LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le ministre modéré des Finances, Giovanni Tria, plaidait pour un déficit à 1,6% pour éviter toute tension avec Bruxelles et les marchés financiers

En choisissant de creuser le déficit, les populistes au pouvoir en Italie défient Bruxelles et les marchés

13 min

Au terme d'un long de bras-de-fer interne, les ministres antisytème 5-Etoiles et ceux de la Ligue, d'extrême droite, ont décidé, hier, de creuser le déficit italien pour tenir leurs promesses électorales : revenu de citoyenneté pour les plus modestes et baisse des impôts pour les plus aisés.

Le ministre modéré des Finances, Giovanni Tria, plaidait pour un déficit à 1,6% pour éviter toute tension avec Bruxelles et les marchés financiers
Le ministre modéré des Finances, Giovanni Tria, plaidait pour un déficit à 1,6% pour éviter toute tension avec Bruxelles et les marchés financiers Crédits : Riccardo Pareggiani / AFP - AFP

En choisissant de creuser le déficit, les populistes au pouvoir en Italie risquent de s'attirer les foudres de Bruxelles et d'inquiéter les marchés financiers. Au terme de cinq heures d'intenses négociations, hier soir, à Rome, les populistes au pouvoir ont décidé de passer outre les recommandations de leur ministre de l'Economie, et par là même de Bruxelles. Les ministres antisytème du Mouvement 5-Etoiles et ceux de la Ligue, d'extrême droite, ont décidé de creuser le déficit italien à 2,4% sur les trois prochaines années, alors que le précédent gouvernement de centre-gauche tablait, lui, sur 0,8%, pour éviter que l'Italie ne ploie un peu plus sous une dette de 2.300 milliards d'euros soit 131% de son PIB ; ratio le plus élevé de la zone euro, derrière la Grèce. Mais au risque, donc, d'un vif conflit avec la Commission européenne et d'une flambée des marchés financiers, la coalition populiste a décidé de tenir ses promesses électorales :  baisse des impôts, revenu de citoyenneté de près de 800 euros pour les plus démunis et système de retraites plus généreux. Budget à fort déficit analysé, à Rome, par notre correspondante Mathilde Imberty.

Ce projet de budget a été qualifié de "raisonnable et courageux" par le chef du gouvernement Giuseppe Conte mais vivement dénoncé par les autres forces politiques italiennes
Ce projet de budget a été qualifié de "raisonnable et courageux" par le chef du gouvernement Giuseppe Conte mais vivement dénoncé par les autres forces politiques italiennes Crédits : Alexey Vitvitsky / Sputnik - AFP

Les autres titres du journal

Alors qu'un nouveau bras-de-fer en vue se profile entre Rome et Bruxelles sur la question budgétaire, la Commission européenne est déjà sur un autre front : elle se rangeant du côté des grévistes, aujourd'hui, chez Ryanair. Les personnels navigants de la compagnie aérienne irlandaise à bas coût sont appelés à cesser le travail en Italie, Espagne, Portugal, Belgique, Pays-Bas et Allemagne, pour réclamer de meilleurs conditions de travail et l'emploi de chaque salarié via un contrat relevant de son pays de résidence, contrairement à la pratique historique de Ryanair d'employer une bonne part de son personnel via des contrats de droit irlandais. Le marché intérieur européen ne doit pas être une jungle, rappelle la Commission européenne, à l'orée de cette grève, alors que la compagnie "lowcost" annonce l'ouverture de deux nouvelles bases en France, à Bordeaux et Marseille. Précisions à Bruxelles de Pierre Bénazet et décryptage économique d'Annabelle Grelier.

Une audition d'une intensité rare, au Sénat, aux Etats-Unis, autour du juge Brett Kavanaugh, choisi par Donald Trump pour entrer à la Cour suprême, a crié son innocence hier, devant une commission judiciaire, quand Christine Blasey Ford, la voix tremblante, l'a accusé d'agression sexuelle.

L'État français "doit prendre sa part de responsabilité" dans la pollution au chlordécone aux Antilles a déclaré, hier, Emmanuel Macron depuis la Martinique. Focus, dans ce journal, sur cet insecticide cancérogène et perturbateur endocrinien.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......