LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les forces de l'ordre sont intervenues, hier soir, pour évacuer des étudiants qui se trouvaient dans la Sorbonne à Paris pour protester contre la réforme de l'accès à l'enseignement supérieur

Contestation estudiantine : la police a évacué la Sorbonne à Paris pour empêcher une occupation comme dans d'autres universités

13 min

La Sorbonne restera fermée jusqu'à lundi. Précaution prise, après l'évacuation de 200 étudiants, hier soir, à Paris. Le recteur a requis l'intervention des forces de l'ordre, pour éviter une occupation dans le cadre de la contestation contre la réforme de l'accès à l'enseignement supérieur.

Les forces de l'ordre sont intervenues, hier soir, pour évacuer des étudiants qui se trouvaient dans la Sorbonne à Paris pour protester contre la réforme de l'accès à l'enseignement supérieur
Les forces de l'ordre sont intervenues, hier soir, pour évacuer des étudiants qui se trouvaient dans la Sorbonne à Paris pour protester contre la réforme de l'accès à l'enseignement supérieur Crédits : Michel Stoupak / NurPhoto - AFP

La Sorbonne évacuée et fermée : Pas question, pour les autorités, de laisser une prestigieuse université, l'un des symboles de la contestation estudiantine en mai 68, du mouvement anti-CPE, aussi, en 2006, être durablement occupée. La Sorbonne a été évacuée, hier soir, par des CRS. 200 étudiants ont été délogés par des forces de l'ordre, alors qu'ils protestent contre la réforme de l'accès à l'enseignement supérieur, synonyme, disent-ils, de sélection cachée. Ces étudiants devaient tenir une assemblée générale pour fédérer leur mouvement, ils ont finalement été évacués vers 22h, alors qu'Emmanuel Macron a dénoncé des "agitateurs professionnels" chez les étudiants, lors d'une interview sur TF1, hier à 13h, par Jean-Pierre Pernaut, depuis une salle de classe d'un petit village normand, à Berd’huis, dans l'Orne. Récit d'une "occupation éclair" et d'une évacuation avec Benjamin Mathieu. Une dizaine de sites universitaires sont par ailleurs encore totalement ou partiellement bloqués, à Montpellier, Marseille, Toulouse, Rennes. A Paris-Tolbiac, faculté occupée depuis fin mars, des forces de l'ordre étaient présentes à l'extérieur de l'université hier soir. Elles ont quitté les lieux avant minuit, huées par quelque 200 personnes.

Les autres titres du journal

3e acte de la grève en pointillés à la SNCF : Alors que les vacances scolaires de la zone C (académies d'Ile-de-France, de Toulouse et de Montpellier) commencent ce soir,  un TGV et un TER sur trois devraient circuler, deux Transilien sur cinq et un Intercités sur cinq. La SNCF prévoit davantage de trains que lors des premiers jours de la grève perlée des cheminots contre la réforme du ferroviaire, la fin du statut des cheminots souhaité par le gouvernement pour les nouveaux embauchés et l'ouverture du rail à la concurrence.

Opération en cours à Notre-Dame-des-Landes pour dégager les axes routiers alors que l’Etat dit en avoir terminé avec les évacuations à Notre Dame des Landes. La préfète des Pays de la Loire compte désormais lancer les opérations de déblaiement et les négociations avec les opposants historiques au projet d’aéroport.  Après quatre jours d'expulsion, les gendarmes ont démantelé 29 lieux de vie sur la petite centaine que compte le site mais la plupart de leurs occupants ne comptent pas partir. Reportage de Thibault Lefèvre sur la reconstruction de l'un de ces lieux de vie détruits.

Donald Trump n'a pas encore pris sa décision sur la Syrie : Le président des Etats-Unis a réuni, hier, son équipe de sécurité nationale sur le dossier syrien. La Maison Blanche indique qu'"aucune décision n'a été prise" sur de possibles frappes aériennes en Syrie, après l'attaque chimique présumée dans l'enclave rebelle de Douma, le week-end dernier.

Sybile Veil prendra la tête de Radio France, lundi prochain : Elle a été choisie, hier, par le Conseil supérieur de l'Audiovisuel pour succéder à Mathieu Gallet. A 40 ans, cette énarque, de la même promotion qu'Emmanuel Macron, était déjà n°2 de Radio France.   Arrivée en 2015 dans le groupe, elle était directrice déléguée en charge des opérations et des finances. Sibyle Veil devra composer avec la vaste réforme de l'audiovisuel public en cours. Précisions d'Eric Chaverou.

Chroniques
7H12
2 min
Le Billet économique
Les nouvelles routes de la soie risquent de plomber les dettes de l'Afrique
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......