LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Chiffres de Pôle emploi pour novembre 2017

Le chômage est à son plus bas niveau depuis 2014 (cat.A) mais la précarité (cat B. et C.) augmente selon Pôle emploi

13 min

Les chiffres de Pôle emploi sont descendus, en novembre, à leur plus bas niveau depuis trois ans dans la catégorie A, pour les personnes sans aucune activité. Mais le fléau reste massif, avec 5,61 millions d'inscrits à Pôle emploi, avec ou sans activité. L'OFCE note une hausse de la précarité.

Chiffres de Pôle emploi pour novembre 2017
Chiffres de Pôle emploi pour novembre 2017 Crédits : AFP - AFP

Le fléau du chômage reste massif : Les chiffres de Pôle emploi sont descendus, en novembre, à leur plus bas niveau depuis trois ans, avec une baisse de 0,8% par rapport à octobre, en catégorie A, c'est-à-dire pour les personnes sans aucune activité. Mais le fléau reste massif, avec 5,61 millions d'inscrits à Pôle emploi, avec ou sans activité. C'est une hausse de 2,6% sur un an. Les temps partiels et les petits contrats augmentent et selon Eric Heyer, économiste à l'OFCE, interrogé par Annabelle Grelier, le phénomène des "mini-job" à l'allemande, de la précarité de petits boulots en petits boulots, prend de l'ampleur.

Emmanuel Macron estime que le contrôle des chômeurs, cité dans une note interne du ministère du Travail, est "normal" et qu'il n'y a "rien de choquant" : Les sanctions infligées aux chômeurs qui ne recherchent pas assez activement un emploi,  seront bientôt durcies. Emmanuel Macron a confirmé, hier, si ce n'est la lettre, du moins l'esprit  de la fameuse note confidentielle révélée, hier, par le Canard enchaîné. Cette note interne au ministère du Travail prévoit de réduire de moitié les allocations chômage  pour ceux qui manqueraient à leurs obligations, et de demander un rapport d'activité mensuel listant les démarches effectuées pour retrouver un emploi. Le tollé provoqué à gauche et au Front national a poussé le chef de l'Etat à réagir,  hier, depuis ses vacances dans les Hautes-Pyrénées. Interrogé par LCI à Bagnères-de-Bigorre,  Emmanuel Macron répète qu'il n'y a "rien de choquant" dans le contrôle des chômeurs. Analyse de Louise Bodet.

Les autres titres du journal

La gestion du chômage et la question migratoire, deux angles d'attaque de l'opposition contre l'exécutif : Parmi ceux qui s'élèvent contre le durcissement du contrôle des chômeurs, Benoît Hamon, l'ex-candidat socialiste à la présidentielle, a tweeté, hier : "La start-up de l'Élysée est diaboliquement créative en cette fin d'année : elle trie et expulse à tour de bras les migrants et promet pour 2018 de mieux contrôler et mieux punir les chômeurs #Thatcher #Malveillance #indignité". L'exécutif est attaqué depuis une dizaine de jours, sur une circulaire du ministère de l'Intérieur. Ce texte du 12 décembre stipule que "des équipes mobiles" seront dépêchées dans les centres d'hébergement d'urgence afin de recenser les étrangers et d'évaluer leur situation administrative. Plusieurs associations ont dénoncé un "tri" inacceptable des SDF et des migrants. Le défenseur des droits Jacques Toubon a, lui, critiqué une atteinte "aux droits fondamentaux". Côté politique, le gouvernement sait qu'il aura encore fort à faire, dès l'an prochain de janvier, avec, notamment, le projet de loi "Asile et immigration". Précisions de Ludovic Piedtenu.A suivre, dans le journal de 7h30, quelle politique d'accueil en France pour les migrants ? Emmanuel Macron avait promis de ne plus laisser personne à la rue, d'ici la fin de l'année. C'est le choix de la rédaction, ce matin.

La France a dépassé les 66 millions d'habitants en 2015,  selon les chiffres publiés, hier, par l'Insee (en dehors de Mayotte : Hausse annuelle moyenne de population de 0,5% depuis 2010.  Les Français sont de plus en plus nombreux à quitter les pôles urbains  pour s'installer en périphérie, à la campagne. En 2015,  près d'un Français sur cinq habitait dans ces zones périurbaines.

Huit djihadistes présumés, partis de France, ont été arrêtés en Syrie par les forces kurdes, à la mi-décembre : Parmi eux, Thomas Barnouin, 36 ans, membre d'une nébuleuse djihadiste dans laquelle se sont trouvés, dans une vallée de l'Ariège, à Artigat, les frères Merah, avant les tueries de Toulouse et de Montauban, ainsi que de Fabien Clain, qui avait lu, dans un communiqué audio, la revendication des attentats du 13 novembre 2015 par le groupe Etat islamique.

Les premiers enfants de djihadistes français capturés en Irak,  et dont le sort a fait débat depuis l'été dernier, ont été rapatriés, le 18 décembre dernier, selon nos confrères de France Inter. On y revient dans le journal de 7h30.

Une première depuis la catastrophe de Fukushima : Au Japon, l'autorité de régulation nucléaire a donné son feu vert définitif, hier soir, pour redémarrer deux réacteurs du groupe Tepco, l'entreprise jugée responsable de l'accident nucléaire de 2011, le plus grave accident au monde depuis Tchernobyl. C'est la première fois, aussi, depuis l'accident nucléaire de Fukushima, que deux réacteurs du même type que ceux de Fukushima, d'une capacité de 1356 megawatts  chacun, sont autorisés à redémarrer depuis 2011. Mais le groupe Tepco doit encore obtenir le consentement des autorités locales. Ce qui est loin d'être acquis. Correspondance à Tokyo de Frédéric Charles.

Chroniques
7H12
2 min
Le Billet économique
Les progrès fulgurants de la voiture autonome
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......