LE DIRECT
A grand renfort de fumigènes, tambours et de sifflets, des cheminots ont manifesté, hier, à Paris

Mobilisation réussie pour les syndicats de cheminots et de fonctionnaires, dont la CGT qui appelle à une "journée d'action interprofessionnelle le 19 avril prochain"

11 min

Entre 323.000 manifestants en France selon le ministère de l'Intérieur et 500.000 selon la CGT : les fonctionnaires et les cheminots ont protesté, hier, contre les réformes du gouvernement et pour la défense de la fonction publique, du statut, des salaires et de l'emploi.

A grand renfort de fumigènes, tambours et de sifflets, des cheminots ont manifesté, hier, à Paris
A grand renfort de fumigènes, tambours et de sifflets, des cheminots ont manifesté, hier, à Paris Crédits : ALAIN JOCARD / AFP - AFP

La CGT ne veut pas laisser la mobilisation retomber : Au lendemain des manifestations de cheminots et de fonctionnaires partout en France, la CGT appelle désormais à une "journée d'action interprofessionnelle le 19 avril prochain". L'organisation syndicale a compté, hier, 500.000 manifestants dans la rue, quand le ministère de l'Intérieur évoque, lui, le chiffre de 323.000 personnes dans la rue.  Selon un décompte indépendant réalisé à Paris par le cabinet Occurence, choisi par plusieurs médias dont France Culture, 47.800 personnes ont défilé dans le cortège de la fonction publique et celui des cheminots qui se rejoints place de la Bastille. La mobilisation est réussie pour les syndicats, dont ceux de la SNCF qui y voient un premier avertissement contre le gouvernement. C'est derrière une banderole unitaire,- "pour la fonction publique, les salaires, l'emploi et le statut"-, que les 7 syndicats de fonctionnaires ont défilé, hier à Paris, dénonçant des conditions de travail dégradées, le gel de leur point d'indice, l'annonce d'un plan de départ volontaires, le recours accru à des contractuels. Reportage de Bénédicte Robin dans le cortège des cheminots et témoignage de Romain, professeur de collège depuis trois ans à Bobigny, en Seine-Saint-Denis, au micro d'Annabelle Grelier. Après les cheminots et les fonctionnaires hier, c'est au tour des personnels d'Air France de manifester leur mécontentement aujourd'hui. 11 syndicats, tous métiers confondus, appellent à faire grève pour obtenir une hausse de 6% de leurs salaires, et rattraper, selon eux,  la perte de pouvoir d'achat subie depuis la dernière augmentation générale en 2011. 6% demandés par l'intersyndicale, quand la direction d'Air France propose 1%.  Un quart des vols de la compagnie aérienne devrait être annulé.

Les autres titres du journal

Nicolas Sarkozy contre-attaque et promet de "faire triompher (son) honneur" : Au lendemain de sa mise en examen pour des soupçons de financement libyen de sa campagne de 2007, l'ancien chef de l'Etat s'est vigoureusement défendu, hier soir au 20h de TF1, contre ce qu'il appelle " "l'ignominie" de la "bande de Kadhafi" et de Mediapart : "Je suis accusé par des proches d'un dictateur" dont "nous avons détruit le régime de terreur" en 2011, a dit Nicolas Sarkozy pour qui "il n'y a pas le plus petit élément, il n'y a pas le moindre élément d'une preuve" contre lui dans ce dossier. Regard noir et mâchoire serrée, l'ancien Président a promis de "faire triompher (son) honneur", alors qu'il a été mis en examen, avant-hier, pour "corruption passive", "recel de détournement de fonds publics libyens" et "financement illégal de campagne électorale" pour la présidentielle de 2007. Extrait de l'interview de Nicolas Sarkozy et analyse de Camille Magnard sur les zones d’ombre qui subsistent après le passage de l'ancien chef de l'Etat sur TF1.

Les 28 restent prudents face à Donald Trump : Il a décidé, hier, de suspendre jusqu'au 1er mai les taxes sur les importations d'acier et d'aluminium aux Etats-Unis de plusieurs partenaires importants, dont l'Union Européenne.  Washington met désormais toutes ses forces dans la bataille commerciale contre Pékin. Le Président des Etats-Unis a signé, hier, "un mémorandum ciblant l'agression économique de la Chine". Des mesures punitives pourraient atteindre les 60 milliards de dollars,  a expliqué Donald Trump, pour mettre fin à ce qu'il qualifie de "concurrence déloyale"  et de "vol de propriété intellectuelle" de la part de Pékin. La Chine riposte par une liste des barrières douanières qu'elle pourrrait imposer sur 3 milliards de dollars d'importations de produits américains. Nouveau bras-de-fer commercial entre Pékin et Washington détaillé dans le journal de 7h30.

L'Asie inquiète face aux annonces commerciales et diplomatiques des Etats-Unis : Dans la crainte d'une guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, les bourse de Tokyo et de Shanghai sont en baisse ce matin. Par ailleurs, certains pays asiatiques, dont la Corée du Sud, s'inquiètent de la nomination de John Bolton au poste de conseiller à la sécurité nationale de la Maison blanche. Cette figure radicale de la diplomatie américaine, l'un des chefs de file des "faucons" unilatéralistes au sein des républicains,   pourrait compliquer les préparatifs d'un possible sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un, le dirigeant nord-coréen.

Le parlement catalan n'arrive toujours pas à se doter d'un président : En Catalogne, pour la troisième fois,  les indépendantistes, majoritaires au Parlement régional, ont tenté, en vain, hier, d'investir un nouveau président. Après Carles Puigdemont, le président destitué, puis recalé parce qu'exilé en Belgique, Jordi Sánchez, incapable de se rendre à la Chambre parce qu'il se trouve en prison, c'était au tour de Jordi Turull de tenter l'investiture. Reportage de Matthieu de Taillac.

Casse-tête politique en Italie : Les deux chambres du Parlement, privées de majorité absolue après les élections du 4 mars, se réunissent aujourd’hui pour élire chacune son président, sur fond d'incertitude quant au futur gouvernement.

"La grande zone d'ordures du Pacifique" : avec 80.000 tonnes de déchets et sur 1,6 million de km2, la gigantesque décharge qui flotte dans le Pacifique est bien plus importante qu'estimé précédemment : Sa surface fait trois fois la taille de France, selon une étude publiée hier, dans la revue Scientific Reports.  Alors que la production de plastique dépasse 320 millions de tonnes par an, une partie de ces sacs, bouteilles, emballages, filets de pêche abandonnés et microparticules dégradées s'agglutinent dans plusieurs zones des océans, sous l'effet de tourbillons géants formés par les courants marins, et ils menacent animaux et écosystèmes. C'est le plus important de ces vortex, connu comme la "grande zone d'ordures du Pacifique" (Great pacific garbage patch, GPGP), que sont allés scruter, à mi-chemin entre Hawaï et la Californie, les auteurs de l'étude publiée dans la revue Scientific Reports.

Chroniques

7H12
2 min

Le Billet économique

Le marché des grands paquebots de croisière s'envole

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......