LE DIRECT
Les étapes (probables) de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne

Brexit : Theresa May et les députés veulent renégocier l'accord mais pas l'UE

13 min

A seulement deux mois du Brexit, la Première ministre Theresa May a obtenu, hier, des députés britanniques un mandat pour rouvrir les négociations avec Bruxelles, mais l'Union européenne a immédiatement refusé, un dialogue de sourds à l'issue incertaine.

Les étapes (probables) de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne
Les étapes (probables) de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne Crédits : Sophie RAMIS, Gillian HANDYSIDE, Sabrina BLANCHARD / AFP - AFP

Brexit : Theresa May gagne une victoire au parlement britannique mais ses espoirs de renégocier sont douchés par Bruxelles. A seulement deux mois du Brexit, la Première ministre Theresa May a obtenu, hier, des députés britanniques un mandat pour rouvrir les négociations avec Bruxelles pour éviter le retour à une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord. Mais l'Union européenne a immédiatement refusé, un dialogue de sourds à l'issue incertaine. C'est un revirement de taille pour la dirigeante conservatrice, qui proclamait il y a encore quelques semaines que son "Traité de retrait" de l'UE, âprement négocié pendant des mois avec Bruxelles mais rejeté il y a deux semaines par les députés britanniques, était le "meilleur" et "le seul possible". Les dirigeants des 27 pays membres de l'Union européenne ont opposé une fin de non-recevoir à l'exigence des autorités britanniques de renégocier l'accord pour la sortie du Royaume-Uni le 29 mars et le "filet de sécurité" prévu pour l'Irlande. "L'accord de retrait est et reste le meilleur moyen d'assurer un retrait ordonné du Royaume-Uni de l'UE. Le backstop (la disposition pour éviter le retour à une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord) fait partie de l'accord de retrait et l'accord de retrait n'est pas ouvert à la renégociation", a affirmé le président du Conseil européen Donald Tusk. Mais il se dit tout de même prêt à considérer "toute demande raisonnable" pour repousser la date de sortie du Brexit au-delà du 29 mars. Quelles propositions pourraient donc émerger maintenant ? Analyse en direct d'Antoine Giniaux à Londres. Parmi les pistes étudiées à Londres, un plan, baptisé "Malthouse Compromise" du nom de l'un de ses concepteurs, Kit Malthouse, offre aux "Brexiters" la promesse d'obtenir la suppression de la "clause de sauvegarde" ("backstop") destinée à éviter le rétablissement d'une frontière physique entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande après le Brexit. Mais il promet parallèlement aux "Remainers" la mise en place de garde-fous pour minimiser les risques de perturbations en cas de sortie sans accord.

Les autres titres du journal

Manifestions et début de dialogue au Venezuela ? A l'aube d'une nouvelle journée de manifestations de l'opposition, le président vénézuélien Nicolas Maduro serait, selon l'agence de presse russe Ria, disposé à mener des pourparlers avec l'opposition, avec la participation de médiateurs internationaux.

Elections européennes : François-Xavier Bellamy confirmé comme tête de liste au parti Les Républicains. La Commission nationale d'investiture a approuvé par 38 voix pour et deux contre le "trio" formé par M. Bellamy, adjoint au maire de Versailles de 33 ans, la vice-présidente de la région Ile-de-France Agnès Evren et l'eurodéputé sortant Arnaud Danjean.  "Ils incarnent ce qu'on veut faire : un vrai renouvellement. Les visages nouveaux de la droite", a plaidé le chef des Républicains Laurent Wauquiez dans une vidéo postée après la réunion. Le nom de François-Xavier Bellamy, personnalité au profil conservateur opposé au mariage homosexuel et à l'IVG, circulait depuis plusieurs semaines et Laurent Wauquiez a maintenu sa proposition, en dépit des réticences au sein du parti, notamment de la part du président du Sénat Gérard Larcher.

La proposition de loi "anti-casseurs" devant les députés : Le gouvernement souhaite maintenir la possibilité de fouiller les personnes souhaitant participer à une manifestation dans un périmètre défini, malgré la contestation de cette mesure jugée liberticide par une parti de la majorité et de l'opposition, dans la loi "anti-casseurs" dont l'examen a commencé, hier, à l'Assemblée nationale. "Chaque semaine, une petite minorité de brutes menace, vise, attaque", a dit Christophe Castaner dans l'hémicycle.

À venir dans ... secondes ...par......