron tout près du grand Palais à Paris,  pour cet exercice inédit de questions-réponses, sans micro ni caméra, mais dont les propos présidentiels avaient vocation à être rapportés.

Les autres titres du journal

La police israélienne recommande au parquet d'inculper le Premier ministre Benjamin Netanyahu : Il est menacé directement par deux enquêtes judiciaires pour corruption. Le procureur général aura le dernier mot.  Mais même si Benjamin Netanyahu dément toutes les accusations depuis le début des enquêtes, le premier ministre est sérieusement fragilisé. Correspondance à Jérusalem d'Etienne Monin.

Dernière ligne droite pour la négociation sur la formation professionnelle : L'exécutif veut en faire une grande réforme pour la France.  Elle doit faire l'objet, avec l'apprentissage et l'assurance-chômage, d'un projet de loi prévu en avril prochain. Les partenaires sociaux ont rendez-vous ce matin au siège du MEDEF, avant l'échéance de vendredi, jour prévu pour aboutir à un accord sur la formation. Précisions de Catherine Pétillon.

Chroniques
7H12
3 min
Le Billet économique
Quand les fonds souverains appellent à chasser la corruption
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......