LE DIRECT
Les représentants syndicaux de l'UNSA, de la CFDT, de la CGT et de Sud Rail sont ressortis déçus de la réunion avec la ministre des Transports

Dialogue de sourds entres les syndicats de la SNCF et le gouvernement

13 min

Les syndicats de cheminots dénoncent "une mascarade" de concertation. Ils sont ressortis bredouilles et en colère après une première réunion avec le gouvernement depuis le lancement de la grève de deux jours sur cinq contre la réforme du rail.

Les représentants syndicaux de l'UNSA, de la CFDT, de la CGT et de Sud Rail sont ressortis déçus de la réunion avec la ministre des Transports
Les représentants syndicaux de l'UNSA, de la CFDT, de la CGT et de Sud Rail sont ressortis déçus de la réunion avec la ministre des Transports Crédits : LUDOVIC MARIN / AFP - AFP

SNCF : les syndicats dénoncent "une mascarade" de concertation. Après les deux premiers jours de grève à la SNCF et plus de six heures de réunion avec la ministre des Transports Elisabeth Borne hier, les syndicats de cheminots disent n'avoir obtenu aucune avancée sur la question de la dette de la SNCF, du financement et du statut de l'entreprise. Les syndicats réclament une reprise de la dette de la SNCF par l'Etat ; 50 milliards d'euros que l'entreprise ne peut plus assumer disent-ils. Le gouvernement veut d'abord engager la restructuration de la SNCF et du statut des cheminots avant d'en discuter. Alors qu'une nouvelle table ronde est prévue aujourd'hui entre les syndicats et la ministre des Transports, on assiste, pour l'instant, à un dialogue de sourds. Reportage d'Eva Jednak.

Les autres titres du journal 

Plus qu'une poignée d'universités bloquées par des étudiants : les AG à répétition pour débattre de la contestation de la loi sur l'accès à l'enseignement supérieur vont-elles perturber la tenue des examens ?

La colère continue de monter chez les parents d'élèves en Seine-Saint Denis,   après les violences répétées dans des collèges et lycées du département.

344 millions d'euros alloués à l'autisme pour les 5 années à venir : le Premier ministre Edouard Philippe détaille, cet après-midi, le 4e plan national pour l'autisme pour mieux repérer ces troubles neuro-développementaux et les prendre en charge. La France a beaucoup de retard en la matière : 45% des enfants sont diagnostiqués entre 6 et 16 ans, trop tard pour espérer les faire ensuite progresser rapidement. Précisions à suivre dans le journal de 7h30.

Une manifestation à hauts risques, aujourd'hui, dans la bande de Gaza : Israël a prévenu : pas question de changer les consignes de tir, données la semaine dernière, quand 18 Palestiniens avaient été tués par balles. Aujourd'hui encore, les habitants de la bande de Gaza devraient se mobiliser et marcher jusqu'à la frontière israélienne,  à l'appel du Hamas notamment,  pour réclamer l’application du droit au retour des réfugiés palestiniens. Mais l'appropriation des manifestations par les islamistes du Hamas agace certains habitants de la bande de Gaza. Reportage d'Etienne Monin.

Aux Etats Unis, la fronde d’une partie des salariés de Google : Dans une lettre ouverte, ils demandent à leur entreprise de ne plus travailler pour le Pentagone. En effet, depuis un an environ, la firme californienne travaille avec le ministère américain de la Défense sur un projet militaire d’analyse d’images de drones. Plus de 3.000 employés de la firme réclament la fin de ce programme de coopération, contraires, selon eux, aux valeurs de leur entreprise. Correspondance, à Washington, de Grégory Philipps.

Le réalisateur japonais de films d'animation Isao Takahata, cofondateur du studio d'animation Ghibli et connu pour "Le tombeau des lucioles", est mort à l'âge de 82 ans
Le réalisateur japonais de films d'animation Isao Takahata, cofondateur du studio d'animation Ghibli et connu pour "Le tombeau des lucioles", est mort à l'âge de 82 ans Crédits : Tomonori Iwanami / Yomiuri / The Yomiuri Shimbun - AFP

Mort à 82 ans du réalisateur de films d'animation Isao Takahata (Studio Ghibli) : C'était un enfant de la guerre et il avait tiré de sa propre expérience, son film le plus déchirant, "Le tombeau des lucioles" sorti en 1988.  Le réalisateur japonais Isao Takahata, grand réalisateur de films d'animation est mort à l'âge de 82 ans.  Le complice de Miyazaki dans le studio "Ghibli" (qu'ils avaient co-fondé en 1985) s'était donc inspiré de son enfance, - fuyant pieds nus, avec l'une de ses soeurs, les bombardements américains de la région d'Okayama, au Japon, en 1945 - , pour créér "Le tombeau des lucioles", histoire déchirante de deux orphelins durant la guerre. Ce film d'animation, à la fois tendre et très dur, a fait connaître Isao Takahata du grand public, au Japon comme en Occident. Il est également l'auteur de "Pompoko" (1994), Cristal du meilleur long métrage au festival d'Annecy il y a deux décennies, et de "Mes voisins les Yamada" (1999).  Plus récemment, il avait mis en images "le Conte de la Princesse Kaguya", adaptation d'un conte populaire japonais du Xe siècle. Avec des dessins aux fusain, dans un décor aux tons pastels, rappelant les aquarelles, le film raconte l'histoire d'un vieux coupeur de bambou qui découvre une princesse sur une pousse de bambou. Elle grandit d'ailleurs aussi vite qu'un bambou, passant du bébé joufflu à une jeune fille que l'on veut polisser en princesse. Le trait de Takahata change au cours du film et accompagne le parcours de la jeune fille, de l'esquisse, dans la nature, au durcissement du trait au fur et à mesure que la société tente de "formater" la princesse. Extrait du "Tombeau des lucioles" et dossier à prolonger ici, archives à la clé.

Chroniques

7H12
2 min

Le Billet économique

Les Européens sous la menace d'un cheval de Troie chinois dans l'automobile ?

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......