LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le gouvernement Philippe III, après le remaniement

"Ni tournant, ni changement de cap" assure, Emmanuel Macron après le remaniement ministériel : "tout ça pour ça !", ironise l'opposition

12 min

Un remaniement "poussif" et "sans éclat", tel un soufflé qui retombe, avec Emmanuel Macron "seul à la barre" qui entend garder le "cap" : l'opposition ironise sur la recomposition gouvernementale, annoncée hier.

Le gouvernement Philippe III, après le remaniement
Le gouvernement Philippe III, après le remaniement Crédits : Kun TIAN, Paz PIZARRO, Aude GENET / AFP - AFP

"Ni tournant, ni changement de cap" assure, Emmanuel Macron après le remaniement ministériel. Douze minutes pour expliquer "le sens profond" de sa politique : c'est l'exercice auquel s'est livré Emmanuel Macron, hier soir, dans une allocution présidentielle rarissime pour lui, face caméra, comme pour les vœux du 31 décembre. Quelques heures après le remaniement ministériel, Emmanuel Macron a assuré qu'il n'y aurait "ni tournant, ni changement de cap" de sa politique. On peut noter, en revanche, un changement de style : après avoir été critiqué, par certains, pour son arrogance ou pour ses propos sur les "gaulois réfractaires au changement", sur le "pognon de dingue" que coûtent les aides sociales,  sur son appel, aux retraités, à ne plus se plaindre, le chef de l'Etat s'est essayé au mea culpa : extrait de son allocution télévisée, où Emmanuel Macron a demandé aux élus locaux de soutenir ses réformes.

Parmi les changements au sein du gouvernement : c'est à Jacqueline Gourault, désormais, qu'il incombe de recoller les morceaux entre les élus locaux et l'exécutif, au sein d'un ministère ministre de la Cohésion des territoires élargi avec les Relations avec les collectivités territoriales. Avec le remaniement,  exit Jacques Mézard, le ministre radical de la Cohésion des territoires. Satisfecit d'Hervé Morin, à la tête des Régions de France,  et de Dominique Bussereau, qui préside l'Assemblée des départements. Quant au nouveau ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner,  son premier déplacement l'a conduit aux Lilas, en région parisienne, où un adolescent de 13 ans a été frappé à mort, à coups de barre de fer, ce week-end. Parmi les nouveaux entrants au gouvernement,  on peut encore noter Franck Riester, député de centre-droit, qui remplace au ministère de la Culture la femme de lettres Françoise Nyssen, fragilisée par une polémique immobilière ces dernières semaines. Stéphane Travert laisse le portefeuille de l'Agriculture à l'ex-sénateur socialiste Didier Guillaume et Marc Fesneau, proche de François Bayrou, devient ministre chargé des Relations avec le Parlement.

Focus sur une nomination qui a déjà fait réagir, celle d'Emmanuelle Wargon auprès du ministre de la Transition écologique après être passée chez Danone : à 47 ans, cette énarque devient secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique, François de Rugy. Mais les écologistes ne digèrent pas les trois années qu'Emmanuelle Wargon a passées chez Danone, comme responsable des affaires publiques et de la communication. "Avec Macron, l'écologie, c'est jamais sans les lobbys", déplore par exemple, David Cormand,  le secrétaire national des Verts. Polémique suivie par Mariam El Kurdi.

"Tout ça pour ça !", ironise l'opposition : à l'Assemblée nationale, le remaniement était sur toutes les lèvres. Reportage auprès des députés de gauche, avec Sophie Delpont.

Les autres titres du journal

Affaire Khashoggi : des proches du prince héritier saoudien parmi les suspects ? L'un des hommes identifiés par les autorités turques comme faisant partie des responsables de la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, critique de Riyad, à l'ambassade d'Arabie saoudite à Istanbul appartient à l'entourage du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, affirme le New York Times. Selon le journal américain, qui publie plusieurs photos pour appuyer ses dires, Maher Abdulaziz Mutreb a notamment accompagné le prince lors de déplacements aux Etats-Unis en mars 2018 ainsi qu'à Madrid et à Paris en avril 2018.  Les autorités turques ont diffusé une photo de lui arrivant à l'aéroport d'Istanbul. Selon les autorités turques, Jamal Khashoggi a été assassiné dans ces locaux par une équipe venue d'Arabie saoudite.

Un an de sursis, peut-être pour le Brexit : Michel Barnier, négociateur en chef de l'Union européenne sur le retrait britannique, serait ouvert à une prolongation d'un an de la période de transition qui débutera à compter du Brexit, le 29 mars prochain. C'est ce qu'indique le Financial Times, citant des diplomates européens, alors que les 27 se retrouvent autour d'un dîner, ce soir, à Bruxelles, avant un sommet européen, demain,  en présence, cette fois, de la Première ministre britannique Theresa May. A ce stade, les deux parties ne sont toujours pas d'accord sur les modalités de leur séparation ; le principal point de blocage, entre Londres et Bruxelles, reste la question de la frontière irlandaise. Précisions d'Isabelle Labeyrie. 

Réunion cruciale sur l'avenir de Pascal Pavageau à la tête de Force ouvrière, après la révélation par le Canard enchaîné d'un fichier controversé sur des cadres du syndicat : La direction élargie de Force ouvrière doit se réunir, ce matin, à Paris, pour évoquer l'avenir de Pascal Pavageau à la tête du syndicat. Une majorité souhaite sa démission, après avoir appris l'existence d'un fichier où certains cadres syndicats sont affublés de qualificatifs comme "niais", "complètement dingue", "anarchiste", "bête" ou encore "trop intelligent pour entrer au bureau confédéral". Cette crise dépasse les clivages idéologiques au sein de FO. Analyse de Marie Viennot.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......