LE DIRECT
Décès à 88 ans de Tom Wolfe, écrivain et journaliste américain, dont "Le Bûcher des vanités" avait été porté au cinéma par Brian de Palma. Ici, à la Foire du livre de Francfort en 1999

Journaliste et écrivain obsédé du détail, amoureux de Balzac et Zola, Tom Wolfe est mort à l'âge de 88 ans

13 min

L'écrivain américain Tom Wolfe, auteur notamment du best-seller "Le Bûcher des vanités" (adapté par Brian de Palma en 1991) et figure d'un "nouveau journalisme" qui se lit comme un roman, est mort à New York à l'âge de 88 ans. Retour sur son style, parfois décrié, avec archives sonores à la clé.

Décès à 88 ans de Tom Wolfe, écrivain et journaliste américain, dont "Le Bûcher des vanités" avait été porté au cinéma par Brian de Palma. Ici, à la Foire du livre de Francfort en 1999
Décès à 88 ans de Tom Wolfe, écrivain et journaliste américain, dont "Le Bûcher des vanités" avait été porté au cinéma par Brian de Palma. Ici, à la Foire du livre de Francfort en 1999 Crédits : Lenz / DPA - AFP

Disparition d'un dandy des lettres aux Etats-Unis : Tom Wolfe, figure du "nouveau journalisme" et auteur de best-sellers tels que "Le Bûcher des vanités" et "L'Etoffe des héros", tous deux adaptés au cinéma, est mort à l'âge de 88 ans à New York : Il voulait s'inspirer du sens de l'observation de Balzac, de Zola, de Stendhal, de leur capacité à insuffler des "realia", ces éléments du réel qui sonnent "vrai" dans les romans. Tom Wolfe est mort à l'âge de 88 ans à New York. Figure du nouveau journalisme, il avait dépeint, à la fin des années 1960, dans "Acid test", le road-trip, sous LSD, du romancier Ken Kesey (auteur de "Vol au-dessus d'un nid de coucou") et de son groupe de joyeux blagueurs, les "Merry Pranksters". Critiqué à sa sortie,  "Acid test" est aujourd'hui considéré comme un livre de référence, par le New York Times, notamment, pour ce travail de reportage mêlé à un exercice littéraire de haute volée. Tom Wolfe, auteurs de livres à succès comme "Le Bûcher des vanités", adapté par Brian de Palma et 1991, et de "L'Etoffe des héros", porté au cinéma par Philip Kauffman en 1983, critiquait d'une plume acérée les travers de ses contemporains,  inventant, au besoin des expressions, comme "Fifth Avenue radicals" - le "chic gauchiste" ou la gauche caviar, pour moquer la société prétentieuse des beaux quartiers de New York. Il n'a jamais été découragé par le fait qu'il ne cadrait pas souvent avec ses sujets de recherche. Ne serait-ce que par son look. Il portait un costume blanc, souvent accessoirisé avec un chapeau blanc et des chaussures bicolores. Il a admis qu'il aimait l'attention que cet équipement lui valait. L'écrivain et journaliste, obsédé du détail, passant du monde artistique à Wall Street, du Sud noir des Etats-Unis à Miami, versant latino, passionné des questions de classe, de pouvoir, d'origine, de corruption et de sexe, avait su capter l'extravagance de son époque, selon le Washington Post qui lui rend hommage ce matin. Reportage d'Isabelle Labeyrie à Washington pour France Culture, et archive sonore où Tom Wolfe, invité des Matins de France Culture en 2006, expliquait comment il travaillait, selon qu'il écrivait un reportage ou un roman. Dossier à approfondir ici.

Les autres titres du journal

Israël, en butte à une vague de condamnations et d'appels à une enquête indépendante après le bain de sang de lundi à Gaza, peut compter, une fois de plus, sur le soutien des Etats-Unis, notamment au Conseil de sécurité de l'ONU : Après un lundi ensanglanté dans la bande de Gaza, où 59 manifestants palestiniens sont morts sous les balles israéliennes et où au moins 2.400 personnes ont été blessées, alors qu'elles marchaient vers la frontière avec Israël pour protester contre le déménagement de l'ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Belgique et la Suisse soutiennent l'idée d'une enquête indépendante,  mais les Etats-Unis, alliés d'Israël, ont bloqué toute initiative, hier, au Conseil de sécurité de l'ONU. Reportage à New York de Marco Wolter.

De jeunes gazouis prêts à risquer la mort ou des blessures à vie : Depuis le début de la "Grande Marche du retour", entamée le 30 mars dans la bande de Gaza, en faveur du droit au retour des réfugiés, près de 3.500 palestiniens ont été bléssés par balle.  De jeunes gazaouis, notamment, risquent maintenant d’être handicapés à vie. Reportage à Gaza d'Etienne Monin.

En Europe, les 28 vont opposer un front uni à Donald Trump ce soir : Sur Gaza, le déménagement de l'ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, mais aussi sur l'accord nucléaire iranien et les menaces de taxes sur l'acier et l’aluminium européen, les 28 vont opposer un front uni à Donald Trump, ce soir, lors d'un dîner de travail des dirigeants européens à Sofia, en Blugarie. Comment faire quand on a investi ou noué des relations commerciales avec l'Iran et que l'on risque de tout perdre pour une décision et des sanctions commerciales prises aux Etats-Unis ?  Analyse et reportage à suivre dans le journal de 7h30.

Pyongyang menace d'annuler le sommet avec Washington : La Corée du Nord a déclaré  qu'elle pourrait reconsidérer la tenue d'un sommet, le 12 juin à Singapour, entre son dirigeant Kim Jong-un et Donald Trump si Washington continue d'insister unilatéralement pour que Pyongyang abandonne son programme nucléaire.

L'Assemblée nationale a voté, cette nuit,  l'article controversé sur la répression des infractions sexuelles sur les mineurs : Il a été adopté  en première lecture, par 81 voix contre 68,  au terme de près de cinq heures de vifs échanges.  Cet article est "ferme" et "protège mieux les enfants", a assuré Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, mais des députés de gauche comme de droite comme de gauche ont tenté, en vain, de déposer des amendements pour une présomption de non-consentement en particulier avant 15 ans, ou pour renverser la charge de la preuve. Ces amendements ont été rejetés par LREM au motif notamment d'un risque d'inconstitutionnalité. Les opposants au texte gouvermental déplorent, notamment, un risque accru de "correctionnalisation des viols de mineurs", c'est-à-dire de voir le viol, qui est un crime, être traité de la même façon qu'un délit.

Jérôme Cahuzac, le prix du mensonge mais en évitant sans doute l'humiliation de la prison : Cinq ans après avoir déclenché le plus retentissant scandale du quinquennat Hollande, l'ex-ministre du Budget et ancien pourfendeur de l'évasion fiscale s'est vu infliger pour fraude et blanchiment une peine de quatre ans d'emprisonnement dont deux avec sursis, une amende de 300.000 euros et cinq ans d'inéligibilité. Jérôme Cahuzac ne devrait pas aller en prison car sa peine ouvre la voie à un aménagement. Précisions de Florence Sturm.

Hasard du calendrier, au lendemain de la condamnation de Jérôme Cahuzac, le"verrou de Bercy" sur la fraude fiscale en question au Sénat : Une proposition de loi des socialistes pour faire "sauter le verrou de Bercy" est examinée aujourd'hui au Sénat. Le verrou de Bercy, c'est ce monopole du ministère du Budget sur la décision de oui ou non, poursuivre en justice un fraudeur fiscal. Une exception française presque centenaire, décryptée Evan Lebastard.

Chroniques

7H12
2 min

Le Billet économique

Comment ranimer le dialogue social à Air France ?

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......