LE DIRECT
Les forces de l'ordre ont lancé,  vers 6h ce matin, l'opération d'évacuation du plus gros campement de migrants parisien, où quelque 1.700 personnes ont été recensées au nord-est de la Capitale

Evacuation du plus important campement de migrants à Paris : Ian Brossat, adjoint PCF au Logement à la Ville, regrette "le temps perdu" et critique "une certaine mauvaise volonté de la part du ministre de l'Intérieur"

13 min

La mairie de Paris a salué l'évacuation, ce matin, par les forces de l'ordre de près de 1.700 migrants, installés dans le nord-est de la Capitale, la jugeant toutefois "tardive", et plaidant pour un travail en "partenariat" avec l'Etat pour élaborer des solutions "pragmatiques" et "pérennes".

Les forces de l'ordre ont lancé,  vers 6h ce matin, l'opération d'évacuation du plus gros campement de migrants parisien, où quelque 1.700 personnes ont été recensées au nord-est de la Capitale
Les forces de l'ordre ont lancé, vers 6h ce matin, l'opération d'évacuation du plus gros campement de migrants parisien, où quelque 1.700 personnes ont été recensées au nord-est de la Capitale Crédits : GERARD JULIEN / AFP - AFP

Evacuation du plus grand campement de migrants de Paris : Ils ont replié leurs tentes, leurs matelas de fortune et attendent, avec leur maigre sac à la main, de monter dans des bus, direction des centres d'hébergement temporaires, à Paris et en région parisienne. Près de 1.700 personnes sont en train d'être évacuées du plus gros campement de migrants de la Capitale. Ces hommes, en grande majorité, sont originaires du Soudan, de Somalie et d'Erythrée, installés depuis plusieurs semaines sur le campement  du "Millénaire" dans le XIXe arrondissement de Paris, au cœur d'un bras de fer entre le gouvernement, notamment le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, et la mairie de Paris qui se renvoient la responsabilité de la gestion de ces campements de migrants. Après une trentaine d'évacuations de ce genre dans la Capitale, pour Ian Brossat, adjoint PCF chargé du logement, de l'habitat durable et de l'hébergement d'urgence à la mairie de Paris (interrogé par Hélène Roussel), l'Etat doit enfin penser à des solutions durables et dignes d'accueil des migrants.

Les autres titres du journal

La ministre de la Santé doit dévoiler aujourd'hui un plan d'action pour les EHPAD (Etablissements d'hébergement pour les personnes âgées dépendantes) : Une infirmière de nuit dans chaque maison de retraite médicalisée, c'est l'une des mesures que devrait annoncer, cet après-midi, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, dans le cadre de son plan d'action pour la prise en charge de la dépendance, quelques semaines après d'importants mouvements de grève dans ce secteur,  qui emploie près de 500.000 personnes en France. Agnès Buzyn souhaiterait créer 20.000 postes supplémentaires en trois ans,  développer, aussi, la télémédecine. Ces mesures sont encore insuffisantes pour les syndicats de personnels et les directeurs d'EHPAD. Reportage de Charlotte Baris.

Le Parlement européen a approuvé, hier, la réforme du statut des travailleurs détachés qui devront obtenir la même rémunération, pour un même travail, que les salariés du pays de l'Union européenne dans lequel ils sont provisoirement accueillis : La réforme, qui a fait l'objet d'un accord de principe entre le Conseil – les Etats membres – et le Parlement européen, maintient le principe d'un statut dérogatoire pour les travailleurs détachés qui continueront à payer leurs charges sociales dans leur pays d'origine.  Elle limite en revanche cette dérogation à 12 mois – un point sur lequel Emmanuel Macron s'était fortement engagé dès la campagne présidentielle -, avec possibilité d'extension à 18.  Après adoption formelle par le Conseil européen, les Etats auront deux ans pour mettre en œuvre ces nouvelles dispositions. Séverine Picard, conseillère juridique de la Confédération européenne des syndicats (jointe par Marie Viennot) regrette néanmoins que le secteur très sensible du transport routier soit exclu de cette nouvelle directive.

Eric Woerth en examen dans l'enquête sur la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy : Deux mois après Nicolas Sarkozy, son ancien trésorier de campagne, Eric Woerth a été mis en examen à son tour, hier, par les juges, qui enquêtent sur les soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle victorieuse de 2007.

Les comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon objets d'une enquête : Jean-Luc Mélenchon "garantit" avoir agi "honnêtement et scrupuleusement dans la conduite financière" de sa campagne de 2017, hier, après l'ouverture par le parquet de Paris d'une enquête pour "vérifications" de ses comptes.

Un homme radicalisé tue trois personnes dont deux policières à Liège, en Belgique : Un homme radicalisé, dont l'objectif était d'attaquer la police, a tué trois personnes dont deux policières, avant d'être abattu, hier à Liège, dans l'est de la Belgique, un acte qualifié de "terroriste" par la justice belge. Après ce triple homicide commis sur une grande artère de la cité francophone, l'homme identifié par les médias comme Benjamin Herman, un délinquant multirécidiviste né en 1982, a brièvement pris en otage une employée d'un groupe scolaire, entraînant l'évacuation des élèves, selon les autorités. Aucun enfant n'a été blessé. L'enquête a été confiée à un juge d'instruction antiterroriste, et le parquet fédéral doit donner des précisions sur ses premiers éléments ce mercredi matin lors d'une conférence de presse.

L'armée israélienne annonce, ce matin, avoir frappé 25 nouveaux "objectifs militaires" du Hamas dans la bande de Gaza, en réponse à des tirs de roquettes et mortier : Parmi les cibles, figuraient des ateliers pour la fabrication de roquettes, des abris pour des drones ainsi que des "infrastructures militaires". Hier, au premier jour de cette opération, - la confrontation la plus sévère entre Israël et les groupes armés palestiniens depuis la guerre de 2014-,  Israël avait frappé plus de 35 objectifs militaires du groupe islamiste qui dirige la bande de Gaza, avec des frappes, également, contre le groupe Jihad islamique. Analyse de ce regain de tensions à suivre dans le journal de 7h30.

En Tunisie, la justice spécialisée se penche sur les crimes de Ben Ali : C’est la première fois que les victimes de la dictature peuvent espérer un procès sans justice instrumentalisée au service du régime.  Première affaire à être jugée : celle de Kamel Matmati, opposant politique arrêté en 1991 et torturé à mort en prison peu après.   14 personnes – dont l’ancien président Ben Ali – sont jugées ici pour crime contre l’humanité. Reportage de Maurine Mercier, qui a suivi ce procès qui s'est ouvert hier à Gabès dans le sud de la Tunisie.

Yémen : les forces progouvernementales, appuyées par la coalition sous commandement saoudien, se sont rapprochées, hier, du port clé de Hodeida, compliquant le travail des humanitaires : Le port d'Hodeida est tenu par les rebelles Houtis, sur la mer Rouge, à l'ouest du Yémen, et il s'agit du principal point d'entrée des importations et de l'aide humanitaire dans ce pays pauvre, où la guerre a fait plus de 10.000 morts, depuis plus de trois ans. Cela complique les missions de Médecins sans frontière, comme l'explique Caroline Séguin, chargée du Yemen chez MSF (jointe par Nadine Epstain).

Chroniques

7H12
2 min

Le Billet économique

Le projet de loi ELAN sur le logement social suscite la controverse

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......